Offrir cet ebook
Un anthropologue sur mars. sept histoires paradoxales

Les mots clés

Psychologie

Un anthropologue sur mars. sept histoires paradoxales

À propos

Un peintre perd, à la suite d'un accident, la perception des couleurs ; un chirurgien, atteint du syndrome de Gilles de la Tourette, est en proie à des tics compulsifs, sauf quand il opère ; une autiste, pour qui le monde humain est incompréhensible, se spécialise dans l'étude des animaux.
Les personnes atteintes de tels troubles neurologiques ressemblent, dit Oliver Sacks, à des voyageurs traversant d'inimaginables contrées. Sept de ces voyageurs sont présentés ici. Pour les comprendre, l'auteur ne s'est pas contenté de les recevoir ; il est allé à leur rencontre, et a partagé, pendant un moment, leur vie.
Les sept histoires qu'il relate sont paradoxales, car elles montrent que les troubles neurologiques ne sont pas seulement des maladies - ils ouvrent des mondes nouveaux, certes étranges pour l'expérience commune, mais où se réalisent d'autres richesses, seulement potentielles chez l'homme normal.
Le peintre qui a perdu la perception des couleurs va créer un monde artistique monochrome, à la beauté insolite et profonde ; et l'autiste continuera à se heurter aux arcanes de la socialité humaine - mais en s'y sentant, nous dit-elle, "comme un anthropologue sur Mars."

Rayons : Sciences humaines & sociales > Psychologie / Psychanalyse > Psychanalyse

  • EAN

    9782021436129

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    432 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    5 652 Ko

  • Distributeur

    Média Diffusion

  • Support principal

    ebook (ePub)

Oliver Sacks

Né à Londres, neurologue, il exerce et enseigne au Albert Einstein College de médecine à New York. Il est l'auteur de Migraine (1986), L'Éveil (1987), Sur une jambe (1987), Des yeux pour entendre (1990), Un anthropologue sur Mars (1996) et Oncle Tungstène (2003).

empty