Mort de la morale bourgeoise

À propos

"Je croyais bien consacrer ce deuxième pamphlet à la machine et aux hommes qu'elle crée. Les critiques opposées à mon premier volume m'obligent à liquider d'abord d'autres questions. Son titre seul : Mort de la pensée bourgeoise, permettait deux sortes de réponses : que la pensée bourgeoise n'est pas morte - et qu'elle n'a jamais vécu. Ils le répétèrent tant et si bien qu'on finit par douter si je n'étais pas une sorte de Rochette essayant de lancer dans le public une valeur irréelle contre quoi il le fallait mettre en garde. J'éprouvai le besoin de mettre mieux en forme cette pensée dont on me niait l'existence." Emmanuel Berl

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782072107757

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    232 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    665 Ko

  • Distributeur

    Gallimard

  • Support principal

    ebook (ePub)

Emmanuel Berl

Journaliste, historien et essayiste français, Emmanuel Berl (1892-1976) entretient, pendant la Première guerre mondiale à laquelle il participe, une abondante correspondante avec Marcel Proust. En 1927, il dirige un hebdomadaire d'idées, Les derniers jours. À partir de 1930, il se mêle de politique et se rapproche de Léon Blum, puis d'Édouard Herriot. Avec la guerre, il quitte la vie politique et se consacre exclusivement à l'écriture jusqu'à sa mort. En 1967, l'Académie française lui décerne son Grand prix de littérature.

empty