Carnets d'Orient T.10 ; terre fatale

À propos

1960. Resté à Alger, Octave doit retrouver Samia, qui a disparu. Le colonel Lebreton lui confie une mission délicate : permettre aux dirigeants algériens prêts à négocier de mener des discussions au plus haut niveau. L'officier lui révèle aussi que Samia s'est réfugiée au Djebel Amour, où elle s'est mise sous la protection de sa grand-mère. Elle attend un enfant... C'est ainsi qu'Octave retrouve celle qu'il aime, et qu'il la convainc de rejoindre Paris, enceinte de leur enfant. Quant à lui, il parvient à convoyer certains chefs rebelles jusqu'à l'Élysée, où ils seront reçus directement par de Gaulle dans le plus grand secret. Mais ces pourparlers de la dernière chance échouent. En Algérie, les extrémistes de tous bords rassemblent leurs forces. Manifestations et contre-manifestations se multiplient et se radicalisent, préparant la voie de l'inéluctable indépendance, mais aussi du cortège de violences et de massacres qui vont l'accompagner. C'est la fin d'un monde et, revenu une fois de plus à Alger, Octave va en être le témoin impuissant... Après Dernière demeure, voici le dernier volume de la grande série de Jacques Ferrandez sur l'Algérie contemporaine. Une oeuvre forte sur une période majeure de notre histoire récente, dont les échos résonnent avec force dans notre actualité.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Bandes dessinées / Comics / Mangas > Bandes dessinées > Ados / Adultes

  • EAN

    9782203081772

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    64 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

Jacques Ferrandez

JACQUES FERRANDEZ en 1955 à Alger.ÿAprès l'École des arts décoratifs de Nice, il se tourne vers l'illustration et la bande dessinée. En 1987, il débute « Carnets d'Orient », une fresque sur l'histoire de la présence française en Algérie. Spécialiste incontesté de la question algérienne, il adapte la nouvelle de Camus, « L'Hôte », en 2009, avant de transposer de façon magistrale « L'Étranger », en 2013.ÿSes livres font l'objet de nombreuses

empty