[eBook] Lastman (Tome 6)

, ,

Format : ePub 3

NOTE : cette édition numérique conserve la mise en page particulière de l'édition imprimée et est optimisée pour la lecture sur tablette multimédia. Les lecteurs sont invités à vérifier la compatibilité du format EPUB 3 fixed layout avec leur terminal de lecture. En savoir plus

Résumé

Déjà le Tome 6 et donc la fin de la première saison de cette formidable série. Partis de la vallée des rois avec une intrigue somme toute légère... et un Adrian Velba gringalet, nous voilà de retour à la case départ avec un sacré foutoir ! Richard Aldan n'a pas mis le feu qu'auprès de ces dames, il a ouvert une brèche dans le mur supposé étanche qui séparait les mondes et assurait la tranquillité de chacun. Maintenant que le mal est fait, pourra-t-on le réparer ?...

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782203109292
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 217 Pages
  • Action copier/coller Dans le cadre de la copie privée
  • Action imprimer Dans le cadre de la copie privée
  • Poids 53 780 Ko
  • Distributeur Flammarion

Série : Non précisée

Balak

Balak est né en 1979 à Nancy. Enfant, il voulait dessiner comme Giorgio Cavazzano, mais avec l'adolescence, il tombe dans l'enfer des comics américains et des mangas japonais. Après des études de philosophie, il intègre l'École des Gobelins à Paris, où il se forme au dessin d'animation pendant 3 ans. Il a réalisé le court-métrage Le Grand Amour, 1er prix du public de Canal J à Annecy en 2005, et co-réalisé le film de fin d'étude Pyrats, toujours pour le Festival d'Annecy.

Bastien Vivès

France, 11 février 1984.ÿSon père, Jean-Marie Vivès, travaille comme peintre illustrateur et photographe ; sa mère officie quant à elle au sein de Passe-Murailles, une société spécialisée dans les décors cinématographiques. La vocation artistique de Bastien Vivès semble, presque, toute tracée.ÿTout en menant de solides études spécialisées (il fréquente tour à tour un lycée technique de dessin, l'école supérieure d'arts graphiques Penninghen, à paris), et, toujours dans la capitale, la section animation des Gobelins, le jeune homme adopte le pseudonyme de Bastien Chanmax et imagine Poungi, un pingouin rappeur, mal dégrossi et misogyne. Après une publication sur internet (accessible un temps sur bkcrew), Danger public, une filiale des éditions de Tournon, en propose deux recueils en 2006.ÿ« Elle(s) », publié cette fois sous son véritable nom, inaugure, en 2007, la collection « KSTR » des éditions Casterman. Succès d'estime. L'année suivante, Vivès inaugure la Boucherie, une tranche de vie débitée chez Warum. Pour « KSTR », il conçoit « Hollywood Jan », en tandem avec Michaël Sanlaville, puis « le Goût du chlore », que d'aucuns saluent comme un ouvrage majeur. Le Festival international de la bande dessinée d'Angoulême ne s'y trompe pas et lui décerne, en 2009, le prix Essentiel Révélation. ÿEn 2009, en collaboration avec Alexis de Raphalis, il cosigne « Juju Mimi Gégé Chacha », un album chez Ankama. Avec « Dans mes yeux », l'auteur innove une fois de plus. ÿFin 2009, toujours pour « KSTR », il se lance dans « Amitié étroite ». De nouveau pour Casterman, mais cette fois pour la collection « Ecritures », il dessine « Une nuit d'été dans le sud de la France », un récit intégré dans le collectif « Quelques jours en France ».ÿEncore inconnu au milieu des années 2000, Bastien Vivès se positionne désormais parmi les auteurs les plus prometteurs, les plus ambitieux de sa génération.

empty