Quand Rome inventait le populisme

À propos

Que n'a pas inventé la Rome antique ? Voici le tableau inédit et vivant des populismes qui ont déstabilisé la République. Une rétrospection enjouée et éclairante par un agrégé de lettres classiques, âgé de 26 ans.
Il y a du Cicéron chez Emmanuel Macron, et du Clodius chez Donald Trump. C'est en historien de l'Antiquité que Raphaël Doan démontre que nous n'avons pas inventé le populisme. Les Romains, à la fin de la République, connaissent une lutte à mort entre ce qu'ils appellent les populares et les optimates. Appel au peuple, goût des solutions radicales, recours à la figure de l'homme fort : ces tribuns en toges et en sandales ressemblent trait pour trait à ceux du xxie siècle.
Dans cette époque, avec son sénat et sa plèbe, ses discours et ses émeutes, ses guerres et ses violences, tout est d'actualité. Y compris la question essentielle : le populisme est-il le bouclier des humbles contre une élite sourde à ses revendications, ou le futur glaive des tyrans contre la liberté ?
Un premier essai époustouflant, écrit avec une plume exemplaire.

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire > Antiquité (jusqu'en 476) > Rome antique

  • EAN

    9782204133043

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    1 245 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    Editis

  • Entrepôt

    ePagine

  • Support principal

    ebook (ePub)

Raphaël Doan

Ancien élève de l'ENS et de l'ENA, agrégé de lettres classiques, Raphaël Doan a 27 ans.
Il a précédemment publié un livre remarqué par la presse : Quand Rome inventait le
populisme.

empty