May le monde

Grand Prix de l'Imaginaire (roman francophone) 2011

À propos

0300 Encore heureux qu'il y ait lechangement, sans lequel la vie ne vaudrait pas d'être vécue. La langue de ce roman est étrange. Ce n´est pas tout à fait la nôtre. C´est celle d´un autre univers, parallèle si l´on veut, autorisé par la théorie des cordes, et où les personnages ont la faculté de passer d´un monde à l´autre, voire peut-être de créer des mondes, la faculté de changer. May le mondeest peut-être le monde que la petite May mourante est en train de se créer pour y vivre (qui sait ?) à jamais. Peu de romans de science-fiction sont aussi bouleversants. Aucun n´a jamais été aussi loin dans l´originalité en s´attaquant aux règles même du langage sans jamais sombrer dans l´inintelligibilité ou l´obscurité.0300Après vingt ans d´attente,May le mondemarque le grand retour de Michel Jeury à la science-fiction, genre qu´il a révolutionné dans les années 1970 avecLe Temps incertain, sa trilogie consacrée à la chronolyse. L´histoire de May, une petite fille soignée dans un centre pour une maladie incurable, se déroule dans un univers à la langue étrange, différent mais parallèle au nôtre, autorisé par la théorie des cordes, et où les personnages ont la faculté de passer d´un monde à l´autre, voire d´en créer de toutes pièces... En s´attaquant aux règles mêmes du langage sans jamais sombrer dans l´inintelligibilité ou l´obscurité, Michel Jeury revient à la science-fiction avec un roman novateur et bouleversant.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Fantasy & Science-fiction > Science-fiction

  • EAN

    9782221122457

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    377 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 326 Ko

  • Distributeur

    Editis

Michel Jeury

Michel Jeury a été l'un des grands pionniers français de la science-fiction, signant une cinquantaine de romans, parmi lesquels Le Temps incertain (1973, prix du meilleur roman français de science-fiction l'année suivante), Les Singes du temps (1974), Soleil chaud poisson des profondeurs (1976), La Fête du changement (in Utopies, 1975). On lui doit aussi une centaine de nouvelles, des essais sur l'école et une quinzaine de romans dits « régionaux », dont une demi-douzaine ont été portés à l'écran. Il se décrit lui-même comme « un romancier du refus de la pensée dominante ».

Découvrez un extrait PDF
empty