La grande course de char à voiles ; le chant de la terre

Traduction ISABELLE DELORD-PHILIPPE  - Langue d'origine : ANGLAIS

À propos

Le Chant de la Terre est supposé extrait d'un chant épique qui relate l'histoire de l'humanité, plus quelques autres, et qui a tant proliféré au fil des temps qu'il faudrait plus d'un siècle pour le réciter en entier. Nous ne disposons donc que de fragments en cinq volets, La Grande Course de chars à voiles, La Locomotive à vapeur céleste, Les Dieux du grand loin, Le Gnome et Le Roi de l'île au sceptre. Le cycle conte la mésaventure d'un presque dieu, Starquin le Cinq-En-Un, qui, se promenant dans l'univers des aléapistes, autrement dit des possibles, se trouva piégé quelque part dans l'espace par les champs de mines d'une guerre interstellaire future. Malgré ses pouvoirs, il risque d'y périr d'inanition au bout de quelques millénaires si l'histoire ne peut être réécrite afin de le libérer. La Grande Course de chars à voiles constitue le prologue du cycle, et se situe dans un Brésil futur, en un temps où la technologie sauvage qui a menacé de détruire la Terre a été oubliée et où la sculpture des êtres vivants a pris sa place : Karina, l'héroïne du roman, est une félina, issue d'un croisement de Vrai Humain et de chat, elle a la beauté d'une femme et la souplesse d'un fauve, sa cruauté et sa violence. La vie lui fera rencontrer Raoul, le fils du capitaine indomptable, tandis que se déroule sur un rail unique, à travers forêts, jungles et marais, la terrible, la fantastique grande course de chars à voiles...

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Fantasy & Science-fiction > Science-fiction

  • EAN

    9782221135921

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    243 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Poids

    1 036 Ko

  • Distributeur

    Editis

Michael Coney

Né en 1932 à Birmingham, en Grande-Bretagne, Michael Coney s'installa au Canada en 1972 et travailla dans l'administration des forêts de la Colombie-Britannique jusqu'en 1989, année de sa retraite. Il a publié de nombreuses nouvelles et obtenu le Prix de la science-fiction britannique pour Les Brontosaures mécaniques. Il cesse ensuite un moment d'écrire, Le Chant de la Terre ne commençant à paraître aux États-Unis qu'à partir de 1983. Il est décédé en 2005 d'un mésenthéliome dû à l'amiante.

empty