Partials t.1

Traduction VALERIE LE PLOUHINEC  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

Résumé

Un virus. La guerre contre les Partials - ces êtres mi-humains, mi-robots - a décimé la population. Seuls quelques milliers retranchés à Long Island ont survécu. Et le virus mystérieux - le RM - les tue petit à petit. Chaque nouveau-né vit moins d'une journée si ce n'est quelques minutes. La race humaine s'éteint inexorablement et aucun médecin n'a de remède.
Un espoir. Dans cette atmosphère désespérée, Kira, jeune interne en médecine, a une nouvelle hypothèse. Pourquoi les Partials sont-ils naturellement immunisés contre le RM ? Et si la solution venait de l'ennemi juré lui-même ?
Une héroïne. Kira se lance alors dans une expédition au risque de devenir une hors-la-loi. Infiltrer les Partials, en capturer un et le ramener à long Island pour l'étudier et peut-être, trouver un antidote. Mais le pari est risqué : soit elle réussit et sauve l'humanité, soit elle échoue et sera considérée comme une terroriste par son propre gouvernement. À moins que ce soient les Partials eux-mêmes qui ne la tuent...

« Partials, c'est l'histoire d'une jeune fille, d'un virus, d'êtres génétiquement modifiés et de troubles politiques. C'est l'histoire d'une adolescente qui a grandi dans un monde d'orphelins et cherche à sauver l'avenir de l'humanité. » Thisblondereads

A partir de 13 ans

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782226290120

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    528 Pages

  • Lectorat

    à partir de 12 ANS

  • Distributeur

    ePagine

  • Sommaire relié au texte

    Non

  • Ordonnancement des éléments (textuel ou non)

    Non

  • Description des éléments non textuels

    Non

  • Numérotation des pages papier (mises en page redistribuable)

    Non

Dan Wells

Dan Wells est né en 1977. Après Je ne suis pas un serial killer, Mr. Monster est le deuxième volume de la trilogie consacrée à John Wayne Cleaver.

empty