Le faucheur d'ombres

À propos

La Grande Guerre est finie depuis sept ans quand Maurice Poudevigne, que tout le monde croyait mort, revient « au pays ». En suivant pas à pas l´itinéraire de cet ouvrier agricole de son enfance à sa mort, Jean Anglade nous offre un bel hymne à la vie et à la culture paysanne du début du siècle dernier.

« Après avoir été un autre, un guerrier, un combattant de la boue, un prisonnier, un frère convers, un domestique, un Juif errant, il se sentait redevenir lui-même, Maurice Poudevigne, agriculteur à Combret.

Au crépuscule, il sortit dans le village. Il rencontra du monde. Tous s´étonnaient en le reconnaissant, on le croyait mort, son nom était écrit à l´église de Venteuges sur la liste des glorieux soldats tombés pour la France. Ils voulaient des nouvelles de tel ou tel pas encore revenus. Mais non, il ne savait rien d´eux. » La terre, omniprésente dès l´enfance du petit Maurice, qui doit quitter les bancs de l´école communale au moment des moissons.

La terre, celle de la famille Magne, dans le département voisin, où il va travailler comme faucheur saisonnier.

La terre, celle des tranchées, où il est fait prisonnier en 1916.

La terre, celle d´Allemagne, en pleine Forêt-Noire, où il devient fabricant de cercueils, sensible au charme de la jolie Erika dont le mari est au front.

Et enfin, sa terre natale, qu´il retrouve après sept années d´errance, où il fera venir Erika qu´il épousera, et où il mourra en fauchant l´herbe comme on décapite ceux qui font l´Histoire en défaisant la vie des hommes.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782258091344

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    253 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Poids

    1 565 Ko

  • Distributeur

    Editis

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jean Anglade

Vit à Ceyrat (63). Jean Anglade a à son actif près d'une centaine d'ouvrages (biographies, nouvelles, essais, romans...) qui couronnent une ?uvre remarquable, humaniste et fidèle à ses deux plus grandes inspirations, l'Auvergne et l'humain. Il est agrégé d'italien et traducteur, entre autres, de La Divine Comédie de Dante.

empty