Gare à Lou !

À propos


Avec Gare à Lou !, Jean Teulé revient à la veine fantastique qui avait fait le succès du Magasin des suicides et laisse libre cours à un imaginaire plus débridé que jamais.

Comme le disaient Mozart et Shakespeare : " Il est très agréable de jouir d'un don exceptionnel, mais il ne faut pas oublier que c'est une source inépuisable d'embêtements. " À 12 ans, Lou partage absolument cette opinion. Au prétexte qu'elle est en mesure de faire tomber immédiatement les pires calamités sur la tête de tous ceux qui la contrarient, on l'enferme dans un endroit secret en compagnie de militaires haut gradés pour qu'elle devienne une arme absolue capable de mettre en échec les plans malveillants des ennemis du pays ou, pire, d'ourdir de méchantes et sournoises manoeuvres afin de causer des torts effroyables à d'autres nations. De telles occupations n'offrent pas à une adolescente les satisfactions que la vie aurait pu lui promettre. D'autant que son super pouvoir, aussi extraordinaire soit-il, ne fonctionne pas toujours comme prévu. Rien ne pouvait mieux inspirer Jean Teulé que d'imaginer les horreurs qu'un être humain bien disposé peut infliger à ses contemporains.

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782260053026

  • Disponibilité

    Disponible

  • Poids

    1 589 Ko

  • Distributeur

    Editis

  • Support principal

    ebook (ePub)

Jean Teulé

Jean Teulé est l'auteur d'une quinzaine de romans, parmi lesquels, Je, François Villon ; Le Magasin des Suicides (traduit en dixneuf langues), adapté en 2012 par Patrice Leconte ; Darling, également porté sur les écrans avec Christine Carrière, avec Marina Foïs et Guillaume Canet ; Mangez-le si vous voulez ; Les Lois de la gravité, adapté au cinéma en 2013 par J.-P. Lilienfeld sous le titre Arrêtez-moi ! ; Le Montespan, et Fleur de tonnerre, adapté par Stéphanie Pillonca Kervern en 2016 avec Benjamin Biolay et Déborah François.ÿ  Jean Teulé aime à se glisser dans l'ombre des poètes (Rimbaud, Verlaine, Villon et maintenant Baudelaire) que le temps et la postérité ont figés dans la pierre des mémoires collectives. Il leur prête sa sensibilité, son rire, sa gourmandise, sa sensualité, ses abîmes. Et soudain, la vie.

empty