La Guinée de Sékou Touré ; pourquoi la prison du cam Boiro ?

À propos

Ce qui frappe dans l'étude de l'histoire récente de la Guinée, à partir de 1945, c'est que les adversaires politiques de Sékou Touré ne veulent pas que l'on démontre que la France coloniale a subi l'ascension politique du leader guinéen. Après le "non" du 28 septembre 1958, cette France a décidé d'empêcher le développement économique de la Guinée de Sékou Touré. C'est cette hostilité politique des gouvernants français qui a fini par justifier l'existence de la prison politique devenue camp Boiro.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Histoire du monde

  • EAN

    9782336336039

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    344 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Distributeur

    Harmattan

Sidiki Kobélé Kéïta

Auteur de plusieurs ouvrages, Sidiki Kobélé Kéïta est titulaire d'une licence ès lettres (Sorbonne Paris), du CAP de bibliothéconomie et dispensé du DEA par décision de l'Université de Paris VII en vue du doctorat (7 avril 1986). Comme nombre de jeunes Guinéens de l'époque, il rentre au bercail en 1967 pour servir son peuple. Depuis, il a assumé plusieurs fonctions : maître assistant à l'Université de Conakry, directeur des Archives et de la Bibliothèque nationales de Conakry, directeur de l'Institut central de coordination de la recherche et de la documentation de Guinée (ICCRDG), conseiller au ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, cumulativement avec ses fonctions, directeur du Service des bourses d'études extérieures (SBE), chef de Cabinet civil du Président de la République ; d'octobre 2000 à novembre 2002, maître assistant à la Faculté des lettres et sciences sociales de l'université de Conakry. Il est désormais consultant-chercheur.

empty