À propos

Pour Platon, aucune cité n'était viable quand elle en arrivait à dépasser dix mille habitants et à obliger ceux-ci à parcourir plus de cent fois la longueur de leur maison pour retrouver la liberté des espaces naturels. Normes bien dépassées aujourd'hui... Mais nos villes en sont-elles plus harmonieuses ? C'est à ce problème, si aigu en nos sociétés, que réfléchit Joseph Charles Doumba, lequel affirme d'emblée : « J'aime la ville ». S'il a choisi de le faire, non d'une manière théorique, technique et impersonnelle, mais sous la fiction de « lettres ouvertes » adressées aux maires - premiers magistrats des villes -, c'est parce qu'il aime le dialogue vivant, la liberté de la question, la recherche commune et chaleureuse des solutions. C'est aussi qu'il a voulu se ménager les avantages du genre et d'un certain style épistolaires. Villes différentes que Souan, Sisse, Kaol, etc., qu'il est sans doute illusoire de vouloir situer sur le continent noir ou la planisphère. Mais pourtant, villes où se posent des problèmes réels que chaque citadin d'aujourd'hui reconnaîtra : stagnation ou essor anarchique, action concertée des responsables municipaux ou coups bas de la politique politicienne ; incurie et corruption ; injustice et ségrégation sociales ; entassement et insalubrité ; place de l'esthétique dans le fonctionnel ; etc. A tous ces problèmes, Joseph. Charles Doumba porte une attention lucide, incisive quand il le faut, stimulante toujours. Les responsables, à divers titres, des villes grandes ou petites liront ces pages avec profit. Mais tout autant les apprécieront les citadins soucieux de la qualité de leur cadre de vie. Et bien d'autres lecteurs encore, curieux de suivre l'auteur en son périple riche de découvertes.

  • EAN

    9782402305297

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    108 Pages

  • Poids

    573 Ko

  • Distributeur

    ePagine

  • Diffuseur

    FeniXX 2

  • Entrepôt

    Eden Livres

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty