Revenir à l'essentiel ; quand l'inconscient croise la spiritualité

À propos

La déshabitation des certitudes marque le monde contemporain. Alors que la pratique religieuse proposée en Occident par le judéo-christianisme décroît et que l'intérêt pour les sciences humaines, notamment la psychologie et la psychanalyse, s'est affranchi des illusions et des adhésions excessives, les déçus ont-ils réinvesti la spiritualité ? À l'exception d'une frange restreinte de fondamentalistes de toutes obédiences, ce n'est pas la religion qui attire, mais une quête plus profonde, plus risquée, plus vivifiante aussi, à savoir la volonté de comprendre comment se tisse pour chacun le rapport entre sa spiritualité et l'Être censé la motiver. L'auteur, attentif à la théologie apophatique, qui ne propose aucune certitude mais interroge par la négative l'espace divin, souligne l'importance du Moi idéal, de l'Idéal du Moi et des questions sur l'origine et la finitude qui jalonnent la nouvelle démarche des chercheurs de déité.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Sciences humaines & sociales > Psychologie / Psychanalyse > Psychologie généralités > Ecoles / Courants / Thèmes

  • EAN

    9782749250021

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    176 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    1 884 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

Hubert Auque

  • Pays : France
  • Langue : Francais

Hubert AUQUE, auteur Français, Catalan d'origine ayant vécu une décennie en Suisse où il a publié son premier roman José (Joselito) qui a obtenu le prix Georges Nicole 1991. En parallèle de son activité d'enseignant – chercheur dans une faculté parisienne il a, outre trois essais, publié entre José (Joselito) et Trio pour violoncelle seul, trois autres romans, deux recueils de nouvelles et une pièce de théâtre.ÿSi ses romans situent les actions en des lieux qui lui sont chers, ils délaissent les entrées auto-biographiques. Trio pour violoncelle seul est un roman très documenté et, concernant Pablo Casals, en lien constant avec l'histoire de ce grand musicien, artisan de paix ; son époque, la guerre civile espagnole et particulièrement la situation des exilés, n'a pas été négligée, thème qui sera développé dans son prochain roman.ÿAussi bien dans ses essais, dans ses nouvelles, ses romans, sa pièce de théâtre, son intérêt pour l'étranger est récurrent ; les protagonistes nous invitent à reconsidérer la condition humaine contemporaine qui ne peut plus compter sur les modèles passés ; loin de le regretter l'auteur les laisse exprimer leurs émotions, dire leurs peines et rester sensibles dans une société elle-même fragile et versatile.ÿLa forme épistolaire est souvent privilégiée, l'auteur, comme Amélie Nothomb, stimulé dès son jeune âge par son père, est ainsi « entré en écriture. »

empty