[eBook] Lettre ouverte à Christiane Taubira, garde des Sceaux

Résumé

" Madame la ministre, n'entendez-vous pas le peuple de France qui gronde contre votre laxisme inspiré de la culture de l'excuse, contre vos amis du Syndicat de la magistrature qui épinglent, sans condamnation de votre part, la photo des pères de jeunes filles assassinées sur un " mur des cons ", contre cette spirale de la violence, source de dislocation de la paix sociale ? Le peuple vous conjure de renoncer de toute urgence au dépérissement de la justice répressive, et de ne pas passer les victimes innocentes par pertes et profits... " Georges Fenech, ancien magistrat, interpelle d'emblée Christiane Taubira, sur un ton direct et combatif. Mais la fermeté de ses propos est dictée par la gravité de la situation : la réforme de la politique pénale voulue par la garde des Sceaux menace la justice et la sécurité des Français nous dit-il. En appuyant sa démonstration sur des faits concrets et sur les chiffres les plus récents de la délinquance, Georges Fenech démonte un à un les rouages d'une politique de l'excuse dangereuse, et de la réforme pénale voulue par une ministre de la Justice préférant l'incantation au réalisme, et l'utopie à la fermeté.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782754059435
  • Disponibilité Disponible
  • Nombre de pages 126 Pages
  • Action copier/coller Non
  • Action imprimer Non
  • Poids 537 Ko
  • Distributeur Editis

Série : Non précisée

Georges Fenech

Spécialiste reconnu de la lutte contre le phénomène sectaire, Georges FENECH a instruit le procès lyonnais de l'Eglise de Scientologie en 1994. Il a présidé, en qualité de député, la commission d'enquête parlementaire sur l'influence des sectes sur les mineurs, puis la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes). Réélu en juin 2012, député du Rhône, Georges FENECH est l'auteur de plusieurs ouvrages consacrés à la justice, la sécurité, la presse et le phénomène sectaire.

empty