Au balcon de la mer

À propos

Extrait
Balthazar Dorlane
L’accident du professeur Balthazar Dorlane avait été annoncé ce soir d’octobre 1980 au journal de vingt heures. C’était un jour maigre de nouvelles et le journaliste s’était étendu sur le sujet. Aucun témoin n’avait assisté au drame. Il avait eu lieu en pleine ligne droite sur une route déserte de l’Ouest. La voiture avait dû subir plusieurs tonneaux avant de s’écraser sur un bas-côté. Les circonstances étaient inconnues. Route sèche, sans vent, visibilité parfaite, immatriculation récente, le compteur marquait à peine cinq mille kilomètres. Réputé pour sa sobriété, Dorlane n’avait aucun goût pour la vitesse. Aucune explication ne venait à l’esprit. Une enquête était en cours. Les images du reportage soulignaient l’importance du choc. Un amas de ferraille et de tôles tordues, et c’était miracle que Dorlane ne fût pas mort. Les pompiers avaient mis plus d’une heure à le sortir de sa prison. Il avait été transporté dans un état de choc par hélicoptère au CHU de Rennes.
Bien qu’il ne fût pas un habitué des plateaux de télévision, le professeur Balthazar Dorlane était connu du grand public. Chacune de ses apparitions à l’écran créait l’événement. Souvent, le lendemain, les critiques des journaux étaient élogieuses. Impossible d’oublier cette silhouette longiligne, ce visage aux yeux clairs, carré, taillé à la serpe, rude mais qu’un sourire un peu triste transfigurait. Une épaisse chevelure séparée par une raie et une mèche sur le front qu’il s’essayait vainement à remonter de la main lui donnaient une allure d’étudiant prolongé qui contrastait avec l’impression des premières rides et cela le rendait éminemment sympathique. Mais c’est lorsqu’il prenait la parole que Dorlane devenait éblouissant. Tous les auditeurs habitués à son numéro attendaient avec impatience qu’il sorte de son mutisme. Tapi dans son silence, attentif aux uns et aux autres et à tout ce qui se disait, Dorlane patientait sans jamais interrompre. Sorte de lion à l’affût, ne perdant pas un mot, il se préparait à bondir. Enfin, le journaliste se tournait vers lui. Venait son tour. Un morceau de bravoure.
Ses yeux pétillaient, son visage rayonnait, ses larges mains s’ouvraient, s’animaient comme si elles s’emparaient du sujet et le pétrissaient. Avec une verve étourdissante, une passion à soulever des montagnes, un enthousiasme juvénile où se mêlaient sérieux et humour, le tout truffé d’anecdotes, Dorlane vous ouvrait son univers et vous transportait par les chemins les plus déroutants en son royaume. Et son royaume était un empire. Ses connaissances étaient encyclopédiques. Historien de renommée mondiale, spécialiste de la Rome antique, ses travaux faisaient référence dans les cercles universitaires. Mais il y avait belle lurette que sa célébrité avait dépassé ce milieu. Dorlane avait conduit de nombreuses missions archéologiques et participé à plusieurs expéditions à travers le monde qui avaient plus contribué à sa réputation que ses recherches historiques. Ainsi avait-il mené des séries de fouilles sur plusieurs sites de l’Empire romain au Moyen-Orient, mais on l’avait vu aussi dans les coins les plus perdus de la terre, dans les déserts, sur les pentes de l’Himalaya ou du côté des pôles. De ses voyages il avait tiré de nombreux livres écrits d’une plume aussi captivante que l’étaient ses talents de conteur sur les plateaux de télévision.
Son numéro terminé, Dorlane retombait dans le silence et reprenait peu à peu son expression si attachante de vieil étudiant triste. Survenait souvent, à la fin de l’exposé, un petit flottement tant la magie des paroles mettait du temps à s’estomper. Le journaliste, meneur du débat, sous le charme, en perdait le fil de son émission. Les applaudissements crépitaient et le public transporté par cette foi qui l’avait émerveillé, peu à peu, redescendait sur terre. Discret, Dorlane savourait.
Que de minutes de bonheur l’acteur Dorlane m’avait données ! Toutes les interviews de l’historien ou du voyageur étaient un régal, trop court certes, et qui me laissait toujours sur ma faim. J’aurais aimé l’entendre des heures, sans me lasser. Aussi la nouvelle de l’accident et la pensée que, peut-être, je ne le reverrais plus m’avaient attristé. Je me remémorais certains morceaux qu’il nous avait joués et qui auraient pu figurer dans une anthologie du théâtre. Je revoyais sa silhouette féline, son visage cabossé et rugueux mais duquel émanait une si vive intelligence qu’il en irradiait beaucoup de charme.
Depuis longtemps, je connaissais le professeur Dorlane par ses écrits et ceux-ci m’avaient procuré des instants de bonheur bien plus intenses que ses brèves apparition à la télévision.
Il pleuvait. Une pluie battante avait versé tout au long du jour sur Paris et l’averse cinglait encore la fenêtre. Un vent d’ouest soufflait l’automne. Je pensais à Dorlane, à cette heure entre la vie et la mort – à cette fraction de seconde peut-être mort – sur son lit d’hôpital du grand Ouest. C’était pour moi aussi, comme pour le journaliste, une soirée creuse. Aucune obligation ne s’imposait. Rien de précis à faire. Je me retirai dans mon bureau et cherchai à dénicher, sur les rayons de ma bibliothèque, Dorlane.
J’avais beaucoup lu Dorlane, non pas ses ouvrages d’histoire réservés surtout aux initiés mais ses récits de voyage ou certaines de ses biographies sur des personnages célèbres ou perdus de vue, part de son œuvre dans laquelle il excellait et qui lui avait mérité un vaste public. Elles se lisaient comme un roman et je ne sais la vie de qui, de l’empereur Constantin, de Théodora, de Savorgnan de Brazza ou encore de Charles de Foucauld, m’avait le plus emballé. C’est toujours avec regret que je refermais le livre et, en le rangeant, je me réjouissais de savoir où le retrouver.



  • EAN

    9782843467479

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    206 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb pages copiables

    41

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb pages imprimables

    247

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    555 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty