L'honneur des faïenciers

À propos

Extrait
LE BONJOUR D’ALFRED
— Vous avez entendu ? Il est arrivé chez nous !
— Chhhut !
Trop tard ! Réveillé en sursaut, le bébé se mit à pleurer. Julie De la Hubaudière, stoppant net son élan, resta interdite dans l’encadrement de la porte, dont elle tenait toujours la poignée. Que faisait là ce nouveau-né, dans les appartements de la manufacture ? Marie-Reine Bonnenfant, la lingère, se pencha sur le panier, recueillit sur son sein le petit corps emmailloté du ventre aux pieds, et le berça en se balançant d’un côté et d’autre, sous l’œil approbateur de Perrine Le Talec, la vieille servante, jusqu’à ce que l’enfant, apaisé, se rendormît.
Julie remarqua l’air attendri de son frère André contemplant la scène, avant de la rejoindre sur le seuil et de sortir sans bruit avec elle, tout en ayant soin de refermer la porte derrière eux. Elle était assez perspicace pour remarquer la poitrine gonflée de la servante et sa taille encore ample, la désignant sans doute aucun comme la mère du petit :
— Je n’ai pas su que Marie-Reine était enceinte ! Où a-t-elle accouché ?
— Chez sa sœur à Kerguestin, en Ergué-Armel.
— Il y a longtemps ?
— Un mois tout juste !
— Et on sait qui est le père ?
— Ça... !
André prit l’air évasif de circonstance, comme si la chose était banale... Elle le devenait de fait, tant il était fréquent que, pour obtenir de l’ouvrage, les lingères devaient céder aux maîtres.
Mais comme elles travaillaient pour plusieurs maisons, il était bien difficile, si elle n’avouaient pas, de déterminer le responsable de leur grossesse. Elles-mêmes ne le savaient pas toujours. Il en résultait un regard soupçonneux posé par la religion sur les différents maîtres en cause, mais l’habitude de la chose, alliée au rejet épidermique du moment pour les excès de zèle catholique du gouverne-ment déchu, rendait ce regard plus supportable. En revanche, celui de Julie était perçant :
— Et tu comptes la garder ?
— Pourquoi pas ? En quoi ça gênerait ?
— Tu sais ce que cela signifierait, pour les gens...!
Il était de bon ton, pour les maîtres, de chasser de leur maison ces filles-mères dès avant leur accouchement, ou à tout le moins aussitôt après, pour bien montrer la désapprobation et en même temps se dédouaner de toute accusation. Ensuite, c’était parole du maître, bien établi parmi les notables, contre celle de la jeune mère, si l’ingrate décidait de jeter le doute sur celui qui lui avait fait la faveur de lui procurer de l’ouvrage. Mais garder chez soi la polissonne constituait un aveu irrémédiable de paternité.
— Les mauvaises langues seraient bien embêtées, pour savoir à qui l’attribuer, entre nous quatre !
— Elles ne se gêneraient pas pour le donner aux quatre ! Mais elles n’auraient pas besoin d’aller si loin pour flétrir notre nom. Un seul d’entre vous suffirait pour faire perdre à notre famille le crédit qu’elle commence à retrouver.
Les frères De la Hubaudière juniors avaient leur demeure tous quatre ensemble dans la manufacture de faïence, même si le plus jeune, Antoine, s’absentait souvent pour effectuer ses tournées de commis voyageur vers Rennes. Depuis six mois, André était entré au conseil municipal à la faveur du nouveau genre d’élections, dans lequel on avait aboli le vote par sections : toute la commune votait pour une même liste et élisait le conseil en une seule fois. Julie avait été très fière du résultat, témoignant de l’estime dont jouissait encore sa famille : après l’aîné Clément, nommé conseiller de préfecture, puis le cadet Jean-Marie, désigné conseiller municipal lors du remplacement des fidèles à Charles X, André était choisi par la voix populaire, la plus représentative.
Déjà l’an passé, lors de la réorganisation de la garde nationale, décrétée par Louis-Philippe, il avait été élu sous-lieutenant de la première compagnie de chasseurs, tandis que son frère Denis obtenait le même honneur de la seconde compagnie ; Antoine, dans les sapeurs-pompiers, recevant la responsabilité de sa section, preuve que la famille jouissait toujours, non seulement à Locmaria, mais dans tout Quimper, de la confiance que les monarchies des Bourbons, pendant quinze ans, s’étaient efforcées d’anéantir. Leur mère en eût été satisfaite.



Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782843467820

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    432 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb pages copiables

    86

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb pages imprimables

    518

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    689 Ko

  • Distributeur

    Numilog

  • Diffuseur

    Numilog

  • Entrepôt

    Numilog

  • Support principal

    ebook (ePub)

empty