Adieu, Palmyre
Offrir cet ebook

Les mots clés

Société

Résumé

« J'ai été quatre fois à Palmyre : c'était le lieu le plus enchanteur de l'Orient, à la fois par la beauté exceptionnelle des ruines et par le paysage romantique qui les entourait. Maintenant que tout est détruit, j'ai voulu me souvenir de ce que cela avait été. On arrivait à l'hôtel Zénobie, désuet, décati, construit dans l'enceinte du site, et d'emblée la légende de la grande reine planait sur la ville qu'elle avait portée à son apogée. Je ressuscite l'image de Zénobie qui avait osé se dresser, femme et Arabe, contre l'empereur romain Aurélien, chef de l'État le plus puissant du monde. Puis j'évoque ce qui restait du site, l'idée générale qui avait présidé à son ordonnancement, avant d'examiner en détail, mais toujours plus en amoureux qu'en érudit, les monuments qui ont subsisté, si poétiques : le théâtre, les temples, les tours funéraires. Avant de conclure par une réflexion sur l'iconoclasme, une des plus vieilles passions de l'homme, qui pousse une idéologie au pouvoir à faire table rase de celles qui l'ont précédée. » Dominique Fernandez Voici Palmyre racontée et montrée par deux voyageurs passionnés qui l'ont visitée à de nombreuses reprises. Ce site inouï, détruit en 2015 par la violence de Daech, est reconstitué par les photographies de Ferrante Ferranti qui en donnent une vision exhaustive (temples, agora et théâtre, colonnades et arches, camp de Dioclétien, tombeaux), faisant ainsi oeuvre de mémoire. Palmyre apparaît alors dans sa splendeur, telle qu'on ne la reverra jamais.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN

    9782848765211

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    128 Pages

  • Action copier/coller

    Dans le cadre de la copie privée

  • Action imprimer

    Dans le cadre de la copie privée

  • Poids

    98 304 Ko

  • Distributeur

    Volumen

Dominique Fernandez

Dominique Fernandez est né à Paris en 1929. Ecole normale supérieure, agrégation d'italien, doctorat ès lettres. Il écrit pour Le Nouvel Observateur. Il a obtenu le prix Médicis en 1974 pour Porporino ou les mystères de Naples, le prix Goncourt en 1982 pour Dans la main de l'Ange. Il publie L'art de raconter en 2007, année où il est élu à l'Académie française. Derniers livres parus : Ramon, 2008 et Tolstoï, 2010.

Ferrante Ferranti

Ferrante Ferranti, d'origine italienne, vit à Paris. Diplômé d'architecture, il consacre sa vie aux voyages et à la photographie, notamment autour de l'iconographie et des expressions du sacré. Il a exposé dans de nombreux pays : France, Belgique, Espagne, Brésil, Italie Roumanie, Syrie, Indonésie, Inde, Colombie, Mexique, Portugal, Russie etc. Il fut notamment le photographe des expositions Brésil Baroque et Mont-Athos au Petit Palais. En octobre 2012, il sera le photographe de l'exposition Dieu, mode d'emploi, qui se tiendra au Petit Palais à Paris. En mai 2013, la Maison européenne de la Photographie organisera une exposition rétrospective sur l'ensemble de son ?uvre, et il exposera en 2012 au musée des arts occidentaux de Tokyo. Il a publié une trentaine de livres, parmi lesquels plusieurs titres avec Dominique Fernandez de l'Académie Française, notamment Villa Médicis, Editions Philippe Rey, 2010 et Naples, Imprimerie Nationale, 2011.

empty