[eBook] Ce que le Coran dit

Résumé

Le Coran et les chrétiens Comme déjà évoqué, la relation entre chrétiens et musulmans est riche de 1400 ans d’histoire. Malheureusement, cette histoire a souvent été marquée par beaucoup de haine et de sang versé. Mais en lisant la biographie de Mahomet, prophète de l’islam, j’ai été agréablement surpris de découvrir qu’en réalité, elle avait commencé paisiblement. Un homme de la parenté de Mahomet, l’aveugle Waraqa bin Neufal, était de dénomination chrétienne. Il habitait la même ville et, pendant des années, a appelé, en vain, les habitants de La Mecque à cesser d’adorer des idoles de bois ou de pierre. Ces idoles se trouvaient alors dans le centre religieux de la cité, la Kaaba. Lorsque Mahomet, bien plus jeune que lui, s’est mis à le soutenir dans sa cause avec beaucoup de zèle, Waraqa s’en est grandement réjoui. Ils sont restés amis jusqu’à la mort de Waraqa. À la naissance de l’islam, la pression que les païens de La Mecque exerçaient sur les musulmans était si forte qu’ils craignaient pour leur vie. 70 d’entre eux ont alors décidé de fuir. Mais où pouvaient-ils aller ? Toutes les tribus arabes avaient des liens d’amitié avec les Mecquois. On les aurait renvoyés d’où ils venaient, sans chercher à savoir qui avait raison ou tort. Mahomet a donc ordonné à ses partisans de se rendre dans la lointaine contrée de l’Abyssinie, espérant que le roi chrétien qui y régnait réagirait avec équité. Ses attentes n’ont pas été déçues : le souverain africain a réservé un bon accueil aux réfugiés musulmans. Il aurait pourtant pu les livrer aux Mecquois, ce qui lui aurait permis non seulement d’économiser de l’argent, mais, certainement aussi, d’en retirer certains bénéfices. Car depuis de longues années, il avait avec les Mecquois des relations commerciales privilégiées. Cependant, cet homme intègre ne recherchait pas les avantages matériels. Il était au contraire prêt à y renoncer pour la justice. Ainsi, lorsque les autorités de La Mecque lui ont envoyé des émissaires pour exiger qu’on leur remette les musulmans, il les a renvoyés dans le désert, les mains vides. Par conséquent, je ne suis pas surpris que la sourate 5.82 dise: «Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer les croyants [les musulmans] sont ceux qui disent: ‘Nous sommes chrétiens.’ C’est qu’il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu’ils ne s’enflent pas d’orgueil.» Le verset suivant fait peut-être allusion à Waraqa bin Neufal: «Et quand ils entendent ce qui a été descendu sur le Messager [Muhammad], (…) ils disent: ‘ô notre Seigneur! Nous croyons: inscris-nous donc parmi ceux qui témoignent.’» Deux versets plus loin, le Coran promet même le «paradis» à ces chrétiens: « Allah donc les récompense pour ce qu’ils disent par des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux, où ils demeureront éternellement.» La sourate 3.113 dit aussi: «Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d’Allah en se prosternant. Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres. Ceux-là sont parmi les gens de bien. » De toute évidence, il ne s’agit pas, ici, de chrétiens qui se seraient convertis à l’islam, comme certains le prétendent parfois, car alors ils seraient appelés «musulmans ». La sourate 29.46 est plus conciliante encore: « Notre Dieu et votre Dieu est le même, et c’est à Lui que nous nous soumettons. » Il n’est donc pas surprenant que le même verset interdise aux musulmans de se quereller avec les chrétiens: « Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre. »

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

  • EAN 9782889135950
  • Disponibilité Disponible
  • Action copier/coller Non
  • Action imprimer Non
  • Partage Dans le cadre de la copie privée
  • Nb Partage 6 appareils
  • Poids 425 Ko
  • Distributeur Numilog
empty