Alex Thibodeau

  • Infantia

    Alex Thibodeau

    Dans Infantia, récit poétique dur, troublant et émouvant, l'autrice revisite son enfance pour creuser les dessous d'une amitié profondément marquante. Sous la forme d'adresses à celle dont les monstres qui transpercent/les fenêtres ont tous/[le] visage, les poèmes dissèquent cette relation, en extraient le jus, le parfum d'araignée et celui de la mort, pour en révéler la cruauté et la puissance.
    Grâce à une écriture aussi sulfureuse que brave, et empruntant à l'imaginaire du conte de fées, Alex Thibodeau montre sans pudeur la honte, la souffrance, mais aussi l'amour vécus. Avec ce premier recueil troublant et émouvant, elle explore avec finesse le thème des jeux et abus sexuels entre enfants, la frontière floue qui les délimite.

  • « Les corps qui dansent sont toujours les corps de ma nuit », cent-soixante-troisième numéro de la revue Moebius a été dirigé par Nicholas Dawson et Gabrielle Giasson-Dulude. Les textes qui composent ce numéro exposent la fragilité avec courage. Il est question de tension entre jours et nuits, d'une expérience, d'une mémoire du corps, des corps comme si nous en habitions plusieurs. Lisez la prose de Mélodie Nelson (Reste cette nuit), Jennifer Bélanger (Sur la pointe des pieds) Justina Uribe (On ira danser), Frédérique Lamoureux (L'épiderme), Mahité Breton (Cadence), Alex Thibodeau (L'oeil), Cato Fortin (Ladies night parade) et la poésie d'Alizée Goulet, Michelle Dubois, Clémence Gachot-Coniglio, et Zéa Beaulieu-April. Lucile de Pesloüan termine sa résidence d'écrivaine, Julie Delporte signe sa dernière couverture, Mariève Maréchale, une « Lettre à Bouraoui » et Karianne Trudeau Beaunoyer fait ses adieux à Moebius.

empty