Alex Tremblay Lamarche

  • C'est aux paradis artificiels et autres substances « illicites » que se consacre le numéro du printemps de la revue Cap-aux-Diamants. Tabac, alcool, marijuana, LSD, de la Nouvelle-France aux années 1970, ce numéro propose plusieurs articles abordant un aspect ou un autre de ces substances visant à altérer les sens. Catherine Ferland propose quelques histoires autour du tabac en Nouvelle-France. Samuel Heine nous entraîne dans les fumeries d'opium et à la rencontre de la communauté sino-montréalaise au XXe siècle. Prohibition ou tempérance ? Yannick Cormier revient sur le référendum du 10 avril 1919. Guy Morin effectue un voyage dans le Québec psychédélique, et François Droüin nous informe sur la commission Le Dain qui, dans les années 1970, étudiait déjà la possibilité de décriminaliser le cannabis. Enfin, Marc-André Brouillard discute de la revue Mainmise, publiée entre 1970 et 1978, véhicule de la contre-culture québécoise de l'époque.

  • Le numéro d'hiver de la revue Cap-aux-Diamants rassemble sept textes reçus dans le cadre du cinquième concours de textes en histoire de la revue, organisé en collaboration avec les Éditions du Septentrion. Mathieu Roy (Premier prix) signe un article sur le renouvellement et la modernisation du concept de vie nordique à travers les représentations symboliques et identitaires entourant le projet hydroélectrique de la Baie-James. Marie-Joëlle Duchesne (Deuxième prix) traite du nouveau rapport des Québécois à l'alcool avec la mise en place de la Société des alcools du Québec, alors que Maxime Godard (Troisième prix) raconte la bataille menée par Robert Bourassa pour faire reconnaître la compétence du Québec en matière de câble alors une nouvelle technologie. Les quatre autres textes traitent de l'agentivité d'une meurtrière (Marie-Ève Berthelet), du discours du Général de Gaulle à l'hôtel de ville de Montréal en 1967 (Gabriel Poirier), de l'évolution de l'enseignement au collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière (Emmy Côté) et du démantèlement des fortifications de Montréal (Joel Beauchamps-Monfette).

  • Fondé à la fin du XIXe siècle, le Club musical de Québec célèbre cette année ses 125 ans. Pour souligner l'occasion, la revue Cap-aux-Diamants consacre l'essentiel de son 127e numéro à un grand dossier sur l'histoire de la vie musicale dans la province. L'aventure débute avec l'historienne Mireille Barrière sur l'apport des troupes étrangères dans la popularisation de l'opéra italien et le texte d'Emmanuel Bernier sur la fondation du club. Le tournant du siècle amène ensuite de nouveaux modes de diffusion, le phonographe et la radio, qui viennent changer l'accessibilité à la musique populaire dans la première moitié du XXe siècle - comme en témoigne l'entretien avec le musicologue Lucien Poirier. Enfin, il est temps d'aborder, à travers les textes d'Yves Laberge et Geneviève Piché, le rayonnement international de la musique québécoise dans la deuxième moitié du siècle et les défis posés par la préservation de ce riche patrimoine, qu'il s'agisse de microsillons ou de photographies. Une occasion unique de découvrir l'évolution des institutions et des pratiques sociales qui ont structuré ce pan unique de notre culture.

  • C'est à un voyage dans les coulisses de la Confédération que nous convie ce numéro de printemps. En effet, c'est il y a 150 ans que l'Acte de l'Amérique du Nord britannique fut proclamé, réunissant les provinces canadiennes en une seule et même puissance. Les événements commémoratifs se multiplieront donc cette année, et Cap-aux-Diamants s'invite naturellement dans la discussion. Pour mieux appréhender les principes fondamentaux et l'évolution du fédéralisme canadien, la revue nous propose de plonger dans les débats et les questionnements de son origine - avec parfois un détour par des pensées plus contemporaines. Le dossier principal rassemble ainsi les textes de huit auteurs s'intéressant aussi bien aux manifestations étatiques (la conférence de Londres de 1866-1867) et aux figures incontournables (Louis-Joseph Papineau) qu'aux conséquences sur les groupes jugés marginaux par les puissants (les peuples autochtones) et aux regards postérieurs (les intellectuelles féministes des années 1960).

empty