Littérature traduite

  • Entrez de plain-pied dans le monde fascinant la data science
    Vous aussi participez à la révolution qui ramène l'intelligence artificielle au coeur de notre société, grace aux data scientists.
    La data science consiste à traduire des problèmes de toute autre nature, en problèmes de modélisation quantitative, résolus par des algorithmes de traitement.
    Ce livre se présente comme une référence pour tous les développeurs, statisticiens ou chefs de projets ayant à résoudre des problèmes liés à la data science.
    Au programme :

    Pourquoi utiliser le machine learning

    Les différentes versions de Python

    L'apprentissage non supervisé et le préprocessing

    Représenter les données

    Processus de validation

    Algorithmes, chaînes et pipeline

    Travailler avec des données de type texte

    Du prototype à la production

  • Le Bitcoin, l'un des sujets les plus brûlants du moment - la bible sur le sujet acheté à l'éditeur référent sur le sujet
    Après le succès du titre
    Le Bitcoin pour les Nuls (9782412029015
    ),
    4000 exemplaires vendus en 4 mois et un taux de retour de seulement 1,5%, ce livre ultra complet sur le sujet va vous permettre d'aller plus loin dans votre connaissance du Bitcoin.
    Le Bitcoin est une technologie pair à pair (de type Blockchain) qui fonctionne sans autorité centrale. La gestion des transactions et la création de bitcoins est prise en charge collectivement par le réseau. Le Bitcoin est libre et ouvert. Sa conception est publique, personne ne possède ni ne contrôle Bitcoin et tous peuvent s'y joindre. Grâce à plusieurs de ses propriétés uniques, il rend possible des usages prometteurs qui ne pourraient pas être couverts par les systèmes de paiement précédents.
    Il permet des paiements électroniques avec par exemple un smartphone, des transactions sécurisées par cryptographie, un onctionnement partout et des transferts d'argent rapides et peu onéreux.
    Collection O'Reilly

  • La maison Nouv.

    Trois personnages en quête de liberté vivent dans une maison radieuse et sont liés entre eux par un amour que rien ne ternit....
    La question n'est cependant pas là. Pour Anneliese, femme du médecin Brandhardt, pour Gitta, leur fille, et surtout pour Balduin, leur fils adolescent, la liberté consiste à ne pas manquer le train qui mène au « pays des artistes ».
    Malgré sa bonté et son intelligence, Brandhardt incarne l'ordre social et la domination masculine. Anneliese a renoncé à sa carrière de pianiste virtuose. Gitta, à force de coups de tête impulsifs, prendra en main sa propre existence. Derrière le personnage éclatant du jeune Balduin se dessine le portrait du jeune Rainer Maria Rilke, dont Lou Andreas-Salomé brosse une analyse fine et profonde.Superbement écrit, foisonnant de questions essentielles sur la vie de couple et la vocation créatrice, La Maison fait partie de ces livres que l'on n'arrive jamais à refermer. Télérama.Postface de Sabina Streiter.Traduit de l'allemand par Nicole Casanova.

  • Ces deux nouvelles furent écrites en 1896 et 1898, juste avant et pendant la relation amoureuse de Lou Andreas-Salomé avec Rainer Maria Rilke.
    Un même thème les parcourt : le choix pour une femme de la liberté, sans réserve, au mépris du danger - liberté d'aimer ou de ne pas aimer, hors conventions, liberté de créer - et la traversée des chemins qui y mènent. Traversée de ce qui tue la passion et représente une tentation masochiste pour les femmes : le mariage. Antérieures à ses textes psychanalytiques maintenant bien connus, ces deux nouvelles sont les premiers textes romanesques de Lou Andreas-Salomé jamais publiés en France.

    « Max Werner s'assit au hasard à côté d'une jeune Russe qu'il voyait pour la première fois, - il ne comprit pas son nom compliqué lors de la présentation, mais on l'appelait tout simplement, quand on lui parlait, « Fénia » ou « Fénitchka ». Dans sa petite robe noire de nonne, qui enserrait discrètement et d'une manière comiquement peu parisienne sa taille moyenne et devait être le costume favori des étudiantes zurichoises, elle ne lui fit tout d'abord aucune impression particulière. [...] Seuls lui plurent, en Fénia, les intelligents yeux bruns qui jetaient sur toute chose un regard ouvert et clair. »

  • Irrévocable

    Andreas Pfluger

    Rien ne l'effraie, à l'exception d'elle-même.
    Barcelone, il y a cinq ans : une opération tourne au cauchemar. Ce jour-là, Jenny Aaron, membre d'une unité très spéciale de la police allemande, perd tout : son amour, son honneur, sa vue. Elle survit grâce à ses autres sens et à la philosophie des samouraïs. Les arts martiaux constituent un de ses atouts majeurs, en dépit de sa cécité.
    Mais les interventions à haut risque sont désormais remplacées par les interrogatoires les plus délicats. Écouter les silences, comprendre les non-dits, est devenu sa nouvelle spécialité. Un coup de fil de Berlin va pourtant propulser Jenny au sein de son ancienne équipe qu'elle pensait ne plus jamais revoir.
    Un détenu de la prison de la capitale se déclare prêt à parler à condition que ce soit elle qui mène l'interrogatoire. Malgré ses réticences, la spécialiste accepte.
    À peine entend-elle la voix de l'homme, que Jenny comprend : l'accident qui lui a coûté la vue n'était que le prologue. Dans les prochaines trente-six heures va se jouer sa vie...

  • Dans les années 1880, un mendiant roué et sans scrupules qui pérégrine à travers la Thessalie se retrouve dans un village peuplé de paysans misérables et supersitieux dont il va rapidement causer la ruine. Telle est l'intrigue du Mendiant, récit d'inspiration naturaliste publié en 1896, qui consacra son auteur, le médecin ethnographe Andréas Karkavitas (1865-1922) comme l'une des figures majeures de la littérature néo-hellénique. Cette oeuvre pose un regard sans complaisance sur une Grèce paysanne, pittoresque et lamentable.

  • Ces Dits de la Proue furent unanimement salués comme un chef-d'oeuvre au moment de leur parution en 1899, consacrant Andréas Karkavitsas comme l'un des maîtres de la prose néo-hellénique. Ce recueil de vingt courts récits, reliés entre eux par le fil conducteur de la fatalité tragique, constitue l'un des sommets de la littérature maritime universelle. On y retrouve le souffle épique et la tension dramatique d'un Melville ou d'un Conrad. Comme eux, le grand écrivain grec donne aux plus humbles péripéties de la rude vie de marin la dimension du mythe.

  • Tueur de princesses

    Andreas Fohr

    Le commissaire Wallner se voit assigner un étrange cas : une jeune fille de 15 ans a été retrouvée morte dans un lac des Alpes bavaroises. Elle gît emprisonnée sous la surface gelée. Elle a été droguée, poignardée en plein coeur puis revêtue d'une robe de brocart digne d'une princesse de conte de fées avant d'être immergée. À l'intérieur de sa bouche, les enquêteurs découvrent une minuscule plaque en fer blanc marquée du numéro 1.
    Quand Wallner trouve sur le toit de sa propre maison le cadavre d'une deuxième adolescente assassinée selon le même rituel, il se doute qu'il a affaire à un tueur en série. D'autres meurtres suivent apportant chacun un nouvel indice dissimulé dans la bouche de la victime. Pour démasquer le tueur, Wallner va devoir reconstituer le puzzle.
    Humour pince-sans-rire, enquêteurs obstinés, intrigue bien ficelée. Tous les ingrédients sont ici réunis pour un suspense à glacer le sang.

empty