Sciences humaines & sociales

  • "Que peut-on conclure de tout cela pour les liens entre les sexes ?"
    Il serait aisé de présenter Lou Andreas-Salomé comme une grande figure du féminisme, se laissant guider par sa vie : celle d'une femme libre, intellectuelle, sans enfants. Tout aussi aisé, en lisant quelques-unes de ses assertions sur "le type féminin" ou la structure masculine de la libido, de la présenter, au contraire, comme une voix exemplaire d'essentialisation de la femme, réduite à un "Éternel féminin", maternel avant tout.
    Ce n'est pourtant ni d'un côté ni de l'autre, insaisissable, qu'elle se trouve sans doute : en un interstice singulier qu'il reste à questionner et dont les articles ici réunis portent remarquablement l'équation.

    Narcissisme, féminité, complexe d'OEdipe... Trois textes psychanalytiques, denses et sinueux, par celle que Freud nommait "la compreneuse".

  • Meseberg, Allemagne, le 1er  juillet 2020  : Angela Merkel et Emmanuel Macron réaffirment, lors d'un déjeuner abondamment photographié par la presse européenne, une entente franco-allemande qui n'a pas toujours coulé de source.
    Hélène Miard-Delacroix, historienne française, et Andreas Wirsching, historien allemand, nous racontent de leur point de vue l'histoire tumultueuse qui a lié ces deux grands pays au coeur de l'Europe. Des siècles durant, soupçons, jalousies, humiliations et craintes des deux côtés du Rhin ont engendré de sanglants conflits, de la guerre franco-allemande de 1870-1871 aux Première et Seconde Guerres mondiales.
    Après 1945, les deux nations ont su mettre en place une relation d'amitié et s'accorder grâce à nombre de protagonistes dont les couples politiques -  d'Helmut Kohl et François Mitterrand à Angela Merkel et Emmanuel Macron.
    Si ces deux voisins singuliers veulent encore aujourd'hui jouer un rôle dans l'Histoire en imposant une coopération franco-allemande dans l'Union européenne, ils devront mettre leurs passifs de côté. Ce livre stimulant et accessible à tous montre à quel point la connaissance du passé commun est importante pour qu'il en soit ainsi.
     
    Hélène Miard-Delacroix est professeure à Sorbonne-Université à Paris. Ses travaux de recherche portent sur l'histoire allemande et l'histoire des relations franco-allemandes. Andreas Wirsching est directeur de l'Institut für Zeitgeschichte et professeur d'Histoire contemporaine à l'Université Ludwig-Maximilian de Munich.

  • Comment lire aujourd'hui Sigmund Freud (1856-1939), un auteur sur lequel tout semble avoir été dit ? Abondamment commentées, ses approches théoriques et thérapeutiques ont donné lieu au mouvement psychanalytique, dont l'essor a marqué le monde occidental. Si Freud est devenu un nom familier, ses théories du rêve, de la sexualité et de la religion n'ont pourtant cessé de susciter des controverses.
    Ce livre invite à rendre accessibles les problématiques majeures de l'oeuvre freudienne en les rapportant à ses contextes scientifique, historique et culturel. Au lieu de livrer une autre présentation dogmatique, il s'agit ici d'éclairer la dynamique de l'oeuvre en révélant les traces du processus historique dans les textes eux-mêmes.

  • La plus libre des disciples de Freud, cette Lou Andreas-Salomé (1861-1937) qu'il appelle par son prénom et à laquelle il a confié la formation analytique de sa fille Anna, adresse au maître en hommage d'affection pour son soixante-quinzième anniversaire cette lettre ouverte. L'amie de Nietzsche et de Rilke, l'écrivain qui a laissé sur chacun d'eux la plus lucide des études, touche au cœur de l'analyse comme de l'écriture. Thérapeute, elle est du sérail. Freud n'hésite pas : il publie le livre aux Éditions psychanalytiques.

  • Cette synthèse sur les Provinces-Unies, depuis les débuts de la Révolte (vers 1555) jusqu'à l'invasion par les troupes françaises (1795) et l'époque napoléonienne met en lumière la place singulière et cruciale de la République des Provinces-Unies des Pays-Bas dans l'histoire politique, confessionnelle, économique et culturelle de l'Europe et du monde durant la période moderne.
    Au-delà de l'image traditionnelle d'un État riche de sa conquête de terres sur la mer du Nord, de son économie florissante grâce au commerce maritime et de ses artistes et penseurs, les Provinces-Unies furent capables d'assurer leur indépendance nationale au prix d'un effort militaire inouï pendant plus d'un siècle et demi et de maintenir un fragile équilibre politique qui a survécu à toutes les crises intérieures et extérieures. Sur ces terres qui furent un foyer d'immigration très dynamique, attirant ceux qui cherchaient du travail et une vie meilleure, les villes offraient une cohabitation inédite pour l'époque entre des communautés de différentes confessions. Outre une agriculture prospère et précocement tournée vers la commercialisation, le pays fut le siège de nombreux progrès techniques et c'est à La Haye ou Amsterdam que l'imprimerie a alimenté pendant toute la période l'Europe en feuilles et ouvrages.
    Cette solide synthèse thématique et chronologique sur la longue durée sera étayée par un lexique, une chronologie et une série de documents (courts extraits de textes, graphiques, tableaux statistiques, cartes historiques, reproductions d'oeuvres d'art) illustrant les séquences les plus importantes.

  • L'ambition de cet ouvrage est d'illustrer à la fois comment la philosophie conceptualise le conflit et comment elle s'efforce d'en résoudre les dangers inhérents. Plutôt que de proposer un aperçu purement abstrait de la notion de « conflit », l'ensemble des travaux se focalise sur la confrontation des philosophes à des problèmes historiques tels que la guerre, la dissension sociale, la tyrannie, ou encore le sport.

  • Cette étude, novatrice à la fois théoriquement et empiriquement, porte sur la syllepse « oratoire », figure de rhétorique pouvant se définir comme l'emploi d'une occurrence d'un mot dans deux sens différents : « L'ardoise - à y bien réfléchir c'est-à-dire peu, car elle a une gamme de reflets très réduite [...] » (Francis Ponge). Sur le plan théorique, cet ouvrage propose : une discussion éclairante des rapports de la syllepse avec les phénomènes de polysémie, d'homonymie et d'ambiguïté ; une mise au point sur les relations qu'elle entretient avec certains procédés apparentés tels l'antanaclase, le zeugme, la métaphore et le calembour ; une méthode d'analyse permettant la mise en lumière du fonctionnement contextuel de cette figure et de ses modalités de repérage. Sur le plan empirique, l'étude présente une analyse détaillée de l'usage de la syllepse dans un corpus de poèmes de Francis Ponge. Par sa description des aspects grammaticaux, sémantico-lexicaux et fonctionnels de la syllepse « pongienne », elle constitue un examen minutieux d'un élément marquant de l'écriture de Ponge.Cet ouvrage s'adresse aussi bien aux lecteurs s'intéressant aux figures de rhétorique, aux analyses linguistiques de la poésie qu'à l'oeuvre de Francis Ponge.

  • Dans la série déjà longue des études consacrées à l'histoire du travail, cet ouvrage met l'accent sur une approche comparée au niveau mondial. Les expériences rapportées d'Afrique et d'Amérique latine offrent ici un matériau riche et diversifié. Les auteurs rappellent que les sources pour cette histoire ne se trouvent pas exclusivement dans les archives ou les enquêtes, mais aussi dans l'étude des facteurs culturels du travail.
    Traitant de diverses formes du travail - les industries agricoles et mécaniques, le caractère « invisible » ou non reconnu de la main-d'oeuvre, l'artisanat et le secteur informel -, le livre discute également de questions concernant les organisations, la manière d'écrire l'histoire, la résistance et la créativité, l'impact des cultures locales, ainsi que les attentes des jeunes.
    Ce volume est issu des présentations et des discussions qui ont eu lieu lors du symposium sur les « Changements dans les modèles culturels du travail en Afrique : une approche comparative », tenu à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, du 5 au 7 décembre 2011. Si le Sénégal y fait l'objet d'une attention particulière, de nombreuses contributions y traitent d'autres parties du monde et jettent des regards croisés sur l'Afrique et l'Amérique latine.
    Babacar Fall enseigne à la Faculté des sciences et technologies de l'éducation et de la formation à l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar.
    Ineke Phaf-Rheinberger est chercheuse associée à l'Institut pour les sciences africaines et asiatiques à l'Université Humboldt de Berlin.
    Andreas Eckert est directeur du Centre international de recherche « Work and Human Life Course in Global History (re:work) à Berlin.

  • Les relations franco-allemandes, comme tout échange, se construisent sur des représentations positives, négatives, inventives ou stéréotypées. Leur histoire a été marquées par deux stades concomitants de fascination et de rejet, suivis d'une acceptation fraternelle (1963) ayant donné naissance à de nombreux symboles. Cette étude développe la notion en mouvement du symbole franco-allemand puis analyse des exemples.

  • Notre identité et la conscience de la différence naissent dans la rencontre avec autrui. Le contact avec l'autre pose de manière radicale la question " Qui sommes-nous en tant qu'individus et société? " Selon l'hypothèse développée dans ce livre, l'ethnographie et l'anthropologie sont à la fois le lieu et l'instrument privilégiés de cette réflexion sur l'homme et sa culture, le différend et l'identitaire, le singulier et l'universel.Dans le contexte historique du contact entre Européens et autochtones en Nouvelle-France, l'ethnographie s'est en effet instituée comme discours rationnel sur l'altérité. À ce titre, le livre du jésuite Joseph-François Lafitau (1681-1746), intitulé Moeurs des Sauvages américains comparées aux moeurs des premiers temps (1724), est un texte exemplaire, car il est le texte fondateur de ce discours.Recourant à l'histoire des idées, à l'histoire politique et coloniale et à l'analyse de discours, Lafitau et l'émergence du discours ethnographique retrace les idées qui ont formé la pensée occidentale et déterminé notre rapport à l'autre. En présentant la cartographie conceptuelle du discours ethnographique, il offre au lecteur intéressé comme au spécialiste un point de départ pour la réflexion contemporaine sur le discours ethnographique et l'altérité.

  • Au cours de ce symposium interdisciplinaire et interacadémique, des personnalités actives dans les divers domaines des sciences pures ou appliquées dialoguent avec des historiens et philosophes des sciences pour étudier les processus de la création et de

  • Pourquoi les fenêtres en France sont-elles si différentes de celles que l'on rencontre en Allemagne ? Que recouvre la notion de paysage et l'usage des fleurs dans les deux pays ? Autant d'explications esquissées pour aller à la rencontre de ces cultures. La proximité géographique de l'Allemagne et de la France n'empêche pas que les deux pays restent déconcertants et donc fascinants l'un pour l'autre.

  • Loin de se réduire à une simple question technique, la diffusion des écrits sur la Nouvelle-France engage des enjeux contemporains : jamais gratuite, l'édition des textes ne se réduit pas non plus à un trop facile « reflet » des valeurs de ses auteurs et de ses lecteurs d'alors, puisqu'elle crée et produit de nouvelles lectures, de nouvelles modalités pour comprendre les textes et se les approprier. En cela, l'histoire de la Nouvelle-France est toujours une histoire présente, ancrée dans l'histoire de la francophonie au Canada en général et au Québec en particulier : elle représente un patrimoine où se croisent différentes traditions, différents savoirs (scientifique, politique, historique), qui n'ont pas encore atteint leur autonomie en tant que champs disciplinaires.
    />

empty