Annie François

  • À la recherche de la route des Indes
    Sous le règne du roi Henri IV, les richesses que les Portugais et les Espagnols rapportent des pays éloignés poussent les Français à suivre leur exemple. En 1601, la Compagnie des marchands formée entre des négociants de Saint-Malo, de Laval et de Vitré entreprend de chercher la route des Indes. Cette première association obtenant des privilèges arme deux navires, le Croissant et le Corbin qui partent de Saint-Malo le 18 mai 1601 avec le concours d'un pilote hollandais. C'est sur ce dernier bateau que François Pyrard embarque. Après dix années de péripéties, François Pyrard réussit à rejoindre La Rochelle le 5 février 1611.
    Le récit inédit du voyage d'un navigateur du XVIIe siècle !
    EXTRAIT
    Pyrard revenait à peine de voir quelques amis, entre autres un jeune homme de Laval à bord du Croissant, que le danger parut imminent. D'autres passagers du Corbin, attardés dans leur visite au vaisseau amiral, se précipitèrent dans un galion. L'on parvint à les recueillir sur Le Corbin, mais le galion battu par les vagues fut coulé à fond.
    Au demeurant, ajoute le vieux narrateur, j'estime qu'il est malaisé à ceux qui ne l'ont point expérimenté de concevoir l'horreur et la furie de cette tempête ; car ce que nous avions éprouvé auparavant n'estoit que jeu au prix. Il faisait si obscur en plein midy qu'on ne pouvait voir le ciel, ni s'apercevoir l'un l'autre.
    D'ordinaire si sec et si froid, Pyrard s'émeut à cette occasion. Quand elle gronde, la mer a de si épouvantables accents ! Elle évoque de si poignants souvenirs !

  • « Annie François était sans doute la plus grande lectrice - autant dire le plus grand lecteur - que j'aie jamais rencontrée. Presque autant de livres lus, chaque semaine, que de paquets de Gauloises - et ça n'était pas peu dire. Personnalité d'exception,

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet Abrégé a l'ambition de permettre à la fois l'apprentissage de l'hématologie pratique pour le non-spécialiste et l'apport des connaissances de base nécessaires pour suivre l'évolution de la discipline dans les années à venir.Il conserve dans ses grandes lignes les principes qui avaient fait le succès des précédents abrégés d'hématologie, notamment la description des processus logiques permettant d'aller des symptômes révélateurs au diagnostic en se fondant, autant que possible, sur un raisonnement physiopathologique.
    Sa présentation est pratique et didactique, avec notamment la mise en exergue des points forts et l'identification des points de débat. Il inclut aussi l'indication des « connaissances minimales » considérées comme nécessaires en fin de 2e cycle par la Société française d'hématologie et celles des éléments de programme du 2e cycle retenus par la Commission nationale des études médicales en 2000-2001.
    Enfin, une partie « Pratique », composée de cas cliniques corrigés, offre un véritable outil d'entraînement et d'auto-évaluation.

  • L'enseignant fait-il une différence pour favoriser l'apprentissage ? Ou considère-t-on que tout est déterminé en grande partie par le développement de l'enfant, le contexte social, les programmes ? Et s'il fait une différence, quelle est-elle ? Comment se manifeste-t-elle dans ses comportements, idées, attitudes en tant qu'enseignant ? La nature de cette différence serait précisément une base de connaissances pour enseigner.

    Clermont Gauthier dirige une équipe de recherche avec laquelle il a travaillé pour la rédaction de cet ouvrage. En réaction au plaidoyer du groupe Holmes (1986, 1990, 1995) pour la professionnalisation de l'enseignement et à son postulat sur l'existence d'une base de connaissances pour enseigner, les auteurs se sont interrogés sur la provenance, la nature et la solidité d'une telle base de connaissances.

    Cette voie de recherche, habituellement délaissée par les chercheurs francophones en éducation, porte sur l'enseignement et non sur l'apprentissage. Les auteurs ont pris le parti d'analyser des recherches empiriques menées dans les classes et non des essais normatifs sur ce que devrait être l'enseignement et en ont regroupé les résultats en deux catégories : la gestion de la classe et la gestion de la matière.

    Le problème de l'utilisation des résultats de la recherche leur apparaissant aussi important que celui de la détermination d'une base de connaissances, ils ont jugé nécessaire de situer leurs analyses dans un cadre plus vaste et de formuler les prolégomènes d'une théorie empirique de la pédagogie.

  • Peut-on choisir ses formes de vie ? Telle est la question au coeur du dossier du numéro estival de Spirale. Manières d'agir et d'être communes à des individus, les gestes banals que nous faisons quotidiennement sans réaliser que nous les faisons tous en même temps, voilà ce qu'interrogent les auteurs de ce dossier en se penchant sur des récits, essais et pièces de théâtre « [qui] questionnent notre capacité d'avoir prise sur les séries de gestes que nous posons tous les jours ». Pour la chronique « Afterpop », Antonio Dominguez Leiva parle de l'empire du même, de la sérialisation, de la répétition et autre itération, au cinéma et ailleurs. Le portfolio, signé par Sonia Pelletier, présente quant à lui l'artiste interdisciplinaire Helena Martin Franco dont le travail se décline à travers l'art action, la fabrication d'objet et l'art numérique. Son oeuvre Autel-corps immaculé II illustre la couverture du numéro.

  • On ne peut plus désormais affirmer que la recherche n'a pas de lien avec la pratique enseignante. Au contraire, il est possible de constater que la recherche en enseignement a produit ces dernières années des résultats fort intéressants qui peuvent nous informer comme enseignants, nous aider à analyser notre action quotidienne dans la classe.

    L'objectif de ce petit ouvrage est de faire connaître des résultats de recherches sur l'enseignement tout en les présentant de manière simple et claire. Il s'adresse tant aux futurs enseignants en formation initiales qu'aux novices ou même aux maîtres plus expérimentés du primaire, du secondaire et du collégial.

    Nous espérons que cette seconde édition qui inclut un chapitre inédit de Annie Presseau saura permettre à chacun d'y trouver un certain profit dans son enseignement.

empty