Augustin Mutuale

  • Qui veut engager une recherche en éducation se trouve souvent enjoint de se conformer à des canons académiques qui peuvent apparaître très formels : définir une problématique, formuler des hypothèses, valider des résultats, etc. Ces éléments sont essentiels, mais il faut en comprendre le sens et les enjeux. Or c'est là le premier mérite de l'ouvrage de Guy Berger et Augustin Mutuale : il éclaire les différents moments de toute trajectoire de recherche en explicitant les exigences qui les sous-tendent et permettent de s'inscrire dans un collectif qui donnera sa légitimité au travail réalisé.

    Mais ce livre renvoie aussi, au fur et à mesure de l'exposé des différents « chantiers » qui structurent le travail de recherche, à des questions fondamentales qui permettent au lecteur de clarifier sa posture et mener à bien son projet : qu'est-ce qui différencie une recherche sur l'éducation d'une recherche en éducation ? Suffit-il d'expliquer pour comprendre ? Comment trouver la bonne distance entre une extériorité indifférente et une implication aveuglante ? Qu'est-ce que produire des connaissances nouvelles ? Et à quelles conditions la pratique de la recherche peut-elle être un authentique processus d'émancipation ?

    Tous ceux et toutes celles qui s'engagent dans un travail de recherche en éducation, à l'occasion de la rédaction d'un article, d'un mémoire professionnel, d'un master ou d'une thèse, trouveront ici, bien mieux qu'un « manuel », bien plus qu'un ensemble de précieux conseils, un véritable accompagnement intellectuel de leur démarche. Guy Berger et Augustin Mutuale font ainsi remarquablement oeuvre de « pédagogues », au sens originel du mot : leur ouvrage ouvre le chemin de la recherche tout en laissant le lecteur achever le parcours.

  • Le nombre d'étudiants en situation de handicap augmente d'année en année. Les universités affichent aujourd'hui la volonté de les accueillir et les accompagner. Pourtant, les recherches menées ainsi que les témoignages recueillis révèlent des difficultés quand il s'agit de mettre en oeuvre des politiques inclusives tout en gardant le même niveau d'excellence et d'exigence sur un plan académique. Cet ouvrage rend compte de la réalité des pratiques d'inclusion d'étudiants porteurs de handicap, dans tous les cycles d'études universitaires.

  • Cet ouvrage, fruit d'un travail d'investigation de la philosophie de l'éducation, aborde plus particulièrement la question de la relation dans les débats éducatifs, éthiques et politiques. Il tend à rendre compte de la contribution de la relation dans l'élaboration du sens des processus et des structures d'humanisation. Son interpellation éthique examine la relation sous l'angle d'une rencontre qui réinterroge et refonde la question épistémologique. De même, son angle politique choisit de s'inscrire résolument dans une promesse de célébration intelligente et heureuse de la dignité humaine dans un monde commun.

  • Les deux auteurs creusent les mêmes concepts, confrontent des pratiques, se heurtent aux mêmes impasses. L'un, européen pluriel, le plus ancien, s'est frotté à Kant, Marx, Freud, Rousseau et s'est confronté au politique. L'autre, issu de l'Afrique, héritier de fait des tâtonnements du premier, a cherché des lumières dans la protestation kierkegaardienne. Un texte d'éducation sur l'éducation.

  • Quelles empreintes une expérience interculturelle laisse-t-elle dans une biographie ? Cet ouvrage est le résultat d'un projet de recherche biographique franco-allemand, centré sur les trajectoires de ceux qui ont participé à des programmes de l'Office franco-allemand pour la Jeunesse (OFAJ). En s'appuyant sur la théorie des moments d'Henri Lefebvre, il analyse les significations individuelles et multiples que les personnes attribuent aux rencontres interculturelles dans leur vie.

empty