Bernard Stiegler

  • Pourquoi notre monde est-il en train de devenir fou ? Bernard Stiegler commet ici son livre fondamental sur les ressorts d'une société qui a vendu le souci d'humanisation au diable d'une technologie aveugle. Avec la connexion planétaire des ordinateurs, des smartphones et des foules que tout cela forme, les organisations sociales et les individus qui tentent de s'approprier l'évolution foudroyante de la technologie arrivent toujours trop tard - à tel point qu'elles sont à présent au bord de l'effondrement. C'est ce que l'on appelle la disruption. Cette immense puissance installe un immense sentiment d'impuissance qui rend fou.

  • Après le succès de librairie de Dans la disruption, faisant même entrer le terme « disruptif » dans le Larousse, le philosophe Bernard Stiegler s'intéresse à l'ère de la post-vérité. Un ouvrage important pour comprendre les grandes mutations à l'oeuvre dans nos sociétés contemporaines.

  • A-t-on bien entendu Frederic Nietzsche lorsqu'il posait en 1879 et comme point de départ que sa philosophie devait « commencer non par l'étonnement, mais par l'effroi » ?
    A-t-on vraiment compris Félix Guattari lorsqu'il pronostiquait en 1989 dans Les Trois Écologies que « l'implosion barbare n'est nullement exclue » (signalant dans le même ouvrage la dangerosité d'un businessman nommé Donald Trump) ?
    A-t-on mesuré l'enjeu de ce que Gilles Deleuze théorisait trois ans avant le lancement du world wide web comme avènement des sociétés de contrôle ?
    À présent que « l'événement Anthropocène » (dont Heidegger avait appréhendé les contours sous le nom de Gestell), l'épreuve de la post-vérité, le désespoir que cela suscite et tout ce qui constitue l'immense régression en cours accablent tout un chacun, il apparaît que la pensée sous toutes ses formes est absolument démunie. Elle arrive trop tard. Et cette fois-ci son retard serait fatal à l'humanité - et, au-delà, à toutes les formes supérieures de la vie.
    Il n'est cependant jamais trop tard pour panser. Et si la pensée est démunie, c'est parce qu'elle a cessé de se penser comme soin : comme panser.
    Mais qu'appelle-t-on panser ?

  • Au XXe siècle, le capitalisme consumériste a pris le contrôle du symbolique par son appropriation hégémonique de la technologie industrielle. L'esthétique y est devenue à la fois l'arme et le théâtre de la guerre économique. Il en résulte de nos jours une misère symbolique où le conditionnement se substitue à l'expérience. Cette misère est une honte, la « honte d'être un homme » qu'éprouve parfois le philosophe, et qui est suscitée d'abord aujourd'hui par cette misère symbolique telle que l'ont engendrée les « sociétés de contrôle ».

    Il s'agit pour Bernard Stiegler de comprendre les tendances historiques qui ont conduit à la spécificité du temps présent, mais aussi de fournir des armes : de faire d'un réseau de questions un arsenal de concepts en vue de mener une lutte. Le combat à mener contre ce qui, dans le capitalisme, conduit à sa propre destruction, et à la nôtre avec lui, constitue une guerre esthétique. Elle-même s'inscrit dans une lutte contre un processus qui n'est rien de moins que la tentative visant à liquider la « valeur esprit », comme le disait Paul Valéry.

    En couverture : Andreas Locher, Reality-TV. © Andreas Locher, CH-8714 Feldbach. Création Studio Flammarion

  • La télécratie qui règne désormais en France comme dans la plupart des pays industriels ruine la démocratie : elle remplace l'opinion publique par les audiences, court-circuite les appareils politiques et détruit la citoyenneté. La télévision et l'appareil technologique qui la prolonge à travers les réseaux numériques de télécommunication sont en cela devenus le premier enjeu politique. À travers ce que l'on appelle les industries de programmes, c'est la relation politique elle-même qui est devenue un nouveau marché, et ce marketing confine aujourd'hui à la misère politique : au cours de la dernière décennie, l'appareil télécratique a développé un populisme industriel qui engendre à droite comme à gauche une politique pulsionnelle, et qui semble conduire inéluctablement au pire. Ce devenir infernal n'est pourtant pas une fatalité. La philosophie se constitua à son origine même contre la sophistique : celle-ci, par une appropriation abusive de l'écriture, développait une gangrène qui menaçait de guerre civile la cité athénienne. De cette lutte contre les tendances démagogiques de la démocratie grecque résultèrent les formes de savoirs qui caractérisent l'Occident. Prônant un nouveau modèle de civilisation industrielle, cet ouvrage affi rme qu'un sursaut démocratique contre les abus de la télécratie est possible, et appelle l'opinion publique française et européenne à se mobiliser contre la dictature des audiences.

    1 autre édition :

  • La technique et le temps

    Bernard Stiegler

    • Fayard
    • 17 Octobre 2018

    1. La Faute d'Épiméthée - 2. La Désorientation
    - 3. Le Temps du cinéma et la question du mal-être
      suivis de
      Le nouveau conflit des facultés et des fonctions
    dans l'Anthropocène
     
    L'objet de cet ouvrage est la technique appréhendée comme horizon de toute possibilité à venir et de toute possibilité d'avenir. La technique constitue ce que l'on a pris l'habitude d'appeler l'humanité - et cependant, tout aussi bien et tout aussi constamment, la technique destitue cette humanité « trop humaine », ne lui donnant son temps qu'en le lui retirant.
      Cette question paraissait encore seconde lorsque Bernard Stiegler en esquissa les premières formulations à l'aube des années 1980. Aujourd'hui, elle traverse tous les débats qui se tiennent anxieusement dans l'Anthropocène, quant au changement climatique, quant au transhumanisme, etc. Son énormité s'impose à tous.
    Le temps présent est emporté dans les tourbillons de processus dont les principes dynamiques et les tendances demeurent obscurs, et qu'il faut s'efforcer de rendre intelligibles - en vue aussi d'une « nouvelle sensibilité ». L'emportement du temps est d'autant plus paradoxal que, tandis qu'il devrait ouvrir à l'évidence d'un avenir, jamais l'imminence d'une impossibilité à venir n'a semblé si grande.
    Le système technique mondial repose désormais intégralement sur les technologies numériques, qui marquent une immense rupture - et rouvrent la question de l'ubris : celle de la démesure - en ce que ces technologies permettent une exploitation systématique de la mémoire, des comportements, des processus de décision, bref de la conscience individuelle et collective. Le fait historique qu'il s'agit de penser est celui de l'industrialisation de l'esprit.
    C'est à introduire une pensée nouvelle de ces transformations - inspirée autant par l'archéologie et l'histoire des techniques que par la phénoménologie et sa déconstruction - qu'auront été consacrés les trois premiers tomes de La technique et le temps.
    Penser la technique est une tâche de longue haleine, dont il faut avertir de la difficulté et de la nécessité : à son origine même et jusqu'à maintenant, la philosophie a refoulé la technique comme objet de pensée. La technique est l'impensé.
    Penser la technique, c'est requalifier le projet philosophique en son entier, et par voie de conséquence, les rapports à la technique de toutes les formes de savoirs.
     
    De La technique et le temps, Jacques Derrida avait annoncé : «  Voici une thèse qui fera date.  »
     

  • Le 19 juillet 2014, le journal Le Soir révélait à Bruxelles que selon des estimations américaines, britanniques et belges, la France, la Belgique, le Royaume-Uni, l´Italie, la Pologne et les États-Unis pourraient perdre entre 43 et 50 % de leurs emplois dans les dix à quinze prochaines années. Trois mois plus tard, le Journal du dimanche soutenait que trois millions d´emplois seraient condamnés à disparaître en France au cours des dix prochaines années.
    L´automatisation intégrée est le principal résultat de ce que l´on appelle « l´économie des data ». Organisant des boucles de rétroactions à la vitesse de la lumière (à travers les réseaux sociaux, objets communicants, puces RFID, capteurs, actionneurs, calcul intensif sur données massives appelées big data, smart cities et robots en tout genre) entre consommation, marketing, production, logistique et distribution, la réticulation généralisée conduit à une régression drastique de l´emploi dans tous les secteurs - de l´avocat au chauffeur routier, du médecin au manutentionnaire - et dans tous les pays.
    Pourquoi le rapport remis en juin 2014 au président de la République française par Jean Pisani-Ferry occulte-t-il ces prévisions ? Pourquoi le gouvernement n´ouvre-t-il pas un débat sur l´avenir de la France et de l´Europe dans ce nouveau contexte ?
    L´automatisation intégrale et généralisée fut anticipée de longue date - notamment par Karl Marx en 1857, par John Maynard Keynes en 1930, par Norbert Wiener et Georges Friedmann en 1950, et par Georges Elgozy en 1967. Tous ces penseurs y voyaient la nécessité d´un changement économique, politique et culturel radical.
    Le temps de ce changement est venu, et le présent ouvrage est consacré à en analyser les fondements, à en décrire les enjeux et à préconiser des mesures à la hauteur d´une situation exceptionnelle à tous égards - où il se pourrait que commence véritablement le temps du travail.
    Bernard Stiegler, philosophe, est notamment l´auteur de la Technique et le Temps, Mécréance et discrédit, Ce qui fait que la vie vaut la peine d´être vécue, États de choc. Bêtise et savoir au XXIe siècle. Depuis 2006, il dirige l´Institut de recherche et d´innovation (IRI) et préside l´association Ars Industrialis, Association internationale pour une politique industrielle des technologies de l´esprit.

  • Qu´on l´admette ou qu´on le dénie, chacun sent bien qu´à présent l´avenir de la vie terrestre se trouve mis en jeu dans une urgence inouïe. Et chacun sait que, depuis la séquence historique qui s´est engagée en 2007 et qui paraît avoir déclenché ce qu´on appellerait en physique nucléaire une réaction en chaîne, chaque pas compte et semble se surcharger systémiquement de conséquences très difficilement réversibles - sinon absolument irréversibles.

    Cette crise est sans précédent d´abord en cela. Si krisis signifie bien et d´abord décision, elle est critique comme jamais : elle révèle que le destin humain - qui est un destin inéluctablement technique et technologique - est pharmacologique au sens où, en grec, le pharmakon est à la fois le remède et le poison.

    Le pharmakon est à la fois ce qui permet de prendre soin et ce dont il faut prendre soin - au sens où il faut y faire attention : c´est une puissance curative dans la mesure et la démesure où c´est une puissance destructrice. Tel est aussi le feu dans la mythologie grecque. Devenu technologie industrielle, le pharmakon est de nos jours hégémoniquement contrôlé par l´économie, c´est-à-dire par le marketing, et c´est une calamité. Cet état de fait, qui a installé une économie de l´incurie génératrice d´une bêtise systémique, signifie que la question du soin - que l´on appelle aussi le care - est une affaire d´économie politique, et non seulement d´éthique.

  • L´impression que la déraison domine désormais les hommes accable l´esprit de chacun de nous, qui assistons aux effondrements systémiques, à des fonctionnements dévoyés ou irresponsables, à des actes de folie en tous genres. Que la rationalisation qui caractérise les sociétés industrielles conduise à une régression vers la déraison n´est pas une question nouvelle. Les philosophes de l´École de Francfort avaient averti dans leur analyse des industries culturelles du danger et de la nécessité de se prémunir contre ce retournement. Or cette question a été abandonnée. Plus grave, l´Université est touchée. Si l´Université n´est plus guidée par le savoir, où allons-nous ? Bernard Stiegler alarme : la raison s´est dé-formée, avec la transformation des rapports au savoir induite par le « désencastrement » du marché, l´extension du management, les nouvelles technologies - phénomènes qui conduisent à un regain de scientisme et à une prolétarisation des esprits. La raison est un état à la fois mental et social essentiellement précaire - et c´est peut-être là ce que nous, les tard-venus du XXIe siècle, découvrons : la « conquête » de la raison reste toujours à faire et à défendre.

  • Le biopouvoir que Michel Foucault s'est si puissamment attaché à décrire n'est plus ce qui trame notre époque : l'enjeu est désormais le psychopouvoir, où il s'agit moins d'«utiliser la population» pour la production que de la constituer en marchés pour la consommation. Foucault décrit la genèse de l'État s'acheminant vers la révolution industrielle avec la conquête du pouvoir par la bourgeoisie et les conditions de formation du capitalisme typique du XIXe siècle, tel que l'aura analysé Marx, où la première préoccupation est la production. Or, la seconde moitié du XXe siècle rencontre de tout autres questions : il s'agit d'organiser la révolution des modes d'existence humains, voire leur liquidation, comme modes de consommation éliminant les savoir-vivre dans ce qui devient une économie industrielle de services dont les industries de programmes sont la base. La science de cette nouvelle mobilisation totale est moins la cybernétique, comme le croyait Heidegger, que le marketing. Le psychopouvoir apparaît de nos jours pour ce qu'il est : ce qui fait des enfants les prescripteurs de leurs parents, et de ces parents, de grands enfants - le marketing détruisant ainsi tout système de soin et, en particulier, les circuits intergénérationnels. Il en résulte une destruction systématique de l'appareil psychique juvénile. Les psychotechnologies monopolisées par le psychopouvoir sont des cas de ce que Platon, critiquant l'usage de l'écriture par les sophistes, appelait un pharmakon : un poison qui peut aussi être un remède. Au début du XXIe siècle, la reconstitution d'un système de soin exige de renverser la logique du psychopouvoir pour mettre en oeuvre une politique de l'esprit. Cela requiert l'élaboration d'une pharmacologie qui analyse les caractéristiques des psychotechnologies contemporaines et d'une thérapeutique qui les mette au service d'un nouveau système de soin.

  • Anglais States of Shock

    Bernard Stiegler

    • Polity
    • 17 Février 2015

    In 1944 Horkheimer and Adorno warned that industrial society turns reason into rationalization, and Polanyi warned of the dangers of the self-regulating market, but today, argues Stiegler, this regression of reason has led to societies dominated by unreason, stupidity and madness. However, philosophy in the second half of the twentieth century abandoned the critique of political economy, and poststructuralism left its heirs helpless and disarmed in face of the reign of stupidity and an economic crisis of global proportions.
    New theories and concepts are required today to think through these issues. The thinkers of poststructuralism Lyotard, Deleuze, Derrida must be re-read, as must the sources of their thought, Hegel and Marx. But we must also take account of Naomi Klein's critique of Milton Friedman and the Chicago School and her account of the 'shock doctrine'. In fact, argues Stiegler, a permanent 'state of shock' has prevailed since the beginning of the industrial revolution, intensified by the creative destruction brought about by the consumerist model. The result has been a capitalism that destroys desire and reason and in which every institution is undermined, above all those institutions that are the products par excellence of the Enlightenment the education system and universities.
    Through a powerful critique of thinkers from Marx to Derrida, Stiegler develops new conceptual weapons to fight this destruction. He argues that schools and universities must themselves be transformed: new educational institutions must be developed both to take account of the dangers of digitization and the internet and to enable us to take advantage of the new opportunities they make available.

  • In the aftermath of the First World War, the poet Paul Valéry wrote of a `crisis of spirit', brought about by the instrumentalization of knowledge and the destructive subordination of culture to profit. Recent events demonstrate all too clearly that that the stock of mind, or spirit, continues to fall. The economy is toxically organized around the pursuit of short-term gain, supported by an infantilizing, dumbed-down media. Advertising technologies make relentless demands on our attention, reducing us to idiotic beasts, no longer capable of living. Spiralling rates of mental illness show that the fragile life of the mind is at breaking point.
    Underlying these multiple symptoms is consumer capitalism, which systematically immiserates those whom it purports to liberate. Returning to Marx's theory, Stiegler argues that consumerism marks a new stage in the history of proletarianization. It is no longer just labour that is exploited, pushed below the limits of subsistence, but the desire that is characteristic of human spirit.
    The cure to this malaise is to be found in what Stiegler calls a `pharmacology of the spirit'. Here, pharmacology has nothing to do with the chemical supplements developed by the pharmaceutical industry. The pharmakon, defined as both cure and poison, refers to the technical objects through which we open ourselves to new futures, and thereby create the spirit that makes us human. By reference to a range of figures, from Socrates, Simondon and Derrida to the child psychoanalyst Donald Winnicott, Stiegler shows that technics are both the cause of our suffering and also what makes life worth living.

  • Anglais The Age of Disruption

    Bernard Stiegler

    • Polity
    • 23 Août 2019

    Half a century ago Adorno and Horkheimer argued, with great prescience, that our increasingly rationalized world was witnessing the emergence of a new kind of barbarism, thanks in part to the stultifying effects of the culture industries. What they could not foresee was that, with the digital revolution and the pervasive automation associated with it, the developments they had discerned would be greatly accentuated, giving rise to the loss of reason and to the loss of the reason for living. Individuals are now overwhelmed by the sheer quantity of digital information and the speed of digital flows, resulting in a kind of technological Wild West in which they find themselves increasingly powerless, driven by their lack of agency to the point of madness. How can we find a way out of this situation? In this major new book, Bernard Stiegler argues that we must first acknowledge our era as one of fundamental disruption and detachment. We are living in an absence of epokhe in the philosophical sense, by which Stiegler means that we have lost our path of thinking and being. Weaving in powerful accounts from his own life story, including struggles with depression and time spent in prison, Stiegler calls for a new epokhe based on public power. We must forge new circuits of meaning outside of the established algorithmic routes. For only then will forms of thinking and life be able to arise that restore meaning and aspiration to the individual. Concluding with a dialogue between Stiegler and Jean-Luc Nancy, this book will be of great interest to students and scholars in social and cultural theory, media and cultural studies, philosophy and the humanities generally.

  • Anglais Automatic Society

    Bernard Stiegler

    • Polity
    • 17 Janvier 2017

    In July 2014 the Belgian newspaper Le Soir claimed that France, Belgium, the United Kingdom, Italy, Poland and the United States may lose between 43 and 50 per cent of their jobs within ten to fifteen years. Across the world, integrated automation, one key result of the so-called `data economy', is leading to a drastic reduction in employment in all areas - from the legal profession to truck driving, from medicine to stevedoring. In this first volume of a new series, the leading cultural theorist Bernard Stiegler advocates a radical solution to the crisis posed by automation and consumer capitalism more generally. He calls for a decoupling of the concept of `labour' (meaningful, intellectual participation) from `employment' (dehumanizing, banal work), with the ultimate aim of eradicating `employment' altogether. By doing so, new and alternative economic models will arise, where individuals are no longer simply mined for labour, but also actively produce what they consume. Building substantially on his existing theories and engaging with a wide range of figures - from Deleuze and Foucault to Bill Gates and Alan Greenspan - Automatic Society will appeal to students and scholars across the social sciences and humanities, as well as anyone concerned with the central question of the future of work.

  • Les 27 et 28 novembre 2007 s´est tenue au centre Pompidou à Paris la première édition des Entretiens du nouveau monde industriel. Cette manifestation, unique en France, a pour objectif d´analyser les tendances caractéristiques de notre époque, par où se transforme très profondément une société industrielle confrontée à de nouvelles limites, mais aussi portée par d´autres dynamiques - situation complexe et contradictoire au sein de laquelle il s´agit d´ouvrir des perspectives. Les Entretiens ont porté sur les enjeux aussi bien de ce que l´on appelle l´innovation ascendante que du façonnage de nos existences par les transformations industrielles à l´heure des technologies numériques (comme technologies cognitives et comme technologies culturelles), et à l´aube des technologies que l´on dit « transformationnelles » (qui sont les biotechnologies et nanotechnologies). Les mutations en cours et les contradictions qu´elles génèrent imposent de repenser les pratiques de la recherche & développement et du design - terme entendu ici dans un sens élargi, et qui s´applique désormais à tous les aspects de nos existences. Quelles en sont les implications politiques, sociales et économiques ? En quoi le modèle industriel lui-même s´en trouve-t-il transformé ? Celui-ci, forgé au XIXe siècle, a conduit après la Seconde Guerre mondiale à la planétarisation de la société de consommation. Or, il semble de nos jours à la fois rencontrer ses limites et ouvrir de nouvelles possibilités en renversant l´opposition producteur/consommateur (en particulier, dans le domaine du numérique) et en conférant à la matière aussi bien qu´au vivant une plasticité jusqu´alors inconcevable. Le design devient de fait une activité de sculpture de l´individu et de la société qui lui ouvre et lui assigne des perspectives et des responsabilités sans précédent - aussi exaltantes qu´écrasantes. Une nouvelle relation entre conception industrielle et pratiques quotidiennes de l´existence est en cours de définition.

  • Ce livre - remarquablement documenté tant dans les idées et les propositions  que dans les pratiques qui essaiment déjà dans certaines villes ou pays - dessine le monde tel qu'il devrait être pour répondre aux grandes crises sanitaires, climatiques, sociales ou psychiques.
    En ces temps de graves périls , Il nous faut bifurquer c'est l'absolue nécessité.

  • L´automatisation, liée à l´économie des data, va déferler sur tous les secteurs de l´économie mondiale. Dans vingt ans, pas un n´aura été épargné. Les hommes politiques sont tétanisés par cette transformation imminente, qui va marquer le déclin de l´emploi - et donc du salariat. Faut-il s´en alarmer ? N´est-ce pas aussi une vraie bonne nouvelle ? Et si oui, à quelles conditions ?Dans un dialogue très politique et prospectif avec Ariel Kyrou, Bernard Stiegler s´emploie à penser le phénomène qui, nous entraînant dans un déséquilibre toujours plus grand, nous place au pied du mur. La question de la production de valeur et de sa redistribution hors salaire se pose à neuf : c´est toute notre économie qui est à reconstruire - et c´est l´occasion d´opérer une transition de la société consumériste (la nôtre, celle de la gabegie, de l´exploitation et du chômage) vers une société contributive fondée sur un revenu contributif dont le régime des intermittents du spectacle fournit la matrice.Cela suppose de repenser le travail de fond en comble pour le réinventer - comme production de différences redonnant son vrai sens à la richesse. Dans l´Anthropocène que domine l´entropie, et qui annonce la fin de la planète habitable, le travail réinventé doit annoncer et inaugurer l´ère du Néguanthropocène - où la néguentropie devient le critère de la valeur au service d´une toute autre économie.
    Bernard Stiegler est philosophe. Il vient de faire paraître La Société automatique, 1. L´avenir du travail (Fayard, 2015).Ariel Kyrou est essayiste, rédacteur en chef du site Culture Mobile. Son dernier livre, écrit avec Mounir Fatmi : Ceci n´est pas un blasphème (Dernière Marge/Actes Sud, 2015).

  • Lorsqu'une société souffre d'une façon qu'elle ne parvient ni à expliquer ni à soigner, elle se met à persécuter un bouc émissaire ? et c'est d'abord en ce sens que nous parlons d'une « pharmacologie du Front national ». Mais s'il est vrai que les 37 % de Français qui déclaraient partager les idées du Front national quatre jours avant l'élection de François Hollande souffrent d'une maladie qui frappe l'époque tout entière ? souffrance qui les pousse à chercher des exutoires à cette maladie qui n'est pas seulement la leur, exutoires qu'ils trouvent dans ceux qu'ils désignent comme boucs émissaires ? , la pharmacologie du Front national est aussi ce qui consiste à analyser les raisons pour lesquelles la plupart du temps, ceux qui prétendent combattre cette maladie et ses effets, et ses effets en particulier sur les électeurs ou les sympathisants du Front national, désignent ces derniers eux-mêmes comme des boucs émissaires, se dédouanant ainsi de lutter contre la bêtise, contre la leur en propre et contre ses causes, et désignant en général dans ces boucs émissaires-là à la fois les représentants typiques et les causes de la bêtise de l'époque. Faire en sorte que celui qui souffre et qui est malade soit accusé d'être la cause de sa maladie, et de contaminer les autres telle une brebis galeuse : tel est le mécanisme de désignation du bouc émissaire que les électeurs et sympathisants du Front national partagent avec ceux qui les traitent à leur tour comme des boucs émissaires. Et telle est leur commune bêtise.

    Cet essai est suivi du Vocabulaire d'Ars Industrialis, écrit par Victor Petit.

    Adaptation Studio Flammarion. Graphisme : Atelier Michel Bouvet

  • Avec la fin du «siècle de l'automobile» et de l'«ère du pétrole», ce sont aussi la télévision, les industries de programme et les industries culturelles en général qui sont entraînées dans une crise profonde, subissant la désaffection d'une partie croissante de la population. L'ensemble du système consumériste s'avère aujourd'hui caduc. Dès son origine, Ars Industrialis a soutenu que le consumérisme constitue un processus autodestructeur, soumettant les technologies d'information et de communication à l'hégémonie d'un marketing irresponsable et empêchant la formation d'un nouvel âge industriel. Car au cours de la dernière décennie, un autre modèle comportemental est apparu qui dépasse l'opposition de la production et de la consommation, dont le logiciel libre et les licences creative commons sont les matrices conceptuelles et historiques. Ce nouveau modèle constitue la base d'une économie de la contribution. Il permet d'espérer qu'après la domination de la bêtise systémique à laquelle aura conduit le consumérisme, les technologies numériques seront mises au service d'une nouvelle intelligence collective et d'un nouveau commerce social - pour autant qu'émergent une volonté politique et une intelligence économique nouvelles, et que s'engage la lutte pour en finir avec la mécroissance.

  • Paul Valéry, pressentant la catastrophe où menait le nazisme, constatait dès 1939 une « baisse de la valeur esprit ». Aurait-il pu imaginer dans quel état de déchéance généralisée tomberait l'humanité quelques décennies plus tard - là où nous en sommes ?

  • Quels sont les apports de l'archéologie aux interrogations les plus récentes sur la trajectoire de l'humanité, son évolution biologique et cognitive, ses rela-tions à l'environnement, l'histoire de ses techniques de production comme de destruction ? L'archéologie offre-t-elle des outils pour renouveler l'approche des notions de communauté et de territoire ? Peut-elle éclairer la réflexion sur les catégories de peuple et de nation ? Permet-elle de mieux appréhender les passions nationalistes et les intégrismes ? Quelle peut être la contribution de la connaissance des sociétés anciennes à la vie dans la Cité ? Comment se nouent les liens entre l'archéologie et les autres disciplines ?
    Cet ouvrage réunit des contributions de philosophes, historiens, sociologues, psychanalystes, anthropologues et archéologues, de plusieurs pays, qui examinent les différents aspects de cette relation de l'homme à son passé et soulignent les enjeux contemporains de l'archéologie.
    (Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2008.)

empty