Boris Lebeau

  • Si, historiquement, les jeux d'argent relèvent du régalien, ils s'en affranchissent progressivement depuis les années 1990, pour devenir un marché libéralisé et internationalisé. Les États rivalisent désormais pour attirer des joueurs qui s'émancipent peu à peu des préceptes moraux. Courses, casinos, paris sportifs... le jeu se déploie à l'échelle mondiale et devient un loisir en expansion comme un autre, avec des ancrages territoriaux aux formes nombreuses et diversifiées.
    Mais de la démoralisation à la criminalisation, la limite est souvent ténue et la géopolitique des jeux d'argent est aussi révélatrice d'un versant plus discret, celui de l'informalité quotidienne, ou plus sombre de la mondialisation : celui de l'évasion fiscale, du blanchiment d'argent et de la mafia.

empty