Capote Truman

  • "J'abattrais, peut-être, une bien plus grande quantité de travail si je quittais New York. Mais, peut-être aussi qu'il n'en est rien. Jusqu'à ce qu'on ait un certain âge, la campagne semble ennuyeuse. Si j'aime la nature, de toute façon, c'est non pas en général mais en particulier. Ceci posé, à moins d'être amoureux, ou satisfait, ou poussé par l'ambition, ou exempt de toute curiosité, ou réconcilié (ce qui me semble être le synonyme moderne pour désigner le bonheur), la ville est comme une monstrueuse machine, prévue de toute éternité pour nous faire perdre du temps et dévorer nos illusions. Bientôt notre quête, notre exploration peut devenir urgente à faire peur, à faire suer d'angoisse. Une course de haies sous le signe de la Benzédrine et du Nembutal. Où donc se trouve ce que vous alliez chercher? Et, à propos, qu'est-ce que vous cherchez ?"

  • La traversée de l'été

    Truman Capote

    • Grasset
    • 5 Octobre 2016

    New York, un été. Les parents de Grady McNeil, dix-sept ans, partent pour l'Europe. Elle reste seule dans le splendide appartement de la Cinquième Avenue, en face de Central Park. Alors que rien ne devait bouleverser ces vacances paisibles dans l'Upper East Side, elle tombe amoureuse d'un gardien de parking, Clyde Manzer. Folie passagère d'une jeune fille de bonne famille ? Insolence à l'égard de ses parents ? Grady l'aime, mais sa fierté provocante et la nonchalance de Clyde entraînent le couple vers de dangereux précipices. Sacrifieront-ils leur idylle à la bienséance ? Survivront-ils à leur passion destructrice ? Voici l'histoire d'une passion brève, le temps d'une saison, dans une des plus belles villes du monde. Ce roman de jeunesse révèle les prémices du génie de Capote, ses personnages subtils, jamais caricaturaux et la fantaisie de ses descriptions. La Traversée de l'été (Summer Crossing) est le premier roman de Truman Capote. Le manuscrit a été retrouvé en 2005, à l'occasion d'une vente aux enchères. Il a été traduit en français en 2006 aux éditions Grasset. Du même auteur, dans les Cahiers rouges, Prières exaucées (2006).

    1 autre édition :

  • Mademoiselle Belle

    Truman Capote

      Découvertes dans les archives de la New York Public Library, ces quatorze nouvelles écrites par le jeune Truman Streckfus Persons (il n'a pas encore choisi son nom de plume) entre 15 et 19 ans forment un recueil d'une impressionnante maturité. L'écrivain évoque la vie quotidienne de personnages apparemment anodins  : Mademoiselle Belle vivant retirée dans son domaine de Rose Lawn dans l'Indiana, Lucy, à la magnifique voix teintée de blues, qui arrive à New York pour travailler au service d'une famille blanche, ou encore Sally, la rêveuse, qui fait défiler ses vies fantasmées pendant les cours de mathématiques. C'est le grand art de Truman Capote que de sublimer ces destins.
    Les nouvelles inédites de ce recueil sont l'occasion de découvrir les débuts d'un des plus grands écrivains de la littérature américaine. Elles révèlent un style diaphane et piquant à la fois, une fascination pour les grandes tragédies de ceux qu'on appelle les petites gens, sa connaissance passionnée et féroce du Sud.

    1 autre édition :

  • " Truman Capote écrivait à ses amis comme il leur parlait, en toute franchise et liberté, dans un langage sans fioriture. Il mettait tout de lui-même dans ses lettres : ses blessures, ses plaisirs, ses succès, ses échecs. Aussi vivantes de nos jours qu'au moment où elles ont été écrites, il en émane un tel feu qu'on est obligés de les lire sans en sauter une ligne. Ami amoureux, potinier insatiable, esprit étincelant ? Capote a été tout cela. Mais aussi, presque jusqu'à la fin, écrivain de la plus haute ambition, se consacrant à l'écriture avec une rigueur spartiate. Sa correspondance exprime une personnalité si flamboyante et si généreuse qu'elle défie les lois connues de la pesanteur humaine. " Gerald Clarke

  • Lire "Un Eté indien", c'est comme lire une histoire intime pour s'en graver à jamais les détails les plus secrets au fond de sa mémoire. C'est comme inscrire une part de rêve d'enfance qui aurait été relue par une réflexion adulte pour ne rien perdre des moments les plus intimes et des déchirures infimes qui forgent le caractère de l'Etre en devenir. C'est aussi ne pas oublier que jamais aucune vérité n'est entière et que les parts d'ombre peuvent un jour se révéler de la lumière. C'est un récit au bout duquel une vraie pause, ironique et tendre, s'avère nécessaire, comme pour se retrouver avant de repartir.

empty