Langue française

  • Les murs bleus

    Cathy Ytak

    Exilé depuis de nombreuses années, Antoine revient en France accompagné d'un petit garçon.
    Février 1969. Antoine, instituteur et ancien déserteur de la guerre d'Algérie, revient en France après des années d'exil au Brésil. Il est accompagné d'un petit garçon brésilien de cinq ans.
    Mais peut-on vraiment renouer avec un pays qui vous a condamné à mort ? Comment vivre quand on a connu l'horreur ? Le temps est venu pour Antoine d'affronter son passé.
    Plongez-vous sans plus attendre dans le récit d'Antoine et découvrez le destin d'un homme qui tente de sortir des horreurs de la guerre.
    EXTRAIT
    La pièce est minuscule. Il n'y a de place que pour un lit, une petite table et une chaise. Sur le tablier de la cheminée, un réchaud à gaz. Dans un coin, un garde-manger et quelques vêtements suspendus à une patère. Une odeur indéfinissable flotte dans l'air. Des relents d'eau croupie peut-être - il n'y a pourtant pas de lavabo - ou d'humidité. La lumière vient d'en haut, d'un vasistas embué.
    Antoine a laissé sa valise dehors.
    - Il est beau, mon palais, n'est-ce pas ? T'as du bol de m'avoir trouvé ici... Tu te souviens de l'appartement que je louais au quatrième, avant qu'on nous envoie au casse-pipe ? Quand je suis revenu, j'avais plus les moyens de le reprendre. Mon ancien proprio m'a proposé cette chambre sous les toits. C'est mieux que rien. J'ai un petit poêle, tu vois ? On n'a pas froid. J'avais peur d'avoir froid, ici. C'est bizarre, parce que ces dernières années, là-bas, l'hiver me manquait...
    - Tu as retrouvé du boulot ?
    - Je bosse dans les égouts. C'est pas une blague... Je patauge toute la journée dans la merde des autres ; un vrai rat dans son boyau, en compagnie des cafards et des araignées. Mais c'est bien pour les horaires. Je commence à six heures et je termine à quatorze. Après, je reviens faire une petite sieste, et j'ai encore le temps de rendre visite aux copains, à Nanterre.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un roman émouvant qui montre les ravages sur les hommes, les femmes et les enfants de la guerre. - M. Utésa, Nouveautés Jeunesses

  • Les mains dans la terre

    Cathy Ytak

    Tout plaquer pour revenir à l'essentiel... « Chers parents, j'arrête mes études. Je renonce à cette dernière année, à cette carrière annoncée qui n'exige guère d'effort et ne m'apporte en retour aucune satisfaction. Quand vous lirez cette lettre, je serai déjà parti. » Revenu d'un séjour au Brésil avec, dans ses bagages, une petite statuette en terre cuite, Mathias va devoir choisir la vie qu'il veut pour lui : la richesse sans partage, ou les mains dans la terre. Et mettre des mots sur son histoire. Un roman puissant qui rappelle les valeurs d'humanité, de tolérance et d'altruisme dans notre société égocentrée ! EXTRAIT Je renonce, aujourd'hui et à jamais, à ce diplôme que j'aurais probablement obtenu avec une mention très bien, comme j'ai obtenu, avec mention, mon bac à 16 ans et demi. Je renonce à rejoindre, cher père, ta petite entreprise qui ne craint pas la crise vu qu'elle s'en nourrit. Je renonce du même coup à cette vie que vous m'avez offerte jusqu'à présent, gîte et couvert inclus. J'ai réfléchi des mois durant et, désormais, ma décision est prise. Vous pourrez revendre la voiture, cela remboursera une partie de mes études inachevées. Je m'en vais. Je vais rejoindre Frédéric en Provence. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE Un véritable hymne à la liberté qui ne manquera pas d'éveiller ou de réveiller les consciences endormies. - Blog Dans la bibliothèquen de Noukette Un roman sensible et engagé, porté par la plume délicate d'une auteure que j'adore, qui assume ses convictions et aime pousser ses lecteurs à la réflexion. Pour le coup l'objectif est atteint, haut la main même ! - Blog D'une berge à l'autre À PROPOS DE L'AUTEUR Cathy Ytak écrit des romans pour les jeunes et les moins jeunes, invente des recettes de cuisine, fait son pain, rêve de bien jouer de la harpe, s'énerve des injustices, voyage souvent en train, et vit au bord de la mer en Bretagne. À PROPOS DE LA COLLECTION La collection Rester vivant est constituée de nouvelles et de romans qui parlent du monde d'aujourd'hui, en abordant sans détour les questions écologiques, sociales et éthiques qui émergent au sein de la société dans laquelle nous évoluons. Elle s'adresse en priorité aux pré-ados, aux ados... et plus généralement à tous les lecteurs qui résistent encore à l'asservissement des esprits, quel que soit leur âge. Ces livres ont pour ambition, en plus d'attiser l'imaginaire du lecteur, d'éveiller son sens critique et de poser un regard incisif sur nos comportements individuels et collectifs.

empty