Christian Blanc

  • La force des racines Kanak en Nouvelle Calédonie Nouv.

    Christian Blanc a été un acteur majeur des événements qui se sont déroulés en Nouvelle-Calédonie, entre 1984 et les accords de Matignon de 1988. Il livre ici un document exceptionnel sur cet épisode mouvementé. « Au moment où va commencer ce récit, les Calédoniens sont en état de choc. Un soulèvement insurrectionnel des populations kanak, indépendantistes, vient d'éclater... » On le suivra de bout en bout, avec de nombreux témoignages inédits qui nous plongent au coeur des négociations entre les principaux protagonistes, métropolitains (Pisani, Rocard, Mitterrand) et calédoniens (Lafleur et les chefs kanak Tjibaou et Yeiwéné). L'auteur prend soin de présenter le pays, décrivant au passage l'univers des Kanak et celui des Caldoches. Le récit est captivant. Il raconte la rencontre difficile entre des cultures et des intérêts différents, et restitue avec talent la chair de relations humaines intenses, rugueuses, souvent dramatiques. On y perçoit l'estime, partagée, pour des interlocuteurs dont certains ont su s'élever à la hauteur d'une situation dont les enjeux dépassaient leur personne. Tjibaou déclara un jour : « Il peut y avoir des différences entre les hommes, c'est bien ainsi. Quand on se coupe le doigt, la couleur du sang est toujours rouge, quelle que soit la couleur de la peau. C'est ce qui donne à l'humanité l'unité et la fraternité des hommes sur Terre... » Construire l'avenir devenait possible. À la fois un livre d'histoire et la chronique passionnante d'une aventure personnelle, qui se lit comme un roman. Un texte clé pour comprendre l'actualité troublée, car la situation en Nouvelle-Calédonie gronde à nouveau. Christian Blanc, préfet, a été P-DG de la RATP, P-DG d'Air France. Il est aussi l'homme à qui l'on doit le Grand Paris. Il a publié, aux éditions Odile Jacob, La Croissance ou le Chaos (2006) et Paris, ville-monde (2015). 

  • Christian Blanc, l'homme des missions impossibles - la paix en Nouvelle-Calédonie, le big bang à la RATP, le sauvetage d'Air France -, libéra l'intelligence et la responsabilité de chacun pour réaliser des objectifs qui semblaient vains.
    Il raconte dans ce livre la métamorphose d'un monstre bureaucratique de 40 000 personnes, au coeur de Paris: la RATP, qui transporte 10 millions de passagers par jour, alors la proie de grèves corporatistes. En très peu de temps, sous son pilotage, cette entreprise publique fut profondément transformée par la responsabilisation de ses agents qui permit le démantèlement de sa bureaucratie.
    Ce récit n'a jamais été porté à la connaissance des Français. Pourquoi le faire trente ans après ? Parce qu'un danger pour nos démocraties plus important encore que la bureaucratie plane aujourd'hui : l'autocratie du tout numérique. À l'image du bon et du mauvais cholestérol, le mauvais numérique engendre de façon ludique et indolore une nouvelle forme d'esclavage.
    En expliquant comment fut gagné l'impossible combat contre la bureaucratie à la RATP, l'auteur lance un appel à faire de même par la mise en responsabilité de tous les citoyens pour ramener sur terre cet homo digitalus qui s'éloigne chaque jour un peu plus de son humanité.

  • « Relever la France : c'est à cet immense défi que ce livre veut répondre. C'est par la croissance que tout peut et doit commencer. Sans croissance, aucun accompagnement social ne pourra sortir les banlieues de l'ornière. Sans croissance, les espoirs de promotion sociale disparaissent. Sans croissance, inutile d'espérer rompre avec la spirale du déficit ou rembourser la dette. L'alternative est donc simple : soit la France renoue avec la croissance, soit elle sombre dans le chaos. Le rôle de la puissance publique, aujourd'hui, c'est de créer les conditions pour que les entreprises innovantes naissent, croissent, s'épanouissent et redynamisent l'économie française. Il est urgent de réformer pour rendre plus efficaces la recherche, l'Université et l'innovation. » C. B. Christian Blanc nous donne ici des idées et des propositions concrètes pour conjurer le mal français. Christian Blanc a été préfet, a rétabli la paix en Nouvelle-Calédonie, a dirigé la RATP et Air France, qu'il a sauvé. Il a créé « L'Ami public », un club qui mène une réflexion sur la réforme de l'État et la modernisation sociale. Depuis 2002, il est député des Yvelines.

  • Paris ; ville monde

    Christian Blanc

    Comment faire pour que Paris redevienne, bien loin du déclin annoncé et redouté, la ville-phare capable d'entraîner la France dans la voie de la croissance et du renouveau ? Comment retrouver la vocation de Paris, Ville Lumière au rayonnement mondial, que des visionnaires comme Haussmann, Bienvenüe et Delouvrier ont contribué à bâtir et à organiser ? Bien plus qu'un métro, que des aéroports ou qu'une extension de la capitale, le projet du Grand Paris est une carte maîtresse, celle qui conférera à la France sa place et son identité dans le monde. Il nous faut reconnaître l'héritage de nos prédécesseurs, mais il nous faut aussi construire le Grand Paris de demain, solliciter et nourrir des forces nouvelles, humaines, techniques et scientifiques. Car la matière grise est devenue l'énergie de l'économie. C'est la chance qu'il nous faut saisir. Christian Blanc a été secrétaire d'État chargé du Développement de la Région capitale et du projet de loi sur le Grand Paris, préfet et député des Yvelines. Il a rétabli la paix en Nouvelle-Calédonie, a dirigé la RATP et Air France, qu'il a sauvé. Il a publié La Croissance ou le Chaos (2006). Il a également créé L'Ami public, un think tank qui mène une réflexion sur la réforme de l'État et la modernisation sociale. 

empty