Christophe Granger

  • À la fin du XVIII e siècle, le Français Joseph Kabris a vécu sept ans sur une île du Pacifique. Il s'est intégré à la société locale. Arraché à son île, il est devenu russe, avant de regagner la France. Là, il a donné à sa vie les traits d'une épopée, devenant le monde en personne. Comprendre comment on devient Joseph Kabris : voici l'enjeu de ce texte foisonnant et ambitieux.
    Joseph Kabris est tatoué de la tête aux pieds. C'est ainsi qu'il gagne sa vie dans les lieux de spectacle et d'exhibition de la Restauration, montrant son corps et mettant en mots l'" étrange destinée " qu'il a eue. Né à Bordeaux vers 1780, embarqué sur un baleinier anglais, il a vécu sept ans sur une des îles Marquises, Nuku Hiva. Parmi les " sauvages ", il est devenu l'un d'eux. Il a appris leur monde, leurs gestes, leur langue et oublié la sienne. C'est là qu'il a été tatoué. En 1804, une expédition russe est venue et l'a arraché à son île, à sa femme et à ses enfants. Sans cesser tout à fait d'être un " sauvage ", il est devenu russe, a rencontré le Tsar, avant de regagner la France. Il a repris sa langue, il a appris à dire sa vie, à lui donner les traits d'une épopée. Il a fasciné les foules. Il est devenu le monde en personne. Il est mort à 42 ans, sans jamais revoir son île.
    Kabris a ainsi multiplié les recommencements, ne cessant de voir ses habitudes s'abolir et d'en reprendre d'autres. Il devient marin, chef de guerre, professeur de natation, homme de foire, recyclant les passés qu'il a incorporés, prenant appui sur les systèmes sociaux où il se trouve. Et, chaque fois, il tire parti de ce qu'il a déjà vécu pour négocier au mieux ce qu'on attend de lui.Dans cette enquête fascinante et troublante, il ne s'agit pas seulement de découvrir à hauteur d'homme une histoire de la mondialisation dont émergent nos sociétés contemporaines. Cheminer dans cette existence se faisant, l'explorer à la manière d'une " carrière " dans laquelle Kabris s'engage, bifurque, insiste, abandonne ou se convertit, comprendre en somme comment on devient Joseph Kabris, c'est aussi saisir la manière dont le monde historique traverse une vie et la rend possible.
    Lauréat du Prix Femina Essai 2020

  • Le vase de Soissons, le sou de Varenne, le masque de fer, le bouclier de Vercingétorix : qui n'en a pas entendu parler ?
    Ces objets semblent à eux seuls incarner l'histoire de France. Et pourtant... aussi légendaires soient-ils, la plupart n'existent pas

  • Le burkini a fait rejouer une longue histoire : celle des corps, des postures et des dévoilements qui conviennent à la saison estivale. C'est cette palpitante histoire que recompose ce livre : celle qui a vu les Français apprendre à vivre l'été avec leur corps pour personnage principal. C'est l'histoire de l'été et des corps qui vont avec, allongés, dénudés, offerts au soleil. En France, elle se noue entre 1920 et 1960. Alors s'impose un répertoire proprement estival de gestes et de postures légitimes. Alors les édits changeants de la silhouette, le bronzage, l'horizontalité publique et le périmètre capricieux des dévoilements inventent, à échelle d'hommes et de femmes, de nouveaux savoir-faire et de nouvelles exclusions. Mais ce n'est pas tout. Dans la levée des accoutumances, les corps d'été ont des allures de civilisation suspendue. Ils font exister un pli annuel des rapports au monde, qui sacralise le retour à la simplicité, la variation des expériences et des identités. Cette morale des corps d'été est travaillée de jeux sociaux considérables. De résistances, aussi, et de liesses punitives, qui, oubliées depuis (ou presque), ont pourtant viscéralement tourmenté l'avènement de cette variation saisonnière des manières d'être. Il y a peu, la question du burkini a réactivé ces débats anciens, soulignant de nouveau les tiraillements sociaux qui entourent nos corps.

  • Que font les historiens aujourd'hui ? Comment traitent-ils des archives ou des images, des classes sociales ou de l'environnement ? Et où puisent-ils le pouvoir de produire de la vérité sur le passé ?
    L'histoire, fille du présent, n'a cessé depuis quinze

  • En Forêt noire, la dernière chasse a commencé... Et quand l'hallali sonnera, la bête immonde ne sera pas celle qu'on croit.

    1 autre édition :

  • Dans un monde de pure innocence, quel peut être le mobile d'un tueur ? Dans une communauté sans péché, comment le sang peut-il couler ? À moins qu'à l'inverse... Le coupable soit le seul innocent de la communauté. Le nouveau thriller de l'auteur des Rivières pourpres.

    1 autre édition :

  • Quand le commandant Corso est chargé d'enquêter sur une série de meurtres de strip-teaseuses, il pense avoir affaire à une traque criminelle classique.Il a tort : c'est d'un duel qu'il s'agit. Un combat à mort avec son principal suspect, Philippe Sobieski, peintre, débauché, assassin.Mais ce duel est bien plus encore : une plongée dans les méandres du porno, du bondage et de la perversité sous toutes ses formes. Un vertige noir dans lequel Corso se perdra lui-même, apprenant à ses dépens qu'un assassin peut en cacher un autre, et que la réalité d'un flic peut totalement basculer, surtout quand il s'agit de la jouissance par le Mal.

    1 autre édition :

  • On ne choisit pas sa famille mais le diable a choisi son clan.Alors que Grégoire et Erwan traquent la vérité jusqu'à Lontano, au coeur des ténèbres africaines, Loïc et Gaëlle affrontent un nouveau tueur à Florence et à Paris.Sans le savoir, ils ont tous rendez-vous avec le même ennemi. L'Homme-Clou.Chez les Morvan, tous les chemins mènent en enfer.

    1 autre édition :

  • Lontano

    Jean-Christophe Grangé

    Éminence grise du pouvoir, Grégoire Morvan a connu ses heures de gloire en Afrique dans les années 80, en arrêtant au Zaïre « l'Homme clou », tueur en série au rituel atroce, inspiré des plus violents fétiches africains. Quarante ans plus tard, en France, les cadavres mutilés, criblés de ferraille et de tessons s'accumulent : la marque de « l'Homme clou », totem de la folie meurtrière née au plus profond de l'Afrique. Le passé trouble de son père - fantôme menaçant de sales affaires enterrées - rattrape alors Erwan Morvan, le meilleur flic de la crim'. Saga familiale, roman psychologique et roman noir, Lontano est une plongée verticale dans les ténèbres de l'âme, roman paroxystique et vertigineux, dérangeant comme ces rites primitifs qui nous fascinent et nous effarent.

    1 autre édition :

  • Un cadavre, horriblement mutilé, suspendu entre ciel et terre dans les montagnes de la région grenobloise. Une tombe, celle d'un petit garçon, mystérieusement « visitée » pendant la nuit, cependant que les dossiers le concernant disparaissaient de son école. Deux énigmes, que vont s'attacher à résoudre deux flics hors normes : Pierre Niémans, policier génial, dont les méthodes peu orthodoxes ont compromis la carrière, et Karim Abdouf, l'ancien délinquant devenu flic, dont la couleur de peau et les dreadlocks suscitent plutôt la défiance dans le trou de province où on l'a nommé… Les deux affaires vont se rejoindre, et les deux hommes se reconnaître. Ensemble, ils vont remonter vers le terrifiant secret des rivières pourpres.
    Un secret qui ne nous sera livré qu’aux dernières pages de ce thriller exceptionnel, qui tient une place centrale dans l’oeuvre de Jean-Christophe Grangé et qui a été adapté au cinéma par Mathieu Kassovitz et à la télévision par l’auteur lui-même.
    © et (P) Audiolib, 2019
    © 1998, Éditions Albin Michel S.A.
    Durée : 10h56

  • Malgré la mort soudaine de l'ornithologue qui l'avait engagé, Louis Antioche décide d'assumer seul la mission prévue : suivre la migration des cigognes jusqu'en Afrique, afin de découvrir pourquoi nombre d'entre elles ont disparu la saison précédente. Mais le voyage scientifique se mue en tragédie. Des Balkans à Israël, puis au Centrafrique, Louis ira d'horreur en horreur : scientifiques massacrés, cadavres d'enfants mutilés ... Et c'est au
    coeur de l'Inde, à Calcutta, que surgira la terrifiante vérité... Un formidable suspense servi par l'interprétation subtile de Philippe Allard.
    Journaliste, reporter indépendant, scénariste,
    Jean-Christophe Grangé entame en 1994 sa carrière littéraire avec
    Le vol des cigognes et depuis, enchaîne les succès.
    Né à Bruxelles en 1968,
    Philippe Allard est comédien et improvisateur. Acteur de théâtre et habitué des scènes belges depuis 1986, il exerce également son métier à la RTBF depuis 2007.
    Durée :
    12 h 39 min

  • Je suis l´ombre.
    Je suis la proie.
    Je suis le tueur.
    Je suis la cible.
    Pour m´en sortir, une seule option : fuir l´autre.
    Mais si l´autre est moi-même ?...

  • Quand le Soleil Levant devient un Soleil noir,Quand le passé devient aussi tranchant qu'une lame nue,Quand le Japon n'est plus un souvenir mais un cauchemar,Alors, l'heure du kaïken a sonné.

    1 autre édition :

  • Ce sont des enfants.
    Ils ont la pureté des diamants les plus parfaits.
    Aucune ombre. Aucune inclusion. Aucune faille.
    Mais leur pureté est celle du Mal.

    1 autre édition :

  • Quand on traque le Diable en personne, jusqu'où faut-il aller ?


    Quand Mathieu Durey, flic à la brigade criminelle de Paris apprend que Luc, son meilleur ami, flic lui aussi, a tenté de se suicider, il n'a de cesse de comprendre ce geste.
    Il découvre que Luc travaillait en secret sur une série de meurtres aux quatre coins de l'Europe, dont les auteurs orchestrent la décomposition des corps des victimes et s'appuient sur la symbolique satanique.
    Les meurtriers ont un point en commun : ils ont tous, des années plus tôt, frolé la mort et vécu une " Near Death Experience ".
    Peu à peu, une vérité stupéfiante se révèle : ces tueurs sont des " miraculés du Diable " et agissent pour lui.
    Mathieu saura-t-il préserver sa vie, ses choix, dans cette enquête qui le confronte à la réalité du Diable ?

    " D'une noirceur absolue. Et ce n'est pas fini. " Lire.

    " Construction au cordeau et écriture fluide : de la communauté africaine de Paris aux ors du Vatican, le romancier tient en haleine. [.] Grangé peut tout se permettre [.]. Son enthousiasme, son savoir-faire, sa puissance romanesque, son imagination de grand schizophrène le placent au niveau d'un Thomas Harris.
    " Christine Ferniot, Lire.

    " Jean-Grangé mène son roman sur un fil tendu entre le rationnel et le fantastique [.] et parvient même à susciter un frisson métaphysique. " Gérard Meudal, Le Monde.

    " Paradoxal et sacrément efficace. [.] Grangé amène et malmène son lecteur jusqu'aux portes d'un surnaturel insoutenable. [.] La signature d'un maître. " Géraldine Denost, Le Figaro Magazine.

    " Jean-Christophe Grangé retrouve ses différentes obsessions. Paysages crépusculaires balayés par la solitude. Exploration du mal sous toutes ses formes. Personnages atypiques et ascétiques à la recherche d'eux-mêmes. Un univers entre passé et avenir toujours au bord de l'implosion. [.] Un roman policier à la fois vertigineux, religieux, vénéneux, ambitieux. [.] L'auteur réussit à tenir sa trame policière jusqu'au bout sans verser dans le grand- guignol. " Marie-Laure Delorme, Le Journal du Dimanche.

    " On avait rarement eu aussi peur en lisant un roman ! Désormais, notre Stephen King français n'a plus rien à envier aux maîtres américains de l'horreur. [.] Grangé réussit à nous flanquer une peur bleue, en nous tenant en haleine jusqu'au bout. C'est formidablement réussi ! " François Vey, Le Parisien.

    " Terreur garantie. Jean-Christophe Grangé, "le Stephen King français", est un écrivain hors norme [.] ; qui raconte des histoires à la noirceur abyssale. Son dernier opus est un modèle du genre, sans doute son meilleur roman. Un polar biblique, cruel, forcément violent. " Serge Raffy, Le Nouvel Observateur.

    1 autre édition :

  • Jeanne Korowa n'a fait qu'une erreur. Elle cherchait le tueur dans la forêt.
    C´était la forêt qui était dans le tueur. Comme l'enfant sauvage au fond de l'homme.

    1 autre édition :

  • Un enfant venu du bout du monde dont le passé mystérieux resurgit peu à peu. Des tueurs implacables lancés à sa poursuite. Une femme prête à tout pour le sauver. Même au prix le plus fort. Un voyage hallucinant jusqu'au coeur de la taïga mongole. Là où règne la loi du Concile de pierre : celle du combat originel, quand l'homme, l'animal et l'esprit ne font plus qu'un. Tous prêts à l'apocalypse. ©2000 Albin Michel (P)

  • Je suis l'ombre.
    Je suis la proie.
    Je suis le tueur.
    Je suis la cible.
    Pour m'en sortir, une seule option : fuir l'autre.
    Mais si l'autre est moi-même ?...
    Jean-Christophe Lebert restitue au texte de Jean-Christophe Grangé cette tension qui enferme le lecteur dans un labyrinthe cauchemardesque.
    Durée : 22 h 50 min

empty