Daniel Zimmermann

  • L'effroi et l'émerveillement d'un homme ordinaire confronté au pouvoir destructeur de l'imaginaire.

  • Qui a peur de Daniel Zimmermann ? Et d'abord, qui prétend bien connaître l'auteur du Gogol et des Chats parallèles ? Cet homme, joueur de plume, jouet des plumes (Federspiel en alsacien) n'est-il pas le Diable en personne ? Entre les lignes d'un récit haletant, décapant, se lit une angoissante interrogation sur la nature, l'identité de l'écrivain, son étrangeté, son ambiguïté, le mystère de ses origines et de sa création. Qui est ce Je qui écrit, cet autre qui nous leurre, ce leurre qui peut-être dit aussi la vérité ? Un voleur ? Un plagiaire ? Un assassin ? Ou bien quelqu'un qui, à force de raconter des histoires abominables, se prend à son propre jeu de massacre ? Dans ce petit livre âpre, âcre, Zimmermann n'épargne rien ni personne, et l'on ne s'aventure dans la forêt hantée du Sundgau, au sud de l'Alsace, qu'au risque de se perdre un peu soi-même...

  • Qui a peur de Daniel Zimmermann ? Et d'abord, qui prétend bien connaître l'auteur du Gogol et des Chats parallèles ? Cet homme, joueur de plume, jouet des plumes (Federspiel en alsacien) n'est-il pas le Diable en personne ? Entre les lignes d'un récit haletant, décapant, se lit une angoissante interrogation sur la nature, l'identité de l'écrivain, son étrangeté, son ambiguïté, le mystère de ses origines et de sa création. Qui est ce Je qui écrit, cet autre qui nous leurre, ce leurre qui peut-être dit aussi la vérité ? Un voleur ? Un plagiaire ? Un assassin ? Ou bien quelqu'un qui, à force de raconter des histoires abominables, se prend à son propre jeu de massacre ? Dans ce petit livre âpre, âcre, Zimmermann n'épargne rien ni personne, et l'on ne s'aventure dans la forêt hantée du Sundgau, au sud de l'Alsace, qu'au risque de se perdre un peu soi-même...

  • La Garderie augura, en 1977, le cycle des Chroniques légendaires de gens sans importance. Daniel Zimmermann a remanié et augmenté ce roman, épuisé en librairie depuis de nombreuses années. De 1956 à 1968, nous suivons douze années de la vie de Michel, jeune instituteur et demi-intellectuel de gauche, qui crée "La Garderie", un patronage laïque. L'école, la famille, le militantisme, la sexualité, sont autant de lieux clos, dans lesquels il se débat. Tout à la fois absente et présente, la guerre d'Algérie fissure les certitudes de Michel, et gangrène ce qui aurait pu être un grand amour. À travers un itinéraire balisé par Budapest et Charonne, une génération bernée glisse jusqu'aux barricades de Mai 68. Perdre ses illusions ne donne pas le bonheur, à peine un peu de lucidité face aux événements qui se présentent.

  • La Garderie augura, en 1977, le cycle des Chroniques légendaires de gens sans importance. Daniel Zimmermann a remanié et augmenté ce roman, épuisé en librairie depuis de nombreuses années. De 1956 à 1968, nous suivons douze années de la vie de Michel, jeune instituteur et demi-intellectuel de gauche, qui crée "La Garderie", un patronage laïque. L'école, la famille, le militantisme, la sexualité, sont autant de lieux clos, dans lesquels il se débat. Tout à la fois absente et présente, la guerre d'Algérie fissure les certitudes de Michel, et gangrène ce qui aurait pu être un grand amour. À travers un itinéraire balisé par Budapest et Charonne, une génération bernée glisse jusqu'aux barricades de Mai 68. Perdre ses illusions ne donne pas le bonheur, à peine un peu de lucidité face aux événements qui se présentent.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • En 42 histoires à la mine de plomb, voilà croqué le décorum des spectres : La Cité achélème, Les Ratés du rayon du soleil, Vilains soirs à crans d'arrêt, Les Malassis ne sont pas des gniasses qui jouent de la flûte à Disneyland...

  • Violences et crimes de sang, héroïsme discret et marché noir, personnages de commerçants forains désignés par leurs marchandises, M. Bonbon ou Mme Godasse..., les Atrides ont élu domicile dans le Sarcelles de la Seconde Guerre mondiale.

  • Ils se rencontrent à la quarantaine. L'un a déjà écrit, l'autre non, elle a dansé. Peu à peu, s'épaulant, s'encourageant mutuellement, ils vont tout à la fois mêler et séparer leurs écritures, que celles-ci soient universitaires ou littéraires. Vingt ans après, ils racontent cet itinéraire d'un couple d'écrivains.

  • The aim of this book is to investigate contemporary processes of metropolitan change and approaches to planning and governing metropolitan regions. To do so, it focuses on four central tenets of metropolitan change in terms of planning and governance: institutional approaches, policy mobilities, spatial imaginaries, and planning styles. The book's main contribution lies in providing readers with a new conceptual and analytical framework for researching contemporary dynamics in metropolitan regions. It will chiefly benefit researchers and students in planning, urban studies, policy and governance studies, especially those interested in metropolitan regions.The relentless pace of urban change in globalization poses fundamental questions about how to best plan and govern 21st-century metropolitan regions. The problem for metropolitan regions-especially for those with policy and decision-making responsibilities-is a growing recognition that these spaces are typically reliant on inadequate urban-economic infrastructure and fragmented planning and governance arrangements. Moreover, as the demand for more `appropriate'-i.e., more flexible, networked and smart-forms of planning and governance increases, new expressions of territorial cooperation and conflict are emerging around issues and agendas of (de-)growth, infrastructure expansion, and the collective provision of services.

empty