Sciences humaines & sociales

  • Pouvoir dire stop

    Daniel Schneidermann

    Mais pourquoi Emmanuel Macron veut-il vendre les aéroports de Paris ? Pourquoi le gouvernement a-t-il décidé de privatiser une entreprise qui est le numéro 1 mondial du secteur ?
    J'en avais assez d'entendre que c'était une question trop compliquée. Que les élus doivent décider pour nous. Alors je suis allé voir tous les camps. Celui des opposants, celui du gouvernement. En fait, le sujet est passionnant.
    Il touche aux services publics, au réchauffement climatique. Et à la démocratie : d'ici mars 2020, si 10 % du corps électoral le décide, la privatisation d'Aéroports de Paris (Orly, Roissy Charles-de-Gaulle et une dizaine d'autres aéroports) sera soumise à référendum. Sinon la vente sera lancée.
    Encore faudrait-il que les électeurs soient au courant. Ces derniers mois, j'ai croisé des pelletées d'opposants à la privatisation d'ADP qui en avaient à peine entendu parler.
    Pour la première fois, les Français peuvent dire STOP à la vente des bijoux de famille, payés avec les impôts de plusieurs générations.
    STOP à l'inflation folle du trafic aérien qui abîme la planète : des actionnaires privés n'auront comme seule boussole que le profit, quel que soit l'impact du kérosène sur le climat.
    STOP à ceux qui décident à notre place : lire ce livre, s'informer, le faire circuler, c'est une arme démocratique.

  • Ce n'est pas un livre politique ni un bilan de la cohabitation. Il décrit la vie quotidienne de ceux qui prétendent faire le bonheur des Français.

  • Mode d'emploi des médias, analyse de la course effrénée au petit écran où tous, grands patrons, avocats, médecins, rêvent d'être reconnus par leur concierge.

  • Quel cas, cette famille France ! Elle vit ensemble depuis mille ans, s'est mille fois déchirée et raccommodée, a inventé mille splendeurs et mille ignominies. Parfois, elle plie sous l'orage et semble prête à s'éparpiller. Pourtant, elle tient bon et se retrouve, été après été, élection après élection, Tour de France après Tour de France. Car cette tribu délicieusement contradictoire partage bien plus d'émotions qu'elle ne veut l'avouer. Les mythes qui la cimentent sont parfois de grands et majestueux mythes : le château-Margaux, de Gaulle, la première Communion, le jambon-beurre, les vacances des enseignants, la 2 CV. Autant de composantes de l'unité nationale. Autant de mots qui, à peine prononcés, déclenchent une image, la même en chacun d'entre nous. Laissant de côté ces légendes mille fois explorées, je me suis amusé à fureter du côté des mythologies en formation, en voie de cristallisation, à l'état encore gazeux - auxquelles nous croyons sans tout à fait nous en rendre compte, ces mythologies quotidiennes qui, pourtant, font de nous, indiscutablement, des Français. D. S.

  • Le critique du Monde explique l'ombre toujours présente du couperet de l'Audimat, l'angoisse du zapping et la nécessité de retenir captif un public présumé inconstant. Il s'interroge sur la peur de lasser, d'être précipité dans la grande oubliette, pour les présentateurs.

empty