Dominique Maillard

  • Les immigrants chinois des Etats-Unis se lancèrent dès le début dans la "ruée vers l'or" et la création de petites entreprises maraîchères et commerciales, pour échapper à la segmentation économique dans laquelle on voulait pourtant les enfermer. L'entreprenariat et la création de "classes exemptées" par la loi d'exclusion de 1882 et celles qui suivirent permirent aux entrepreneurs et aux immigrants issus de l'élite chinoise de circuler librement entre la Chine et les Etats-Unis et de trouver des "niches" au sein de l'économie américaine...

  • La loi américaine sur l'immigration de 1965 a déclenché une dynamique migratoire fondée sur le talent et la famille. La fuite des cerveaux vers les Etats-Unis et le retour des talents en Chine, processus aux avantages réciproques, est encouragé par les dirigeants des deux pays. La Californie du Nord séduit les immigrants chinois par son réseau d'universités, sa culture de l'innovation, ses incubateurs de "jeunes pousses", sa recherche de marchés sur les pourtours du Pacifique.

  • Au début des années 90, le nombre de thèses délivrées s'est rapidement accru alors que, parallèlement, la situation économique se dégradait, ralentissant le recrutement des jeunes diplômés. Face aux interrogations croissantes sur l'insertion professionnelle des scientifiques, la Direction de la technologie du ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la technologie a souhaité connaître et expliquer les modalités d'insertion professionnelle des Docteurs. Dans cette perspective, le Céreq a réalisé une étude, dont les résultats sont présentés dans ce document. La première partie, une enquête sur l'insertion des Docteurs diplômés en 1994, montre que leur situation est - trois ans après l'obtention de leur diplôme - relativement bonne, comparativement à celles des autres diplômés de l'enseignement supérieur. De plus, quelle que soit l'origine disciplinaire, les Docteurs qui ont noué des relations avec les entreprises et les moniteurs, sont avantagés au regard de l'insertion. Une enquête qualitative, menée auprès de diplômés en 1993, qui compose la deuxième partie de ce document, permet d'affiner la compréhension des résultats instantanés du travail statistique, par une description et une analyse des modalités d'insertion professionnelle : le Doctorat, diplôme d'excellence de l'université, ne semble pas exactement ajusté aux exigences des emplois disponibles à ce niveau, et les Docteurs essentiellement préparés au monde de la recherche et de l'université, doivent intégrer - dans des délais extrêmement courts - les exigences de polyvalence, de mobilité, et les réalités du monde des entreprises. Si les débouchés du privé ne représentent qu'un tiers de l'insertion professionnelle des Docteurs, ce n'est pourtant pas faute de réelles relations entre les laboratoires de recherche et les entreprises, comme le montre l'analyse quantitative et qualitative des liens entre formations doctorales et entreprises, développée en troisième partie.

empty