Eric Denécé

  • L'Asie du Sud-Est, région aux terres morcelées et dispersées dans un espace à dominante océanique, dispose d'une situation géographique exceptionnelle entre les océans Pacifique et Indien. Deux aspects en font en particulier une zone d'intérêt majeur pour la sécurité internationale : les communications maritimes et la délimitation des espaces océaniques en mer de Chine méridionale. C'est à l'analyse de ces deux aspects essentiels de la géostratégie de l'Asie du Sud-Est qu'est consacré cet ouvrage.

  • Cet ouvrage invite à une meilleure compréhension des nouveaux phénomènes régissant les échanges économiques internationaux. Il décrypte les intérêts en jeu et dresse l'inventaire des nouvelles pratiques concurrentielles qui se généralisent. Il met en lumière les nouvelles compétences à développer afin de participer avec succès à la compétition commerciale, notamment à travers un plaidoyer pour une mise en oeuvre systématique d'une démarche d'intelligence économique, facteur-clé de succès dans le nouveau contexte.

  • Infiltration d'agents au coeur des organisations ennemies, sabotages clandestins, éliminations ciblées, raids de commandos... autant de missions menées par les services secrets israéliens, considérés comme les meilleurs du monde. Mais cette réputation est-elle justifiée ? Comment fonctionnent-ils ? Comment leurs opérateurs sont-ils formés ? Quels ont été leurs succès et leurs échecs ?
    La seule façon pour Israël d'éviter le sort funeste que lui promettent ses ennemis, c'est d'anticiper toute action adverse. Ainsi, depuis sa création, l'État hébreu a mis l'accent sur le renseignement, les opérations clandestines et les raids préventifs pour annihiler toute menace.
    Spécialistes du renseignement et du Proche-Orient, Éric Denécé et David Elkaïm donnent à comprendre la communauté du renseignement israélienne dans son ensemble : Shin Beth (sécurité intérieure), Aman (renseignement militaire), Mossad (renseignement extérieur) et autres sayerot (forces spéciales de Tsahal). Ils passent aussi au crible leur organisation, les différentes actions qu'ils ont eu à mener, leurs relations avec le monde politique, mais aussi, leurs échecs.
    Beaucoup d'organismes et d'opérations sont ici évoqués pour la première fois : les capacités d'écoute et de guerre informatique de l'Unité 8200 ; les réseaux d'informateurs implantés au Liban ; le « service action » du Mossad ; les raids clandestins des forces spéciales en Syrie à la recherche des armes chimiques ; et surtout, la guerre secrète contre l'Iran, afin de saboter le développement du programme nucléaire de Téhéran et préparer d'éventuelles frappes aériennes.

  • Dès la plus haute Antiquité apparaissent de nombreuses preuves de l'existence d’organisations de renseignement dans toutes les grandes civilisations : au Moyen-Orient (Mésopotamie, Egypte, Perse), en Extrême-Orient (Inde et Chine) et en Europe (Grèce, Carthage et Rome). L'espionnage est attesté par des textes nombreux : la Bible ; les inscriptions des temples de Louxor ; les récits d’Hérodote et ceux des historiens romains ; et les deux plus anciens traités de stratégie au monde : L’Arthasastra de Kautilya (Inde) et L’Art de la Guerre de Sun Tse (Chine).Au Moyen Âge, les pratiques du renseignement se pérenisent, notamment dans l’Empire byzantin et en Chine. Les Vikings y recourent systématiquement lors de leurs raids, tout comme les Normands pour la conquête de l’Angleterre. Pendant les Croisades, l’espionnage est pratiqué tant par les royaumes chrétiens que musulmans, comme pendant la guerre de Cent Ans. Les opérations clandestines s’observent également dans la péninsule ibérique lors de la Reconquista, dans l’Amérique préhispanique et au Japon, avec les mystérieux ninjas.Ainsi, tout au long de l’Antiquité et du Moyen Âge, principautés, royaumes et empires qui s’affrontent pour la domination du monde conduisent des actions secrètes qui comportent tous les volets de l’espionnage moderne : espionnage, contre-espionnage, écritures secrètes, interception des courriers, assassinats ciblés... Ce sont quelques uns des plus beaux épisodes de l’histoire du renseignement de l’Antiquité et du Moyen Âge que ce livre propose au lecteur.  Trente contributions produites par vingt-cinq auteurs de haut niveau, universitaires reconnus et spécialistes du renseignement, font de ce travail une somme tout à fait originale et exceptionnelle.

  • Les Vikings qui ravagent l'Europe à partir du IXe siècle sont les premiers à recourir à la reconnaissance et au renseignement de façon à obtenir l'effet de surprise maximum au cours de leurs raids, car ils sont toujours moins nombreux que leurs adversaires.
    Ils légueront leur expérience de la guerre secrète aux Normands, lesquels ne cesseront d'y avoir recours tout au long du Moyen Age, pour la sécurité de leur duché ou pour la conquête de l'Angleterre et de la Sicile.
    Face à eux en Méditerranée, Byzance dispose d'une longue et solide tradition de l'action clandestine.
    Les Croisades mettent également en lumière les talents des royaumes arabes en matière d'espionnage et d'action spéciale.Toutes les techniques d'obtention sont pratiquées, depuis l'éclairage jusqu'à l'écoute des conversations et l'interception de courriers.

  • O Les nouvelles formes de la violence internationale Guerres - Terrorisme - Crime - Oppression : en 4 parties, l´ouvrage brosse un portrait planétaire des grands thèmes de conflits actuels.

    O Des cartes pour mieux visualiser Chaque page contient une ou plusieurs cartes thématiques qui permettent de mieux comprendre les enjeux de la géopolitique et les menaces qui nous entourent.

    O Disposer d´un outil de référence Grâce à son organisation thématique et alphabétique, l´accès à l´information est immédiat. Un instrument précieux pour comprendre le monde dans lequel nous vivons.

  • Face à la menace terroriste, la presse ne cesse d'évoquer les désormais tristement célèbres "fiches S", sans vraiment savoir à quoi correspond cette dénomination, ni le fichier dont elles sont issues. De même, des critiques se font entendre dès qu'un attentat terroriste se produit, reprochant aux services de sécurité d'être inefficaces, alors même que ceux-ci font correctement leur métier dans les limites que leur imposent le droit et le législateur.
    Paradoxalement, la crainte - légitime mais infondée - d'un excès de pouvoir accordé aux services de renseignement refait périodiquement surface, et des voix dénoncent une surveillance croissante portant atteinte aux libertés publiques et individuelles.
    Force est de constater la méconnaissance et la méfiance qu'ont les médias et le public des services de renseignement et de sécurité dans notre pays. Ainsi le but de cet ouvrage est de dresser un tableau aussi précis que possible des moyens dont disposent nos services, des actions que nos autorités et notre système législatif leur autorisent et des limites imposées.
    Les lecteurs y trouveront une présentation claire et exhaustive de sujets souvent survolés, méconnus ou mal compris. Qu'il s'agisse des méthodes de recueil, des fichiers de police ou de renseignement, du contrôle parlementaire des services, cet ouvrage fera référence et sera fort utile aux chercheurs, aux étudiants, à la presse, aux parlementaires, aux politiques et à tous ceux qui s'intéressent au renseignement français.

  • "Depuis vingt ans sont apparus des mouvements contestataires agissant au nom de l'éthique : altermondialisme, écologie, défense des droits des animaux. S'ils s'expriment majoritairement à travers des actions légales, ils ont cependant donné naissance à des groupes radicaux partisans d'attaques violentes et à des groupus-cules terroristes n'hésitant pas à recourir à des actions « armées ». Ce phénomène porte un nom : écoterrorisme.

    Depuis le début des années 1990, les Black Blocs livrent une véritable guérilla urbaine aux forces de l'ordre et le Front de libération des animaux ou le Front de la libération de la terre multiplient les actes criminels - sabotages, attentats ou meurtres -, ciblant les entreprises et le « pouvoir de l'argent ». Ils figurent aujourd'hui, aux États-Unis et en Grande-Bretagne, sur la liste noire des organisations terroristes au même titre que Daech et Al-Qaïda.

    La France est encore peu touchée mais tout laisse craindre que se développent dans un avenir proche des campagnes violentes dans l'Hexagone. Les événements de Sivens, Roybon et Notre-Dame-des-Landes en sont les signes annonciateurs.

    Cet ouvrage, le premier en France sur le sujet, présente les causes et idéologies contestataires, décrit les groupes violents, leurs modesd'organisation, leurs cibles, leurs opérations, et explique leur évolution du militantisme au terrorisme."

empty