François Noble

  • Dans un nouveau contexte législatif, réglementaire et économique, les chefs de service doivent faire face, en plus des questions classiques d´animation d´équipe, à des problématiques diverses : l´élaboration de projets, le développement du travail en réseau, la création et la gestion de partenariat, l´évaluation interne et externe, etc.
    Ce livre contribue, par la diversité de ses approches et des questions couvertes, à comprendre le rôle que jouent les chefs de service dans les changements que les établissements et services ont à mettre en oeuvre, à appréhender les méthodologies dont ils se servent, à expliquer les postures qu´ils adoptent, à identifier les enjeux des transformations observables dans l´exercice de la fonction.

  • Assumant sous l'autorité et la responsabilité des directeurs l'organisation et le fonctionnement du service ou de l'établissement, les chefs de service sont également responsables du projet élaboré avec la personne accueillie. Chargés d'accompagner le changement, soumis à des injonctions parfois contradictoires, les chefs de service suscitent des attentes de la part de leur direction et de leur équipe et vivent souvent l'exercice de leurs pratiques comme un véritable écartèlement. Dans ce contexte, la question du pouvoir et de l'autorité du chef de service représente une problématique incontournable pour celui qui doit garantir le projet de service ou d'établissement, la qualité de l'offre de services rendus aux usagers, se positionner comme cadre hiérarchique et participer, de sa place, au processus décisionnel. Avec la collaboration de :Eric Bertrand - Robert Damiens - Michel Defrance Maxime Delaloy  - Patrick Dubéchot - Gyslaine Jouvet Saül Karsz - Jean-René Loubat - Frederik Mispelblom Beyer

  • Le secteur associatif d´action sociale est marqué par la disparition des logiques qui lui ont permis de se structurer ces quarante dernières années. Il n´en est pas pour autant moribond.
    Entre une logique dite « humaniste » et une approche abusivement appelée « gestionnaire » et « technocratique », se situe la capacité d´entreprendre au sens premier du terme : la capacité à dépasser le débat idéologique pour s´inscrire dans une approche raisonnée du social. L´exigence entrepreneuriale est tout à la fois :
    O une réponse aux nouvelles orientations des pouvoirs et des politiques publiques ;
    O une posture pour permettre aux associations de remplir leurs missions d´intérêt général.
    Réflexion sur l´entrepreneuriat social, cet ouvrage articule la refondation de l´objet des associations au principe de réalité, pour tenir compte des environnements politiques, institutionnels, sociaux et économiques concrets. Il offre des pistes d´action pratiques tant du côté de la gouvernance associative que du fonctionnement managérial.

empty