Francis Paradis

  • « Déposer ma langue sur un crochet, crier enfin : "je suis rentrée à la maison!" » scande le numéro hivernal de la revue Moebius. « Le crochet c'est naturel pour le manteau, ça lui va. Tandis que la langue... Encore faut-il pouvoir séparer son muscle le plus puissant du corps, la couper cette langue bien pendue, muer le secret des portes closes en parure. À quelle nudité, pure ou honteuse, nous oblige le silence ? [...] » (liminaire, extrait) En poésie, lisez Laurence Gagné, Martin Hervé, Marise Belletête, et Anthony Lacroix. En fiction, lisez Kaliane Ung, Louis-Philippe Labelle, Mahité Breton, Francis Paradis, Mathieu Villeneuve et Diane-Ischa Ross. Voyez à travers « les yeux fertiles » de Guylaine Massoutre et Martina Chumova. Aussi, « Penser la création avec Stéphane Martelly » avec Stéphane Martelly, Catherine Mavrikakis écrit une « Lettre à Forest », Lucile de Pesloüan est l'écrivaine en résidence et Julie Delporte l'artiste ayant reçu la mission d'illustrer les numéros de l'an 2019.

  • « Durable, la porno ? Une porno qui rejoindrait notre volonté d'une sexualité saine ? Quitter les voies du mainstream, remodeler l'image pornographique sur le plan de l'idéal politique ? La porno n'est pas le sexe. Elle est sa mauvaise conscience. La Grande Machine pornographique. Sa durabilité nous tuera tous. Comme le vieux lapin de la pub, qui frappe éternellement sur son tambour. » ( extrait du liminaire) Je découvre qu'on peut faire du porno durable, plus récent numéro de la revue Moebius a été dirigé par Jeannot Clair et Clara Dupuis-Morency. Retrouvez-y des textes, en vers ou en prose, de Sanna, Victor Bégin, Pascale Bérubé, Loic Bourdeau, Léonore Brassard, Monique Deland, Virginie Fournier, mathieu hachebé, Guylaine Massoutre, Christine Monot, Francis Paradis et Laurence Pelletier. Pour la prochaine année,Yara El-Ghadban est l'écrivaine en résidence et Éléonore Goldberg, l'artiste. Michaël Trahan pense la création. Et Nathanaël écrit une lettre à un écrivain vivant. La citation-thème est une phrase tirée du livre Les chemins de désir, de Claire Richard.

empty