Ghassan Tuéni

  • Dans ce monde proche-oriental où les vérités sont si dangereuses à dire, Ghassan Tuéni est un homme libre. Il l´a prouvé tout au long de sa vie à la tête d´An-Nahar dont il a fait le premier quotidien en langue arabe par sa diffusion et le symbole reconnu par tous du dialogue des cultures et des croyances. Entré en politique à vingt-quatre ans, tour à tour député, vice- président à la Chambre, ministre, ambassadeur auprès des Nations unies, où il s´est battu pour défendre l´intégrité et l´indépendance du Liban, il a contribué à renouveler et à moraliser la vie politique de son pays. Faiseur et défaiseur de présidents et de gouvernements, il s´est servi de sa tribune d´éditorialiste pour tenter d´imposer auprès de toutes les communautés religieuses le devoir de " vivre ensemble ", qui est sans doute sa contribution la plus essentielle à l´histoire du Liban moderne et à celle de toute la région.
    Citoyen et journaliste engagé, il a pourtant payé au prix fort cette passion de servir la vérité. L´assassinat de son fils Gébran, le 12 décembre 2005, dernier en date d´une longue série de drames qui ont endeuillé sa vie, a rappelé à tous les Libanais, à tous les hommes de bonne volonté, l´extraordinaire courage et dévouement dont avait fait preuve celui qui a fini par devenir, aux yeux de tous, la conscience de son pays. Dans ces pages poignantes, Ghassan Tuéni retrace son parcours et révèle, pour la première fois, la manière dont il a puisé dans les drames et les douleurs de sa vie la force de demeurer un homme de pardon.

  • Que l'on évoque le temps des Croisades, les grandes heures de l'Empire ottoman et son démembrement au XXe siècle, l'éveil du nationalisme arabe ou l'émergence du projet sioniste, on est chaque fois confronté, avec les « questions d'Orient », à une histoire complexe où le religieux imprègne le politique.
    Dans ce livre à trois voix, les auteurs, ardents partisans de la paix au Moyen-Orient, s'interrogent sur le désarroi actuel du monde arabe en retraçant les grandes étapes du siècle écoulé : la création des États du Levant, la politique des mandats, les luttes d'indépendance, la création de l'État d'Israël, la succession des conflits israélo-arabes, la guerre au Liban, les guerres du Golfe, les Intifadas, le choc du 11 septembre et l'exacerbation du terro-risme. Compte tenu de sa double identité d'acteur et témoin de ces multiples crises, Ghassan Tuéni enrichit ce débat de sa propre expérience et d'éléments historiques.
    Le grand espoir de « Renaissance arabe » n'a connu qu'un élan éphémère. L'incapacité des nouvelles nations à relever les défis de l'indépendance et à surmonter leurs archaïsmes, le jeu hégémonique des grandes puissances, jalouses de leurs routes impériales et de leurs ressources pétrolières, ainsi que la radicalisation constante de la politique expansionniste israélienne vont con-duire l'arabisme et la cause palestinienne d'impasses en échecs et favoriser tous les intégrismes.

empty