Langue française

  • Le boxeur montréalais Eugène Brosseau était une véritable vedette dans les années 1915-1935. C'est l'époque du capitalisme triomphant où le libéralisme économique est roi et où le développement de nouvelles technologies permet l'apparition des loisirs de masse. Ses victoires soulevaient l'enthousiasme et déclenchaient des passions, ses formidables coups de poings symbolisaient, pour plusieurs de ses compatriotes, la force du peuple canadien-français. Un journaliste le baptisa Gentleman Gene, titre récupéré par tous les médias de l'époque.Il faut dire qu'Eugène Brosseau était un boxeur atypique. Issu d'une famille de la petite bourgeoisie, alors que la plupart des pugilistes qu'il fréquente proviennent de milieux défavorisés, il suivra pendant deux ans des cours universitaires pour devenir vétérinaire. Il lisait quotidiennement Le Devoir et admirait Henri Bourassa. Surtout, il adorait l'opéra !Plusieurs journalistes américains nous enviaient cette jeune merveille du ring qui, en 1917, à San Francisco, triompha des meilleurs boxeurs amateurs poids moyens des États-Unis. Lorsqu'il devint professionnel au mois de janvier 1919, la majorité des commentateurs le voyaient déjà champion du monde de sa catégorie. Une mystérieuse maladie le priva toutefois du titre mondial. Après avoir accroché ses gants, il endossera le costume de professeur de boxe à la Palestre nationale et deviendra manager de boxeurs professionnels. Pendant l'espace d'une saison, il sera même le matchmaker du Canadien qui présentait des combats de boxe au Forum.Au-delà de l'hommage à une idole oubliée, Gilles Janson s'intéresse à une histoire négligée, celle du sport, qui enrichit pourtant notre connaissance de la société québécoise.

  • «Le Dictionnaire des grands oubliés du sport au Québec a sauvé ce qui doit être sauvé. Un semblable effort de mémoire, pour le bien de notre histoire en général, constitue un travail aussi passionnant que méritoire.» - Serge Bouchard, extrait de la préface.
    155 acteurs du monde sportif québécois et même canadien ayant pratiqué leur discipline entre les années 1850 et 1950 revivent dans cet incroyable dictionnaire. Très connus à leur époque, ils ont malheureusement sombré dans l'oubli.
    D'une grande richesse documentaire, ce dictionnaire nous en apprend beaucoup sur maints aspects de notre culture et sur notre société.
    Ont collaboré à cet ouvrage :
    Gilles Birtz, Pierre et Jacques Caplette, Patrick Carpentier, David Chapman, Yves Chartrand, Élise Detellier, Daphne Dufresne, Paul Foisy, Serge ­Gaudreau, Joseph Graham, Micheline Lécuyer, Daniel Lemay, Daniel Papillon, Diane Polnicky, Richard W. Pound, Alexandre Pratt, Pierre Richard, Nancy Robinson, Gerry Rochon, Danielle Soucy, Tom Thompson, Michel Vigneault et Bill Young.
    Détenteur d'une maîtrise en histoire de l'Université du Québec à Montréal et maintenant à  la retraite, Gilles Janson a occupé le poste de responsable des archives historiques à la même université. Il s'intéresse à l'histoire du sport au Québec depuis près de 30 ans. Il a fait paraître Emparons-nous du sport. Les Canadiens français et le sport au XIXe siècle, aux Éditions Guérin en 1995, et Un boxeur gentilhomme, Eugène Brosseau, 1896-1968, aux éditions du Septentrion en 2005.

empty