Gilles Manceron

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La guerre d'Algérie ne semble pas être véritablement entrée dans le domaine de l'histoire. Deux historiens, l'un algérien, l'autre français ont donc procédé à une approche comparée de la manière dont la mémoire de la guerre s'est constituée et se transmet aujourd'hui dans les deux pays : occultations, culpabilité et silences d'un côté ; célébration, utilisation et confiscation de l'autre. Ils traitent différents points d'histoire : l'implantation européenne, la violence avant et pendant la guerre, la torture, la diversité du nationalisme algérien, entre autres thèmes trop rapidement ou mal abordés dans les manuels scolaires. Il est indispensable de croiser ces deux mémoires parallèles afin de faire reculer les antagonismes, progresser la connaissance objective et comprendre le regard de l'autre.

  • La guerre d'Algérie ne semble pas être véritablement entrée dans le domaine de l'histoire. Deux historiens, l'un algérien, l'autre français ont donc procédé à une approche comparée de la manière dont la mémoire de la guerre s'est constituée et se transmet aujourd'hui dans les deux pays : occultations, culpabilité et silences d'un côté ; célébration, utilisation et confiscation de l'autre. Ils traitent différents points d'histoire : l'implantation européenne, la violence avant et pendant la guerre, la torture, la diversité du nationalisme algérien, entre autres thèmes trop rapidement ou mal abordés dans les manuels scolaires. Il est indispensable de croiser ces deux mémoires parallèles afin de faire reculer les antagonismes, progresser la connaissance objective et comprendre le regard de l'autre.

  • C'est une introduction originale à l'histoire de la colonisation française que propose Gilles Manceron dans cet essai inédit. On sait que ces dernières années, des revendications se sont élevées, pour exiger des réparations, voire des poursuites judiciaires, pour les crimes de la colonisation : quelles réponses apporter aujourd'hui à ces revendications ? Pour répondre à cette question, Gilles Manceron revient sur les crimes massifs et organisés qui ont accompagné la colonisation pendant plusieurs siècles, depuis la traite esclavagiste jusqu'aux indépendances. Et il montre comment, à partir du XIXe siècle, ces crimes ont été systématiquement déniés, par un discours officiel selon lequel les notions d'égalité et de droits de l'homme admettraient une exception : celle des peuples colonisés, " mineurs et barbares ", qui ne pouvaient prétendre en bénéficier. Ce discours, qui fut celui des IIIe, IVe et Ve Républiques, a été abandonné après les indépendances. Mais, depuis, les autorités de la République n'ont jamais reconnu les crimes de la colonisation, ni désavoué le discours officiel antérieur. À partir de cette confrontation entre la réalité de la violence coloniale et le discours qui la légitimait, Gilles Manceron montre que ce n'est pas par d'hypothétiques procès ou réparations financières que ces pages noires de l'histoire de France seront définitivement tournées, mais par un effort de vérité politique et historique auquel ce livre entend contribuer.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty