Littérature générale

  • Couples, amis, parents et enfants, voisins, collègues, amants et inconnus, tous les protagonistes, narrateur compris, s'assemblent et s'additionnent dans ce qui n'est pas assez, ou déjà plus, trop ou trop peu. Au lieu-dit des malaises muets, le réel répand ses largesses : rivalité, tromperie, méprise, mensonge, humiliation, imposture, ignorance, incommunicabilité... Parce qu'il a besoin de sentir palpiter la vie « dans une forme dont le pouls est si évidemment rapide », l'écrivain choisit la nouvelle brève : dense, exiguë, concentrée, rusée, épicée, mordante, fine dans l'humour autant que dans l'émotion. En soixante-six textes, il puise sans relâche dans le rapport de force entre l'impondérable et l'intelligence des mots.

  • Gilles Pellerin établissait dans Nous aurions un petit genre une équation entre brièveté et cruauté : la plus grande misère du protagoniste d'une nouvelle tient au fait qu'il ne dispose que de quelques pages pour agir. Ici, dans un recueil regroupant plus de quatre-vingts textes, le temps lui est forcément compté et les situations énigmatiques se multiplient. La rapidité d'exécution réclame une narration vigoureuse, qui sert à merveille les registres familiers de l'auteur : ici, l'absurde ; là, l'humour ; là encore, l'exubérance. Mais aussi cette touche de lyrisme au détour d'une page pour nous rappeler que du désordre peut naître la tendresse.

  • Nouvelles à saveur fantastique où la réalité s'organise volontiers (ou elle semble le faire...) suivant une logique tantôt onirique, tantôt animiste (les objets étant investis de ce qui pourrait tenir lieu d'âme).
    Abandonnés dans un monde hostile aux chimères, les personnages de ces nouvelles louvoient entre les écueils de la bêtise et de la rationalité rance.

  • Anonyme dans son voisinage autant que parmi ses collègues fonctionnaires, l'Homme mesuré mène une vie tranquille, heureuse et inquiète auprès de sa femme et de leurs deux enfants. Il s'étonne un matin de la subtile distorsion de l'image que lui renvoie le miroir, assez pour chercher partout des signes de changement, et en trouver. Depuis l'arrivée de son nouveau supérieur hiérarchique, il ne peut plus se soustraire aux activités sociales du ministère - bal de la Marionnette, voyage, atelier de formation, concours de sosies à la télévision d'État -, ce qui le place à répétition dans des situations embarrassantes. Le miroir ne mentait pas : le travestissement est en cours.
    Fausse camaraderie, complicité simulée, manipulation, collusion, falsification, déguisement : considérant l'actualité politique, Gilles Pellerin n'a pas eu à puiser très loin les éléments qui lui ont permis de dessiner un portrait de société satirique et drôle où le pouvoir et la politique-spectacle s'immiscent au coeur de la vie intime.

  • Fruit de leur enseignement sur la présence du mythe dans la littérature, l'essai de Georges Desmeules et Gilles Pellerin s'adresse aux nombreux professeurs qui enseignent la mythologie non pas tant dans la perspective de raconter les aventures de héros prodigieux que pour en dégager le sens que ceux-ci continuent à sécréter, bien que des oeuvres phares comme l'Iliade et l'Odyssée aient été écrites il y a près de trois millénaires. Le recours à la théorie littéraire et le recoupement des personnages dans des séquences empruntées aux deux épopées d'Homère et aux tragédies antiques permet d'expliquer l'incomparable grandeur de ces figures héroïques et notre propre fascination à leur égard.
    Les auteurs enseignent la littérature au collège François-Xavier-Garneau de Québec. Ils ont chacun fait paraître plusieurs essais et études sur la littérature.

empty