Henri Minczèles

  • Près d'un millénaire d'un passé riche en événements, la saga extraordinaire et tragique des Juifs polonais et de la civilisation ashkénaze.
    Le judaïsme polonais a longtemps et profondément marqué les communautés juives dans le monde. Malgré leur quasi-disparition dans l'horreur indicible du génocide nazi, l'immense héritage des Juifs de Pologne, ces " combats sans nombre sur les champs de bataille de l'esprit ", perdure aujourd'hui, fût-ce de façon souterraine, chez les millions de Juifs qui vivent sous d'autres cieux.C'est l'histoire longue, curieusement méconnue, du judaïsme polonais que retrace ici Henri Minczeles, dans ses dimensions religieuse, culturelle et politique : près d'un millénaire riche en événements, un destin bien particulier, avec ses périodes paisibles ou tourmentées, une civilisation ashkénaze dont le yiddish fut un vecteur de premier plan.Henri Minczeles raconte la saga des Juifs polonais sur une terre qui fut la leur durant des siècles, au sein d'un milieu majoritaire rarement bienveillant, souvent antisémite. Il met en scène l'extraordinaire vitalité de cette communauté, malgré l'angoisse et la précarité, avant l'horreur de la Shoah : sur trois millions et demi de Juifs qui vivaient en Pologne à l'aube de la Seconde Guerre mondiale, plus de trois millions furent anéantis en moins de six ans par la folie meurtrière des nazis.Fruit d'un travail de plusieurs années, cet ouvrage accessible comble un vide en rappelant, aux Juifs comme aux non-Juifs, ce passé palpitant et tragique.

  • À l'intérieur du vaste yiddishland, en Litvakie - sur le territoire de l'ancien grand-duché de Lituanie -, s'est développée, pendant plusieurs siècles, une civilisation originale, dont se réclamaient plus d'un million et demi de Juifs. Baltes, polonais et biélorussiens, ces Juifs litvaks ou " Juifs lituaniens " affirmaient leur singularité et leur spécificité dans un univers à la fois ouvert sur le monde et intimement attaché aux traditions.
    Dans leur pays " mythique ", religieux ou laïques, très souvent engagés sur les plans politiques et culturels, les Litvaks ont compté d'éminentes personnalités, dont certains ont acquis une stature internationale dans les différents domaines des arts et de l'esprit : Sergeï Eisenstein, Mark Chagall, Golda Meier, Jacques Lipschitz, Chaïm Soutine, Emmanuel Levinas, etc.
    À Vilnius, Minsk, Bialystok ou dans les shtetleh, les Litvaks ont fortement imprégné le judaïsme dans son ensemble grâce à leurs talents et à leur humanisme. La Litvakie a alors débordé bien au-delà de ses limites " naturelles ". Moins de soixante-dix mille Litvaks ont survécu aux souffrances et à l'horreur de la Shoah. Mais plus d'un million d'entre eux avaient quitté le " vieux pays " pour perpétuer, sur les cinq continents, une certaine manière de vivre une éthique exigeante qui les rendait à la fois semblables et différents des autres Juifs. Un monde qui se perpétue sous de nouvelles latitudes. Pour paraphraser Simon Doubnov, l'Histoire continue...
    (Cette édition numérique reprend, à l'identique, l'édition originale de 2008.)

empty