Isaac Bashevis-Singer

  • Keila la rouge

    Isaac Bashevis-Singer

    • Stock
    • 31 Janvier 2018

    « À trente-deux ans, Yarmi comptait déjà quatre séjours à la prison de Pawiak pour vol - sa spécialité étant de forcer les serrures. Il avait aussi été arrêté plusieurs fois pour traite des blanches. À vingt-neuf ans, Keila la Rouge s'était successivement distinguée dans trois bordels, un rue Krochmalna, un rue Smocza et un rue Tomkes. » Dans ce grand roman inédit, le conteur malicieux de la rue Krochmalna, le magicien des synagogues et des bordels, ressuscite le monde disparu de la culture yiddish, un monde de couleurs vives qui devint après la guerre un monde gris de cendres.
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marie-Pierre Bay et Nicolas Castelnau-Bay

  • Le charlatan

    Isaac Bashevis-Singer

    • Stock
    • 29 Janvier 2020

    « Hertz Minsker était arrivé à New York en 1940, amenant avec lui une nouvelle épouse qui avait abandonné un mari - et deux enfants - à Varsovie. On racontait qu'il travaillait depuis des années à un chef-d'oeuvre qui éblouirait le monde, mais jusque-là, personne n'en avait rien vu. »
    Hertz Minsker, pseudo-philosophe, pseudo-sociologue et véritable charlatan, vit aux crochets de son ami d'enfance, Morris Calisher, magnat de l'immobilier. Hertz, séducteur invétéré, a pour quatrième femme la ravissante Bronia, qui ne se remet pas d'avoir laissé derrière elle ses deux jeunes enfants, désormais prisonniers du ghetto  de Varsovie. Morris, lui, est marié à la plantureuse Minna.
    Depuis des mois, Hertz et Minna entretiennent une liaison passionnée au nez et à la barbe de leurs conjoints respectifs. Quand l'ex-mari de Minna fait irruption dans leurs vies et décide de vendre à Morris des Picasso et des Chagall - tous faux, bien entendu -, le château de cartes s'écroule et les péripéties s'enchaînent.
    Avec ce nouveau roman inédit, Singer nous offre une formidable histoire menée tambour battant, mais aussi un grand livre sur l'exil, le déracinement, et la douleur de l'incertitude quant au sort de ceux qui sont restés en Pologne.

  • La Cosmopolite a entrepris, depuis six ans, de rééditer et de remettre en avant l´oeuvre d´Isaac Bashevis Singer, en publiant la plupart de ses nouvelles dans un recueil, La Couronne de plumes, ou encore des nouvelles inédites, Les Aventures d´un idéaliste, sans parler de ses romans, Satan à Goray, Shosha et maintenant La Famille Moskat, dans une nouvelle traduction de Marie-Pierre Bay.Cette immense saga se présente comme le troisième volet d´un triptyque romanesque, dont les deux autres sont Le Manoir et Le Domaine. Tous les trois montrent la Pologne qui, depuis 1863, est en train de se moderniser, de s´industrialiser, et où les contradictions liées au progrès n´épargnent ni la communauté juive, ni la société polonaise. Situé entre la veille de la Première Guerre mondiale et le début de la Seconde, La famille Moskat retrace l´histoire d´une famille juive patriarcale de Varsovie et sa désintégration progressive.Isaac Bashevis Singer nous offre une fois encore un roman magistral traversé par des personnages attachants et débordants d´humanité, un roman qui s´impose à tous et affronte victorieusement le temps.

  • Satan à Goray

    Isaac Bashevis-Singer

    • Stock
    • 20 Octobre 2010

    Goray, vers 1665, petite ville perdue dans la province de Lublin en Pologne. La communauté juive se remet tout juste des massacres perpétrés par les cosaques de Chmielnichi seize ans plus tôt, quand le bruit de l´arrivée du Messie, incarné par un certain Zabattaï Zevi, se propage comme une traînée de poudre.  Un rabbin peu scrupuleux oriente alors les fidèles dans la lecture des textes sacrés, les incitant à abandonner leurs biens et à vivre dans le péché pour mieux se préparer à la rédemption... Plongeant ainsi la ville dans un chaos sans nom.  Qui de Zabattaï Zevi, Rechele la prophétesse ou Reb Gedaliya imposera sa Loi à Goray ?Dans Satan à Goray, Isaac Bashevis Singer nous immerge au coeur d´une communauté déchirée par l´interprétation des textes qui la régissent, dévoilant ainsi les contradictions tragiques qui l´habitent. Vive, ardente, sa plume dépeint pour nous un monde magique et fascinant, que son talent de conteur fait revivre avec tendresse.

empty