Jean Baumgarten

  • Connu comme le fondateur du hassidisme, celui qu'on surnomme le Baal Shem Tov, le « maître du Bon Nom », ne cesse de fasciner. Qui était-il : un mystique détenteur de secrets? Un réformateur religieux venu valoriser la foi simple des humbles contre l'érudition talmudique ? Un annonciateur du messie ? Un guérisseur, voire un chamane pratiquant la transe, inspiré par des traditions préchrétiennes des Carpates ? A-t-il seulement fondé un nouveau mouvement, ou la légende a-t-elle dépassé l'histoire ?
    Jean Baumgarten, sans doute le plus éminent spécialiste français du hassidisme, nous invite à le suivre dans sa recherche du « vrai » Baal Shem Tov. À la fois portrait spirituel et plongée dans la sociologie religieuse des Juifs polonais du milieu du xviiie siècle, cet ouvrage nous livre la synthèse des travaux les plus récents sur cette figure majeure dont se réclament les « amis de Dieu » bien au-delà du monde juif.

  • Le corps humain fut longtemps considéré comme un objet d'étude secondaire. Or les textes de la tradition juive comprennent un ensemble impressionnant de références portant sur les réalités somatiques qui, toutes, nous montrent que l'être humain est un monde en miniature. L'ouvrage foisonnant de Jean Baumgarten, en s'appuyant sur l'analyse de sources juives mises en regard avec des textes issus d'autres traditions religieuses et philosophiques, montre comment les discours juifs sur le corps se sont formés, développés et transformés, depuis la Bible jusqu'au xviiie siècle. Leur étude donne accès aux valeurs, aux codes culturels, et éclaire tout particulièrement les controverses entre les différents courants religieux qui particularisent le judaïsme. En marge des conceptions sur la prééminence de l'âme, cette synthèse inédite des représentations du corps humain nous permet d'accéder à la compréhension des catégories légales, des principes philosophiques, des normes morales et des idées mystiques propres à la religion et à la culture juives.

  • Se basant sur la crise économique mondiale de 2007, qui a débuté aux Etats-Unis, l'auteur nous explique qu'elle ne constitue qu'un début. La crise actuelle est étudiée en comparaison avec celle de 1929, jugée de moindre ampleur. Le programme d'un candidat de la "vraie" gauche pour les élections de 2012 est présenté en conclusion.

  • Le hassidisme est surtout connu grâce aux anthologies de légendes compilées par Martin Buber ou aux ouvrages de Gershom Scholem sur la mystique juive. Dans cette étude magistrale, Jean Baumgarten livre la première synthèse en français sur ce mouvement, qu'il étudie dans sa totalité : de sa dimension théologique à son organisation sociale, des coutumes religieuses aux techniques mystiques. Cette approche originale permet de saisir comment s'est opérée la rupture entre le judaïsme rabbinique et le hassidisme. Dans quel contexte ce mouvement piétiste est-il né et comment s'est-il diffusé en Europe orientale ?
    Quels sont les fondements mystiques de la société hassidique et sur quel modèle économique fonctionne-t-elle ? Comment a émergé la figure centrale du tsaddik, le juste, et quels sont les liens spirituels qui l'unissent à ses disciples ? Qu'estce qu'une cour hassidique et comment se sont constituées les dynasties, véritables chaînes de succession ?
    Fondé sur l'analyse d'une abondante littérature, ce livre permet de situer le hassidisme dans l'histoire de la mystique juive, d'en recomposer la genèse, mais aussi de cerner la nouveauté doctrinale des premiers maîtres, qui, notamment dans la prière extatique, la danse, le chant, cherchent à provoquer l'union du corps avec le monde divin. L'on comprend aussi comment, par rapport au judaïsme traditionnel et à la sécularisation de la société juive, la « dissidence » hassidique est devenue une des forces vives de l'ultra-orthodoxie.

  • Le yiddish, langue vernaculaire des Juifs ashkénazes, a été parlé depuis les bords du Rhin jusqu'au Birobidjan du Moyen Âge à nos jours. « Jargon » pour les uns, langue révolutionnaire à la fin du XIXe siècle ou facteur de transmission de la tradition juive pour les autres, le yiddish, composé d'hébreu et d'araméen, de langues romanes, slaves et moyen haut allemand, a su devenir une langue littéraire. Les locuteurs du yiddish ont été les plus frappés par la Shoa, mais les descendants entretiennent la flamme de la langue vivante et l'université découvre en lui un phénomène linguistique unique.

  • L'Abrégé de grammaire hébraïque de Baruch Spinoza (le Compendium grammatices linguae hebraeae) parut en 1677 à Amsterdam dans l'édition latine de ses oeuvres posthumes.

    L'Abrégé de grammaire hébraïque de Baruch Spinoza (le Compendium grammatices linguae hebraeae) parut en 1677 à Amsterdam dans l'édition latine de ses oeuvres posthumes. Il avait été rédigé à la demande de ses amis qui s'intéressaient à l'étude de l'hébreu et connaissaient ses compétences en la matière. L'intention explicite de Spinoza dans cet ouvrage avait été d'expliquer la grammaire hébraïque " selon la méthode géométrique " et d'écrire une grammaire d'une langue vivante plutôt que celle de la langue biblique. De toutes ses oeuvres, celle-ci, inachevée, est la moins connue et étudiée, et fut longtemps considérée comme un texte marginal.

    Les contributions publiées dans le présent ouvrage tendent à resituer le Compendium dans le contexte culturel, linguistique, religieux et intellectuel de l'Europe du xviie siècle. Elles visent à en éclairer les sources, à analyser la méthode élaborée par Spinoza dans sa grammaire, à mettre en rapport ses idées linguistiques avec les principes de sa philosophie, en particulier celles du Traité théologico-politique.

    Ainsi l'Abrégé pourrait-il être reconsidéré comme une création originale et essentielle au sein du corpus spinoziste.

  • Les « traditions populaires juives » constituaient pour les tenants de la science du judaïsme (Wissenschaft des Judentums) un domaine marginal en comparaison des études historiographiques, philosophiques et littéraires juives érudites. Les savants allemands entreprirent néanmoins un vaste travail de collecte, d'analyse et de réflexion théorique autour du folklore juif qui contribua à jeter les bases de la discipline. Du XIXe siècle jusqu'à l'aube de la Seconde Guerre mondiale, rabbins, folkloristes amateurs, artistes, collectionneurs et érudits nouèrent ainsi, autour d'enquêtes, de questionnaires, d'inventaires, d'éditions critiques et de l'analyse des sources, de nombreux contacts scientifiques à travers l'Europe, de Paris à Berlin, de Vienne à Budapest...
    Cet ouvrage éclaire cette histoire, trop peu étudiée, du folklore juif à travers les études ethnographiques, les collections privées, la création de musées, les oeuvres littéraires dans le cadre de la naissance des « littératures nationales » et des combats identitaires.

  • Sociologue du politique et spécialiste de l'histoire de l'État et des élites, Pierre Birnbaum est taraudé depuis toujours par la question du pouvoir. De l'État protecteur de l'espace public au pouvoir qui en vient à user de la force extrême pour persécuter, traquer, attenter à l'existence même des citoyens.L'État fort à la française, plus encore que la démocratie, est-il le meilleur rempart aux mobilisations nationalistes, aux idéologies radicales, aux mythes meurtriers, aux préjugés xénophobes venus de la société et des voisins ? Représente-t-il, au contraire, la source des pires contraintes contemporaines, depuis l'assimilation extrême, destructrice des cultures singulières et multiples, jusqu'aux répressions les plus radicales ?À partir de sa propre expérience d'enfant juif caché dans les Hautes-Pyrénées durant la Seconde Guerre mondiale, devenu plus tard, grâce à l'école républicaine méritocratique, un universitaire « fou de l'État », Pierre Birnbaum, avec la complicité de Jean Baumgarten et Yves Déloye, aborde les grandes questions de la théorie politique. Les fondements de la citoyenneté commune menacée par les divers communautarismes, les contradictions entre passions démocratiques et contrainte étatique, les ressorts du totalitarisme ou du nationalisme meurtrier, les raisons des mobilisations antisémites qui menacent de nos jours, et particulièrement en France, l'alliance verticale avec un État affaibli : autant de thèmes qui sont l'occasion de suivre le déploiement d'une pensée originale.

empty