Romans & Nouvelles

  • " C'était au temps où des troupeaux d'ours polaires traversaient les villages de France. " En ce temps-là, Enguerrant rêvait du sein d'Agathe, Judith découvrait un géant nu attaché sur le sol, les troupes de Baltimore assiégeaient Mariavelle et Pétrus cherchait Dieu.
    En ce temps-là, le dauphin Jean était aimé des mouches, Manon ne craignait pas les loups, le poète faisait son possible et frère Anselme voulait chanter.
    En ce temps-là encore, Nicetas se voyait martyr, Briss jouait avec son rat, Gaëtan se voulait immortel et les femmes se méfiaient de l'eau indiscrète.
    En ce temps-là, on grossissait pour exister davantage, on fuyait l'Inquisition, on s'en allait à Compostelle et l'on aimait par-dessus tout écouter les conteurs...
    Vingt et une histoires drôles et graves qu'il faut se dépêcher de lire avant que les ours ne reviennent en lacérer les pages.

  • N'est-ce pas le plus grand crime du baron Haussmann, ces centaines de lettres assassinées ? Ces enveloppes jaunies qui n'arriveront jamais à leurs destinataires sous prétexte que les souvenirs auxquels elles se rattachent sont enfouis sous les décombres des maisons jetées à bas par le plus vaste chantier qui ait jamais empoudré la capitale ? La mission d'Octave, postier parisien sous le Second Empire, n'est-elle pas de les aider à retrouver la paix ? Et quel est le destin des lettres sinon de donner des nouvelles ? Ainsi va la quête d'Octave qui commence par les plus excitantes, par les missives venues de l'étranger. Ainsi commence le voyage de celui qui, porté par le mystère d'une calligraphie, par un parfum, une couleur d'enveloppe, pose son imagination sur " La dame au papillon bleu ", belle aristocrate enlevée par un papillon qui orne sa chevelure et s'envole le soir du bal des Tuileries, ou sur le récit du " sac du palais d'Eté " qui met en scène des élèves pékinoises fouillant les cadavres des militaires français afin d'envoyer à leurs veuves de fausses lettres d'amour. Ainsi s'enhardit le postier lorsqu'il aborde des lettres autrement plus touchées par les travaux d'Haussmann. Voilà, voilà plus noires, plus aveuglantes encore, la cohorte des lettres du peuple parisien qui ne pardonne pas au Baron ses coups de pioche en plein coeur de la ville et ourdit contre lui les plus redoutables vengeances. Voilà au bout du périple, Duchon-Doris, un jeune homme au talent éclatant qui cintre l'Histoire au feu de son imagination.

  • En cette année 736, le duc Mauronte, patrice de Marseille, s'inquiète pour l'indépendance de son fief, menacé au nord par les Francs de Charles Martel et au sud par les Sarrasins. S'il veut survivre, il doit s'allier à l'un des deux camps. Un choix d'autant plus délicat que Childebrand, le frère de Charles Martel, et Youssouf, le gouverneur musulman de Narbonne, sont tombés fous amoureux de sa fille, Blanche. Pour l'aider à prendre sa décision, le duc décide d'ouvrir son palais à des conteurs venus des deux contrées ennemies. Durant d'innombrables nuits, les narrateurs affluent et c'est un feu d'artifice de récits magnifiques où tout l'imaginaire des hommes est exalté : l'amour, l'érotisme, la cruauté, la beauté, le fantastique... Chacun cherche à toucher, au plus secret, la raison du père et le coeur de la fille. Mais seuls les dieux savent qui sera l'heureux vainqueur de ce combat singulier.

empty