Jean-François Desbiens

  • Cet ouvrage réunit des chercheurs et des chercheuses de différentes universités du Québec. Il est l'occasion de faire le point sur la notion d'expérience polysémique abondamment utilisée dans les recherches en enseignement et dans les programmes de formation des enseignants. Il contribue à clarifier cette notion en recherche et à situer ses enjeux particuliers pour la formation initiale des enseignants, l'insertion professionnelle et la formation continue, à l'égard de ses différentes composantes (pédagogiques, pratiques, etc.). Il offre l'occasion d'explorer comment les expériences des uns et des autres (enseignants, superviseurs, étudiants, immigrants, etc.) se conjuguent dans le travail enseignant et la formation en enseignement, et comment elles sont prises en compte et en vue de quels apprentissages.

  • L'enseignant fait-il une différence pour favoriser l'apprentissage ? Ou considère-t-on que tout est déterminé en grande partie par le développement de l'enfant, le contexte social, les programmes ? Et s'il fait une différence, quelle est-elle ? Comment se manifeste-t-elle dans ses comportements, idées, attitudes en tant qu'enseignant ? La nature de cette différence serait précisément une base de connaissances pour enseigner.

    Clermont Gauthier dirige une équipe de recherche avec laquelle il a travaillé pour la rédaction de cet ouvrage. En réaction au plaidoyer du groupe Holmes (1986, 1990, 1995) pour la professionnalisation de l'enseignement et à son postulat sur l'existence d'une base de connaissances pour enseigner, les auteurs se sont interrogés sur la provenance, la nature et la solidité d'une telle base de connaissances.

    Cette voie de recherche, habituellement délaissée par les chercheurs francophones en éducation, porte sur l'enseignement et non sur l'apprentissage. Les auteurs ont pris le parti d'analyser des recherches empiriques menées dans les classes et non des essais normatifs sur ce que devrait être l'enseignement et en ont regroupé les résultats en deux catégories : la gestion de la classe et la gestion de la matière.

    Le problème de l'utilisation des résultats de la recherche leur apparaissant aussi important que celui de la détermination d'une base de connaissances, ils ont jugé nécessaire de situer leurs analyses dans un cadre plus vaste et de formuler les prolégomènes d'une théorie empirique de la pédagogie.

  • Que peut-on faire pour éviter qu'un stage déraille? Cet ouvrage présente 21 cas qui décrivent des difficultés rencontrées par des stagiaires, sans manquer d'interpeller au passage les conceptions et les pratiques de ses accompagnateurs.

  • Que faire quand le stage en enseignement déraille? Pourquoi cela survient-il? Peut-on le prévenir? Comment aider ces stagiaires en difficulté, mais également ceux qui les accompagnent? Les pistes de réponse apportées par les auteurs, des formateurs denseignants de Québec, de la Belgique, du Brésil et de la France, sont multiples.

  • Voix et Images consacre son numéro printemps-été au poète francophone d'origine ontarienne Patrice Desbiens. Actif depuis les années 70, établi au Québec depuis 1988, Patrice Desbiens est l'auteur d'une oeuvre abondante « qui réussit la prouesse de faire et dire beaucoup en peu de mots. » Ce dossier se veut surtout un premier effort collectif de sonder une oeuvre, qui malgré l'engouement qu'elle suscite, n'a encore fait l'objet d'aucune publication d'envergure, monographie, dossier thématique ou volume issu d'un colloque. Comprenant cinq études, le numéro propose d'examiner les « postures vocales » du poète (Marc André Brouillette), les manifestations et effets de « décalage » (Thierry Bissonnette), les dimensions narratives de ses textes (Frédéric Rondeau), la mise de l'avant d'expériences partagées dans un contexte capitaliste (François Paré) et une réflexion sur sa consécration (Lucie Hotte).

  • En Amérique du Nord et en Europe, c'est à partir de la fin des années 1980 que la vogue des compétences envahit le monde scolaire, les programmes d'enseignement, l'activité enseignante et, dans la même foulée, tout le domaine des formations aux professions de l'enseignement. A partir de là, les anciens programmes scolaires organisés par objectifs et par contenus de connaissances sont retraduits en programmes par compétences. La formation des enseignants subit la même opération de traduction et les anciens programmes se voient désormais fondés sur des référentiels de compétences. D'où vient cette vogue et qu'est-ce qui explique l'apparent engouement à l'endroit des compétences sur le plan tant des politiques que des réformes éducatives ? Comment les caractériser par rapport aux conceptions plus anciennes de la formation scolaire et du personnel enseignant ? En quoi modifient-elles les enjeux liés à la formation, à l'évaluation ainsi qu'à la qualification du personnel enseignant ? Quel sort est réservé aux connaissances issues de la recherche sur l'enseignement, mais aussi aux traditions scientifiques et critiques issues des sciences sociales et humaines, lorsqu'elles passent à la moulinette des compétences ? Pour traiter de ces questions, cet ouvrage réunit certains des meilleurs chercheurs et spécialistes des compétences en formation des enseignants en France, en Suisse, en Belgique et au Québec. Il présente une synthèse des réflexions et des travaux les plus récents au sein de la Francophonie concernant la formation des " enseignants compétents ".

  • N'ayant jamais fait l'objet d'une définition officielle, même dans les rares États ayant pourtant officiellement proclamé le principe aux fondements de leur organisation constitutionnelle, la laïcité n'a pas de contenu propre. Les significations qu'on lui attribue évoluent au gré des contextes historiques et des enjeux politiques. Ce faisant, la liberté conceptuelle qui en découle favorise la diffusion de représentations multiples - toutes légitimes - de ce qu'est la laïcité, ce qui contribuent à nourrir le débat scientifique. La polysémie inhérente au terme « laïcité » rappelle ainsi au chercheur le caractère dynamique de la réalité sociale qu'il a pour but d'analyser. S'inscrivant dans cette perspective, ce texte insiste sur l'importance des recherches sociographiques sur la laïcité, l'étude de ses trajectoires historiques, de ses fondements philosophiques, de ses ancrages juridiques et des débats sociaux qu'elle suscite s'avérant désormais indispensable à l'analyse compréhensive de l'objet « laïcité ».

  • On ne peut plus désormais affirmer que la recherche n'a pas de lien avec la pratique enseignante. Au contraire, il est possible de constater que la recherche en enseignement a produit ces dernières années des résultats fort intéressants qui peuvent nous informer comme enseignants, nous aider à analyser notre action quotidienne dans la classe.

    L'objectif de ce petit ouvrage est de faire connaître des résultats de recherches sur l'enseignement tout en les présentant de manière simple et claire. Il s'adresse tant aux futurs enseignants en formation initiales qu'aux novices ou même aux maîtres plus expérimentés du primaire, du secondaire et du collégial.

    Nous espérons que cette seconde édition qui inclut un chapitre inédit de Annie Presseau saura permettre à chacun d'y trouver un certain profit dans son enseignement.

empty