Jean-Marie Dallet

  • Les cinq vieillards d'Au plus loin du tropique - Ma Pouta la mère maquerelle, Ah You le marchand chinois, Corentin le curé, Trinité le matelot unijambiste, Pétino le commandant - n'en finissent pas d'expier leurs crimes sur Parataito, un atoll perdu dont le nom signifie « paradis » en tahitien. Ils y vivotent, entre rêves et souvenirs, quand un cyclone jette à leur rivage un naufragé, Kerlan. Ces vieux accrochés à leur passé vont redonner vie au marin qui aspire à fuir le sien. Jusqu'au passage de la goélette de ravitaillement apportant les nouvelles de Papeete... Une fable sur la civilisation corruptrice et le désir de sauvagerie.

  • Le 15 décembre 1891, le navire Niuroahiti disparaît en Polynésie. Quelques mois plus tard, à plusieurs milliers de kilomètres de son port de départ, il accoste sous un faux nom dans une île du Pacifique où il est arraisonné par les autorités locales. Seuls membres de l'équipage d'origine : deux frères, Joseph et Alexandre Rorique, et le maître-queux du bâtiment. Sur accusation de ce dernier, les Rorique sont arrêtés. Soupçonnés de meurtres et d'actes de piraterie, ils ne cesseront, lors de leur procès retentissant, de clamer leur innocence. Dans ce roman polyphonique, Jean-Marie Dallet revient sur une célèbre affaire qui a défrayé la chronique à la fin du dix-neuvième siècle et a inspiré à Jules Verne la trame de son roman Les Frères Kip. Des lagons de Tahiti au bagne de Cayenne, en compagnie de Paul Gauguin et de Joseph Conrad, l'auteur mêle fiction et réalité pour raconter le mystère qui continue d'entourer le destin des frères Rorique. « Mettez fin à ce scandale judiciaire. Les souffrances de ces deux malheureux n'ont que trop duré... » écrivait Séverine, la co-fondatrice de la Ligue des Droits de l'Homme, à leur sujet.

  • Grand-père rendu aveugle par la Première Guerre mondiale, père tué par les Allemands pendant la Seconde : un homme cherche à déjouer le destin que lui impose l'histoire de son siècle par le voyage, l'alcool, les femmes et l'écriture.

  • " A force de monter au combat et de multiplier les corps à corps galants, à force de couper des têtes et de conquérir des belles, on s'habitue et on se dit, bien que l'excitation demeure, que les arts militaires et les jeux de l'amour manquent parfois de fantaisie. Pourtant, quant à moi, je suis certain que j'aimerai toujours bondir à l'abordage d'un vaisseau ennemi et encore plus naviguer sous les flots de dentelles pour vaincre le coeur des dames. " Ainsi parle Jean de Saint Jean qui, du haut de ses vingt ans, est convaincu que " l'aventure est le soleil des hommes encore vivants ".
    De sa naissance, un soir d'ouragan sur une île méditerranéenne, à sa dérive infernale à travers le désert africain, des bras de sa nourrice noire à ceux des femmes de harem, de combats en abordages, de naufrages en chevauchées, Jean de Saint Jean dévore la vie, les plaisirs et les dangers que le XVIIe siècle peut offrir à un jeune homme ignorant la résignation et cherchant à donner un sens à son existence.
    Flamboyant, insolent, déroulant, maudit et béni..., le héros du roman de Jean-Marie Dallet appartient à cette race de personnages qui donne à la littérature ses plus belles lettres d'aventures et de vie.

    Un roman où l'auteur de Je, Gauguin et de Dieudonné Soleil (bourse Goncourt du récit historique) laisse libre cours à son talent de conteur à l'allégresse ironique de son imagination et à sa passion des mots.

  • Pontmaudit, l'orphelin rebelle des quais de Seine, mord la vie à pleines dents. Rien ne peut l'abattre. Pas même la misère qu'il partage avec le peuple de Paris en cette fin du XVIIe siècle.Mais il a un rêve : la Méditerranée. Au moment de partir vers le sud, il sauve de la mort le comte de Lampédac, qui le prend sous son aile... le temps pour Pontmaudit de trucider l'intendant etde se retrouver aux galères à Marseille. Il traverse une épidémie de peste bubonique et, par son courage, regagne sa liberté. Il embarque alors avec ses amis, Barrabas et Mercurio, et les belles Malvina et Maria-Dolor, à la recherche d'un trésor abandonné par les deux compères à Panama. Ils sauvent un village corse attaqué par les Maures. Le comte de Lampédac réapparaît pour livrer son mystère. Au terme d'un périple hérissé de dangers, Panama est en vue, tel un mirage. Voici un roman de cape et d'épée, de mer et de flibuste, plein de verve, d'allant et de rebondissements. Tous les ingrédients s'y trouvent : style truculent, aventures en tous genres, traversée de l'Histoire au pas de course (le vieux Paris, les prisons, la traite des Noirs, les galères royales, la grande épidémie de peste à Marseille, la piraterie, etc.). La langue est belle et la chair est joyeuse. On irait au bout du monde avec Pontmaudit. D'ailleurs, on y va.

empty