Josette

  • Qui peut encore croire à l'art? Comment voir l'avenir? Ce sont les questions soulevées par la récente Biennale de Montréal, dont plusieurs oeuvres cherchent à marquer et peut-être même fissurer le mur de notre indifférence collective. Les préoccupations sociales, politiques et environnementales sont au coeur des oeuvres au sommaire du ce numéro, notamment avec Homeless Projection : Place des Arts, 2014 de Krysztof Wodczko (en couverture), une installation vidéo donnant la parole à 21 sans-abri de Montréal. La revue s'intéresse aussi aux HTMlles, un festival féministe d'arts médiatiques et de culture numérique qui se déroulait en novembre 2014 et proposait lui aussi un regard critique sur l'avenir avec un thème comme Zero Futur(e) « Le futur est obsolète ». Ailleurs dans ce numéro, comment cadrer l'art numérique, les photographies et oeuvres numériques de Simon Beaudry et l'artiste Mark Lewis au Louvre.

  • Le premier grand empire de l'Antiquité enfin révélé !L'Empire assyrien est le premier empire universel connu de l'Antiquité. À son apogée, son territoire s' étend de l'Iran occidental à la mer Méditerranée, de l'Anatolie au nord du désert syro-arabique. Mais la roche Tarpéienne est proche du Capitole, et il disparut brusquement en 610 avant J.-C. Reprenant le fil de l'histoire, Josette Elayi entreprend une vaste enquête sur cet empire oublié. La Bible disait du peuple assyrien qu' il était féroce et sans culture. Les découvertes faites depuis le xix e siècle témoignent, au contraire, d'une civilisation fastueuse et éclairée : ce sont les Assyriens qui les premiers fondèrent de grandes bibliothèques, des parcs botaniques et zoologiques, et qui entreprirent des réformes sociales et religieuses. Cette dimension culturelle, comme un écho de leurs exploits militaires, demeure gravée dans les annales des rois soucieux de léguer à la postérité la gloire de leur règne. Se fondant sur les dernières découvertes, Josette Elayi lève le voile sur l'une des plus grandes civilisations de l'Antiquité et revient sur les événements majeurs qui ont marqué son histoire, comme la destruction du royaume d'Israël ou de la fabuleuse Babylone, grande rivale de l'Assyrie. Un ouvrage essentiel sur le Proche-Orient des viiie et viie siècles avant notre ère, appelé à devenir un classique.

  • L'intersectionnalité, telle qu'élaborée par les féministes noires dans les années 1980, permet de réfléchir aux rapports de pouvoir dans leur complexe enchevêtrement. Au-delà d'un certain effet de mode, cette éthique est plus que jamais nécessaire pour comprendre le monde, à l'aube d'une décennie marquée par un virus ayant partout exacerbé la violence et les inégalités, et mis en évidence les systèmes de privilèges.

    Et qu'arrive-t-il lorsque l'on porte ce regard attentif sur les médias? Les textes rassemblés dans cet ouvrage explorent avec aplomb les questions de l'inclusion et de l'exclusion médiatiques. Que décoder du traitement média réservé au port du hijab dans le sport, aux agressions sexuelles à l'endroit des femmes noires et autochtones, ou encore, de la place de la sourditude et des transidentités dans l'espace public? Un recueil qui amène son lot de réponses éclairantes et douloureuses, une rareté dans le paysage des études culturelles et médiatiques francophones.

    Avec des textes de Alexandra Barbeau et Stéphanie Defoy-Robitaille, Kenza Bennis, Célia Bensiali et Emory Shaw, Karine Bertrand, Nathalie Bissonnette, Gabrielle Caron, Adèle Clapperton-Richard et Catherine Laplante, Geneviève Gagné, Véronique Walsh et Josette Brun, Charles Ouellet et Anne-Sophie Gobeil, Laurence Parent et Véro Leduc, Kharoll-Ann Souffrant et Ingrid Guesdon, Marilou St-Pierre, Bochra Manaï et Christopher Lavie Mienandy, ainsi que Valérie Yanick.

  • L'histoire des Phéniciens, à la fois explorateurs et commerçants, est peu connue : quel paradoxe pour ce peuple, ingénieux inventeur de l´alphabet, d´avoir transmis aussi peu de traces écrites ! Leur littérature notée sur des papyrus a disparu. Et pourtant cette civilisation a fait rêver ses contemporains - juifs notamment, les a effrayés parfois à l'instar des Romains et des Grecs qui en firent des êtres cruels pratiquant le sacrifice humain. Leurs clients sont pharaons, assyriens, et leurs navires sillonnent la Méditerranée chargés de produits de luxe et courants comme du vin, de l'huile, du blé, des minerais....J. Elayi ressuscite la Phénicie antique, ensevelie sous les villes modernes du Liban et quelques-unes de Syrie et d'Israël. Elle fait revivre cette zone privilégiée de contacts entre l'Orient et l'Occident, ses célèbres comptoirs comme Carthage ou Bizerte et ses cités phares (Byblos, Tyr, Sidon, Arwad et les autres). Écrit par la plus grande spécialiste française de l'histoire de la Phénicie, au fait des derniers développements de la recherche, ce livre se lit comme un roman.
    Pour comprendre la genèse de ce pays, l'auteur commence son récit avant sa fondation, en 1200, pour montrer ce qui s'est joué dans cette région lorsqu'elle était peuplée par les proto-Phéniciens. Le temps de sa splendeur s'écoule sur plusieurs siècles jusqu'en 883 durant lesquels la Phénicie s'épanouit lors d'une exceptionnelle période d´indépendance. Puis la Phénicie passera tour à tour sous la domination de l'Empire assyrien de 883 à 610, puis sous la coupe de l'Empire babylonien de 610 à 539 et enfin sous la domination perse de 539 à 332. C'est la date à laquelle on arrête traditionnellement son histoire car elle est conquise par Alexandre de Grand et intégrée dans le monde grec hellénistique.

  • La diététique chinoise utilise les propriétés des aliments pour entretenir santé et vitalité et prévenir les maladies. Pour cela, elle favorise une alimentation variée, de qualité, personnalisée : adaptée au lieu, à la saison, à l'âge et à l'activité de la personne, ainsi qu'à son état de santé. Au-delà de son rôle de prévention, elle permet de traiter les troubles de santé. En combinant parfois aliments et plantes médicinales, elle propose un traitement efficace et facile à prendre parce qu'agréable au palais, tout en étant dénué d'effets secondaires.

    Il n'est pas nécessaire pour autant de « manger chinois » pour être en bonne santé. Il suffit de comprendre les principes sur lesquels se base la diététique chinoise pour pouvoir l'adapter à notre alimentation.

  • Élouan retrouvent successivement ses parents et son grand-père assassinés. Son enquête le mène à la mafia italienne...
    Le couple franco-italien, Andréa et Mahé Corberris, est retrouvé assassiné au manoir de KER-HUEL près de Quimper. Leur fils, Élouan, vivant à Londres, rejoint rapidement la Bretagne. Bien décidé à comprendre ce qui s'est passé, il va retrouver son grand-père en Italie pour lui poser des questions. À son arrivée, il découvre que ce dernier a également été assassiné. Élouan mène son enquête et petit à petit remonte la filiation de la mafia italienne. Un mystère entoure sa naissance et l'identité réelle de ses parents. Il se retrouve bientôt au coeur d'un terrible complot dont il ne sortira pas indemne.
    Quête identitaire, mafia italienne, complot et dangers sont les ingrédients de ce polar breton !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Josette Barbault-Hovasse est née en Bretagne et vit actuellement en Vendée. Elle écrit depuis une vingtaine d'années des romans et des nouvelles. Sa première inspiration lui vient de la vie de son grand-père paternel, qui fut l'un des précepteurs des enfants du tsar Nicolas II. Deux romans relatent ces périodes exaltantes de l'histoire Russe. Éclectique dans le choix de ses sujets, Jour de Foire raconte la vie quotidienne d'un petit village poitevin. En 2017, son livre Semblables Différences a obtenu un prix littéraire régional.

  • « Mes parents se sont rencontrés en captivité, alors qu'ils étaient prisonniers du Viet Minh. Mon père était un jeune militaire de vingt ans, ma mère, une Eurasienne de dix-neuf ans.
    Ils ont passé un peu plus de six ans dans des camps, au milieu de la jungle du Nord-Annam, de 1947 à 1953. Mon frère est né trois mois avant leur libération.
    Leur histoire m'a inspiré ce roman ; l'écrire m'a aidée à me libérer de leur captivité. »
     

  • Pourquoi faudrait-il attendre d'être adulte pour s'occuper de son bien-être??
    Après Prendre soin de soi, à l'aide d'histoires éclairantes et d'exercices variés, Josette Carpentier récidive, pour les enfants cette fois.
    Onze histoires invitent les jeunes explorateurs et exploratrices à ouvrir à leur rythme les portes de l'harmonie. Un adulte-guide les accompagne avec bienveillance.
    Lire les récits, jouer avec les mots, dessiner son tapis volant ou faire un collage bonheur, c'est être actif dans sa démarche d'évolution. C'est avoir en main un trousseau de clés, choisir celles qui conviennent le mieux et commencer à s'en servir tout seul?! C'est pouvoir dire?: «?Oui, je prends soin de moi?! Pour mieux grandir?!?»
    Cet ouvrage est un outil idéal pour établir un dialogue entre les adultes et les enfants, afin de mieux se comprendre, et ainsi resserrer les liens.
    EXTRAIT
    La course avait démarré et, ma foi, ça roulait bien. Quelques pommes s'étaient déjà démarquées et pédalaient à vive allure. En tête, une belle Golden au maillot vert pâle se retournait régulièrement et surveillait trois Jonagold bien déterminées à la rejoindre.
    Plus loin derrière, le peloton des Boskop et des Granny Smith suivait, le nez dans le guidon. Par moments, une pomme ou l'autre prenait la tête de ce gros troupeau. Elle donnait le rythme et entraînait ses copines à sa suite.
    Depuis une demi-heure déjà, la seule Pink Lady de la course faisait tout le travail. Derrière elle, rien ne bougeait. Aucune pomme ne semblait vouloir la relayer. Pink Lady commençait à se sentir la bonne poire de service et ralentissait exprès pour inciter une autre concurrente à la dépasser.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    «?Un des atouts majeurs de ce livre est que l'interaction proposée bénéficiera sans nul doute tout autant à l'adulte qu'à l'enfant, au fil de moments riches de force positive et de vie.?» - Anne Pousseur, psychomotricienne, Étoile d'Herbe asbl - Résonances asbl, Bruxelles
    « Le but est d'aider l'enfant à bien grandir, pas seulement au niveau du corps mais en faisant des découvertes à partir de ce que chaque histoire lui a apporté. » - L'Avenir
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Josette Carpentier, créatrice du concept d'Écrévolutions (écriture, créativité, évolutions) et spécialiste en PNL (programmation neurolinguistique), anime depuis plus de dix ans des ateliers d'écriture créative. Elle a suivi l'approche du journal créatif d'Anne-Marie Jobin, qui combine de manière souvent ludique l'écriture, le dessin et le collage, dans une démarche de développement personnel.
    Après un premier ouvrage, L'écriture créative, Eyrolles, 2009, elle a publié Prendre soin de soi, à l'aide d'histoires éclairantes et d'exercices variés chez Image publique Éditions. Je prends soin de moi, avec des histoires, des exercices et des jeux est son troisième ouvrage.

  • L'homme primitif chassait, sa compagne cueillait. De cueillette en chaudron, de brouet en guérison, la médecine en vint bientôt à se conjuguer au féminin. Jusqu'au Moyen Âge, où la création des universités réservées aux clercs écarte les femmes de l'accès aux études et aux diplômes. La parenthèse va durer sept siècles. Sept siècles d'exclusion, mais aussi de résistance et de clandestinité, pendant lesquels les filles d'Hyppocrate persistent et soignent. Et même si elles risquent le bûcher en tant que sorcières, sont traînées en justice, doivent se travestir en hommes ou partir exercer à l'autre bout de la terre.À la fin du XIXe siècle, partout dans le monde, elles luttent. Manifestations hostiles dans les rues, interventions d'hommes politiques, d'une impératrice, d'un tsar, de journalistes et de policiers rien ne leur est épargné. Et, enfin, elles gagnent le diplôme de docteur en médecine, l'accès aux concours, le poste de « mandarines » et, pour certaines, le Nobel.Ce passé tumultueux, cette épopée haletante, Josette Dall'Ava-Santucci les a reconstitués dans toute leur rigueur historique, mais aussi avec une verve éblouissante qui fait de cet ouvrage un véritable roman d'aventures.    

  • L'auteur nous entraîne à la recherche des racines profondes du conditionnement de la peur de la mort en couches, des mécanismes psychologiques et biologiques qui la sous-tendent, des renforcements culturels actuels qui empêchent son extinction, de ses conséquences et des mesures préventives que nous devons mettre en oeuvre si nous voulons nous en libérer. Si ces investigations mettent en lumière la dangerosité de ce conditionnement, n'apportent-elles pas simultanément aux femmes l'immense espoir de se libérer totalement du tribut quelles ont toujours payé à la maternité

  • Plongée dans la Syrie des années 1980...
    En 1980, Farès l'instituteur alaouite, son doctorat d'histoire ancienne en poche, rentre sur son île, Arwad, et découvre l'effroyable massacre de sa famille. Sa vie se concentre sur la recherche du tueur. Au cours de son enquête, il apprend qu'il est lui-même un enfant adopté et il part à la découverte de ses origines. Sa raison aurait sombré sans le soutien de ses deux amis, Élias, le pêcheur chrétien et Adnan, le cafetier sunnite.
    Jusqu'à la nuit terrible où Farès recueille un enfant muet, échoué sur les rochers, qui fait basculer sa vie.
    Face à la Syrie à feu et à sang, Arwad est en 2017 une île à la dérive où chacun s'efforce de survivre.
    Un récit historique poignant dans une Syrie déchirée par les guerres religieuses.
    EXTRAIT
    27 juin 1980.
    L'île d'Arwad se devine tout au loin, là-bas, tel un point de rupture imperceptible sur la ligne d'horizon. Malgré la pesante lourdeur des nuées ensanglantées par le soleil couchant, l'horizon incertain s'enfuit à mesure que je me rapproche pour essayer de l'atteindre. Dans un ronronnement poussif, la navette qui relie Tartous à Arwad peine à fendre de son étrave émoussée les assauts des vagues inlassables, comme si elle devait se frayer un chemin à contre-courant. Elle est un peu à l'image de ma vie où j'ai toujours la sensation, même pendant les jours heureux, d'être en décalage avec elle, de vivre mon destin à rebours. Pourtant, j'ai intensément réfléchi pour tenter de comprendre qui je suis en réalité et pourquoi je me sens toujours en rupture avec moi-même comme si j'étais mon propre ennemi.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Josette Elayi, née en Ariège, a publié depuis 2009 quatre romans, pour lesquels elle a été invitée à des émissions de radio et télévision.
    Professeur de Lettres Classiques, puis chercheur au CNRS, elle est aussi spécialiste de l'histoire ancienne de la Phénicie et du Proche-Orient. Elle a publié plus de 30 livres et de 200 articles spécialisés dans ce domaine. Elle a reçu deux prix à l'Académie des Inscriptions et Belles Lettres en 1993 et 2000, un prix de la Société Française de Numismatique, et elle a été nommée Chevalier de la Légion d'honneur en 2007 par le Ministre François Goulard pour ses travaux de recherche.
    Elle a créé et édite la revue spécialisée Transeuphratène (49 volumes parus) et une collection de monographies d'histoire ancienne (21 volumes) aux éditions Gabalda, puis Peeters. Elle s'est engagée dans les débats sur l'avenir de la recherche en histoire ancienne depuis 2004. Elle a publié deux essais et plus de 30 articles dans les quotidiens et a participé à des émissions sur la réforme de la recherche.

  • Aux XVIIe et XVIIIe siècles, aux Antilles, des esclaves noirs ont été contraints à une « conversion » en dépit de leur culture religieuse d'origine. Le problème soulevé constitue un paradoxe religieux : la religion catholique romaine prêche l'amour du prochain, et c'est pourtant en son nom que des colons blancs chrétiens mirent en servitude leurs semblables. Plus surprenant encore : des esclaves demandèrent leur baptême et reçurent une instruction religieuse catholique romaine qui fut un outil de ré-humanisation et un support de liberté intérieure.

  • Table des matières

    Liste des collaborateurs
    Avant-Propos
    Chapitre premier. LES PREMIERS SIÈCLES. Des origines aux Carolingiens
    • L'implantation du christianisme, par Nancy GAUTHIER
    • Les temps barbares, par Nancy GAUTHIER
    • Le renouveau carolingien, par Alain SADOURNY
    Chapitre II. LE MOYEN AGE, par Alain SADOURNY
    • L'époque ducale (Xe - début du XIIIe siècle)
    • Le XIIIe siècle
    • La fin du Moyen Age
    Chapitre III. DE L'EGLISE INSTALLÉE A L'EGLISE CONTESTÉE (1450-1600), par Lucien-René DELSALLE
    • Une métropole trop souvent désertée
    • La vie du peuple de Dieu
    • Le diocèse de Rouen et la Réforme
    Chapitre IV. LA RÉFORME CATHOLIQUE, par Michel MALLÈVRE
    • Une dynamique de la réforme
    • La recherche de l'unité
    • Les illusions de l'ordre post-tridentin
    • Clercs et laïcs dans une société en mutation
    Chapitre V. LA CRISE RÉVOLUTIONNAIRE, par Nadine-Josette CHALINE
    • Les cahiers de doléances
    • Le nouveau diocèse et les mesures révolutionnaires
    • Persistance du culte et limites de la déchristianisation
    Chapitre VI. LA RÉORGANISATION CONCORDATAIRE. Le cardinal Cambacérès (1802-1818), par Charles LEDRÉ
    Chapitre VII. LE XIXe SIÈCLE, par Jean-Pierre CHALINE
    • Les archevêques concordataires et la conjoncture politico-religieuse
    • Avantages et inconvénients d'une Eglise officielle
    • Pratique et mentalité religieuse des laïcs
    Chapitre VIII. LE XXe SIÈCLE. De la séparation à Vatican II, par Nadine-Josette CHALINE
    • L'épiscopat de Mgr Fuzet et la fin du régime concordataire
    • Les luttes de l'entre-deux-guerres : défense de l'Eglise et reconstruction religieuse
    • La vie religieuse du diocèse à l'époque contemporaine
    Liste des archevêques
    Calendrier des saints honorés dans les deux diocèses actuels
    Orientation bibliographique
    Cartes



  • Immersion dans une famille pas comme les autres...
    Au numéro 8 des Lilas, il y a Bébé Bourguiba qui passe son temps sur son pot de chambre dans les toilettes et à qui personne ne parle parce qu'il est né bronzé. Il y a « Roro » qui est aveugle et marche sur des échasses, les Ritals qui ne s'habituent pas à la neige et aux seaux à charbon qu'il faut monter au quatrième. La Mère Paulain, au grand coeur, qui est la pipelette de la communauté et les Aristocrates qui sont si bien élevés qu'ils ne fréquentent pas la valetaille de la rue des Saules.
    Le Père livre des bouteilles de gaz sur le cadre de son vélo et fait la tournée des cafés tandis que la mère compose des poèmes en élevant ses enfants grâce aux allocations familiales. Comme elle a déjà avorté en Suisse, il lui faut garder cette cinquième fille qui s'éteint pourtant quinze jours après sa naissance en laissant derrière elle un parfum entêtant qui hante l'aînée. Dans ce décor, l'adolescente s'invente des princes charmants et va au lycée, jusqu'à ce beau jour où débarque dans la cage d'escalier un bel étranger...
    Lorsqu'il neige en abondance sur les fleurs, la violence est dans le pré et le drame n'est pas loin...
    Quel est donc ce drame qui semble imminent ? Le fragile équilibre de cette famille résistera-t-il ? Découvrez ce roman familial surpenant, au coeur d'une famille au fragile équilibre, à l'aube d'un événement qui va tout changer.
    EXTRAIT
    C'était une belle nuit de mai, une nuit douce et tranquille. Le jasmin sentait bon, le chèvrefeuille grimpait sur les auvents, la glycine ployait sous les grappes nouvelles, épanouissait ses sarments. Un parfum suave flottait sur les toits, l'air était presque chaud, presque blanc. Dans l'arrière-salle de l'église, les jeunes gens s'étaient réunis et Frank, comme d'habitude, épatait la galerie avec ses tours de magie. Ce soir-là il jouait avec une corde façonnée en lasso et dit :
    - Je vais me prendre avec, si, si, vous verrez, je le ferai?! Tous rirent. Mais il le fit. Cette nuit-là. Il avait dix-sept ans. La lune rousse qui n'avait rien vu venir le regarda faire avec un curieux sourire, bras croisés, bouche cousue. Pour n'avoir pas de regrets, il s'était lié les mains et personne ne vint. Les grands qui le connaissaient bien rendirent responsables de sa mort les livres qu'il lisait. Ceux où il était question que le désespoir nous habite et que le néant nous attende. Ils dirent aussi qu'il avait des bleus à l'âme et qu'il aurait dû en parler avec eux. Mais c'est aux acariâtres, aux envieux, que revint la palme des banalités, qui n'en finirent pas de clamer qu'il n'avait aucune raison de vouloir se tuer, car il avait tout pour être heureux : Il était riche, il était jeune, et bien qu'il fût roux, il était séduisant. Recluse dans la chambre rose, accroupie au pied de mon lit j'essuyais mes larmes sous l'oeil phosphorescent des postes de radio, en le contemplant sur les photographies que j'avais de lui.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Josette Martin-Lebrec est née en 1947 à Pontarlier en Franche-Comté. Elle a suivi des études à Besançon puis à Strasbourg. Elle a ensuite enseigné quelques années en collège à Kingersheim en Alsace puis elle a effectué la majeure partie de sa carrière en tant qu'enseignante d'anglais à l'École Nationale de la Météorologie à Toulouse puis comme responsable du département langues vivantes. Elle est maintenant retraitée et consacre une bonne partie de son temps à l'écriture.

  • Aujourd'hui, si la place des femmes metteures en scène semble aller de soi, des différences sensibles se manifestent néanmoins selon les pays et les cultures.


    Pourquoi ces femmes ont-elles choisi de devenir metteures en scène? Quelle est leur vision du théâtre? Comment travaillent-elles avec les acteurs? Quel répertoire privilégient-elles? Mais aussi : Comment cette fonction a-t-elle été affectée par le fait qu'elles soient femmes?


    Troisième volet d'une trilogie qui donne la parole aux metteures en scène d'aujourd'hui en les interrogeant sur leur vision du théâtre, leur direction d'acteurs et leur choix de répertoire, l'ouvrage de Josette Féral est entièrement consacré aux femmes metteures en scène car celles-ci représentent une réalité incontournable de la scène théâtrale actuelle. Grâce aux témoignages, aux entrevues, mais aussi aux photographies qu'on y trouve, cet ouvrage de référence offre au lecteur une belle occasion de réfléchir sur la pratique théâtrale au féminin.


    Ce livre d'entretiens a choisi de ne donner la parole qu'aux femmes, des femmes qui ont choisi totalement, profondément le théâtre à un moment ou à un autre de leur parcours d'artistes. Qu'elles soient originaires de la Suisse ou de la Lettonie, ces femmes sont reconnues parmi les plus intéressantes de leur pays. Josette Féral a interrogé leur démarche et leurs choix.


    Par-delà la diversité des propos, des parcours et des générations, par-delà les diversités culturelles incontestables, se profilent des préoccupations similaires : le souci premier de servir d'abord le théâtre et d'y inscrire une véritable démarche esthétique. Si la plupart des femmes se considèrent d'abord comme artistes et souhaitent qu'on les juge comme telles, elles reconnaissent toutes néanmoins que, dans les coulisses, face aux institutions, elles ont, un jour ou l'autre, pris conscience d'une certaine discrimination. La question du rapport au féminin a donc accompagné toute la trajectoire de l'auteure.


    Les réponses obtenues ne prétendent en rien être le reflet d'une vérité unique. Elles tracent en pointillé un certain état de la situation en ce début du XXIe siècle. La variété des réponses, des âges et des trajectoires révèle non seulement la vitalité des formes et des visions que Josette Féral a rencontrées, mais aussi une ardente rage de créer.

  • Il y a mille façons de prendre soin de soi. Lire des histoires en est une.
    Ces vingt-quatre histoires invitent le lecteur à un rendez-vous avec des personnages imaginaires, porteurs discrets de cadeaux d´évolution. Toute personne en recherche de mieux-être ou de mieux-vivre peut aller au-delà des histoires. Il lui suffit d´utiliser les « clés pour prendre soin de soi » présentées après chaque récit et de se lancer dans les activités concrètes proposées. L´auteure accompagne le lecteur tout au long de sa traversée du livre et l´invite à laisser émerger ses ressources.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE - « C´est toujours une aventure nourrissante que de se laisser guider par les invitations créatives de Josette Carpentier. Elles sont rafraîchissantes tout en étant profondes et s´appuient sur une riche combinaison d´outils, permettant de mobiliser différentes facettes de soi. La bienveillance, la liberté et l´esprit de jeu qui forment le terreau de ces invitations font partie des plus précieux ingrédients de la créativité. Le travail qui s´opère alors, au fil de cette aventure, ne peut qu´être porteur de vie. » - Anne-Marie Jobin À PROPOS DE L'AUTEUR Josette Carpentier est spécialisée en programmation neuro-linguistique (PNL). Créatrice du concept d´Écrévolutions (écriture, créativité, évolutions), elle anime régulièrement des ateliers d´écriture créative. Elle a suivi l´approche du journal créatif (basé sur le trio dessin, écriture et collage), proposé par Anne-Marie Jobin, art-thérapeute québécoise renommée. Elle a publié un premier ouvrage, L´écriture créative (Eyrolles, 2009).
    EXTRAIT En 2011, deux ans après l´édition de L´écriture créative, j´ai commencé à ressentir de nouvelles démangeaisons d´écriture, de véritables pulsions narratives que je libérais fébrilement sur des bouts de papiers. Ces débuts d´histoires semblaient s´adresser aux enfants. Il est vrai que j´avais été durant de nombreuses années une maman raconteuse, chaque soir, pour mes trois marmots.J´ai eu envie de suivre cet élan, venu tout droit du passé, mais pour m´adresser aux adultes, ces ex-enfants devenus grands, qui sont parfois en grande difficulté de bien vivre leur vie. Je voulais leur apporter des histoires éclairantes, complétées d´exercices d´approfondissement. Ainsi est né ce Prendre soin de soi.

  • Les travaux portant sur le fonctionnement du champ scientifique accordent un rôle important aux associations et sociétés savantes dans le système de production scientifique, dans sa régulation. Cet ouvrage s'intéresse à l'Association des ruralistes français destinée à "promouvoir" les études rurales et cherche à comprendre les enjeux et les usages de ces espaces situés aux limites du champ scientifique.

  • Le pluralisme de la culture contemporaine donne naissance à une telle variété d'expériences esthétiques qu'elle devient de plus en plus complexe à définir. Les formes artistiques du XXIe siècle interrogent non seulement les catégories de l'esthétique philosophique, mais elles remettent souvent en cause la notion même d'expérience esthétique que la philosophie avait théorisée. Comment faire le point sur cette nouvelle conjoncture ?

  • L'acteur d'aujourd'hui est au centre de la scène. Reconnu comme créateur à part entière au sein de la représentation, il donne couleur et style au spectacle. Mais cet acteur, quel est-il? Quelle formation a-t-il reçue? À quelle forme de théâtre se destine-t-il?En interrogeant la formation de l'acteur en amont de la scène, en donnant la parole à des artistes, pédagogues et théoriciens du théâtre, ce livre a pour objectif de requestionner certains fondements d'une discipline où la formation se décline sur des modes très divers. Josette Féral, professeur au département de théâtre de l'Université du Québec à Montréal, en est le maître d'oeuvre.En présentant des trajectoires diverses, celle de grands maîtres, de metteurs en scène ou d'acteurs devenus pédagogues, ce sont les fondements mêmes de la pratique théâtrale qui se trouvent posés. Que devrait être une bonne formation? Peut-on d'ailleurs former un acteur? Et si oui, quelles sont les bases de cette formation? Les réponses sont multiples. Sans diminuer l'importance d'un apprentissage technique sérieux, la plupart des textes insistent sur le fait que si formation rime bien avec passion, cette passion doit s'appuyer sur une éthique. Il ne s'agit pas seulement de former un acteur. Derrière l'acteur, se cache l'homme.

  • Exposée depuis des millénaires à toutes les tendances et à toutes les nationalités, au carrefour des routes terrestres et maritimes, Tanger a développé un visage propre, à la fois occidental et oriental et a acquis au cours de son histoire une réputation de tolérance, de libéralisme et d'ouverture au monde. Cette ville se veut plurilingue et cosmopolite : elle offre une situation sociolinguistique où les langues occidentales ont un statut et des fonctions spécifiques. Cette étude s'intéresse aux facteurs sociaux de l'échange langagier à Tanger.

  • Les jeunes filles représentent en moyenne un tiers des accompagnements éducatifs en prévention spécialisée en Seine-Saint-Denis sur une période donnée (2001-2006). Comment comprendre ces écarts ? L'invisibilité des jeunes filles dans l'espace public, mise en avant dans tous les discours, est-elle seule en cause ? Cet ouvrage propose, à travers le prisme des positions sexuées, une analyse des propos discursifs, des pratiques professionnelles et des représentations de genre à l'oeuvre.

  • Aujourd'hui, la Martinique se trouve dans une dépendance économique et sociale. L'Afro-Martiniquais se trouve partagé entre le contexte franco-européen et le milieu afro-antillais. Cette contradiction émane aussi de situations de confrontation, d'où se dégage souvent un ressenti de "fatalité", voire de "malédiction", entraînant "un sentiment de culpabilité collective", celui d'oser défier l'ordre social en place. Cette recherche vise à analyser le dilemme de la dépendance à partir de l'énoncé des malédictions, puis des considérations historiques, suivies d'une perspective psychanalytique.

  • Béatrice est une Négropolitaine, c'est-à-dire née en Métropole de parents antillais. Après une ultime déconvenue amoureuse, elle s'interroge sur son statut en Négropolitude, mais s'enferme dans ses schémas mentaux. Elle est au bord de la folie. Ou de la lucidité... qui sait ? Une dernière rencontre surprenante et inattendue va cependant réorganiser le chaos dans lequel elle a sombré.

  • La famille Lucrèce est d'origine antillaise mais vit en France. Donatien et Berthilde ont cinq enfants qu'il faut bien entendu élever avec des principes infaillibles. Mais quels principes utiliser lorsque leur belle « boutique » menace de s'effondrer à tout bout de champ ? Monsieur et madame Lucrèce décident d'utiliser leur arrière-boutique. Béatrice, l'une de leurs filles, cherche tous ces mots dans son dictionnaire : élever, boutique, faire, arrière-boutique, sans que monsieur Larousse ne soit disposé à lui donner des définitions suffisamment claires. Peut-être faudrait-il interroger les ancêtres dont la parole n'est consignée dans aucun dictionnaire ?

empty