Kaplan

  • L'applatissement de la terre ; le monde et son contraire Nouv.

    Certains des textes regroupés dans L'Aplatissement de la Terre ont été écrits pendant la pandémie et le premier confinement en France, d'autres non, tous donnent des nouvelles du monde, monde souvent réduit, divisé, meurtri, mais où une parole peut toujours se déployer, raconter une histoire, et chercher à sa façon la rencontre.

  • Missouri 1627 Nouv.

    À 17 ans, Veronica a un avenir prometteur. Élève populaire et brillante, elle vient d'être admise dans une prestigieuse université et sa vie semble toute tracée. Pourtant, le jour où elle découvre qu'elle est enceinte, son monde s'écroule et toutes ses certitudes s'envolent. Elle n'est pas prête.
    Parfois, dans la vie, il y a des tests qu'on préfèrerait rater...
    Sa seule solution : se rendre dans une clinique à 1 627 kilomètres de chez elle.
    Désespérée, elle se tourne vers son ex-meilleure amie, Bailey, punkette affranchie, la seule à qui elle peut demander de l'aide.
    Commence alors un périple à mille à l'heure sur les routes des États-Unis.
    Ces deux filles, que tout oppose, vont devoir affronter le monde et prendre leur destin en main.
    Des rebondissements en pagaille, un lexique de gros mots très créatif, une amitié mise à l'épreuve, un vent de liberté et bien plus encore...

  • L'excès-l'usine

    Leslie Kaplan

    La première édition de ce livre culte, premier livre de Leslie Kaplan en 1982, a d'abord été publié dans la collection Hachette/P.O.L et repris en 1987 par P.O.L. L'excès-l'usine montre de face l'usine, le travail à l'usine et le devenir de ceux qui y vivent, leur enfermement dans cet espace immense, dans ' la grande usine univers ', infini en morceaux. L'usine est vécue au féminin, ce qui rend son impersonnalité d'autant plus impersonnelle (le ' je ' cède la place au ' on ') et le ' cela ' vécu dans l'usine dépasse, excède tous les mots qui pourraient le décrire, ces mots sont en trop.
    Cette nouvelle édition est augmentée d'un entretien de Leslie Kaplan avec Marguerite Duras réalisé en janvier 1982 ; ainsi que d'un texte de Maurice Blanchot sur L'excès-l'usine paru dans le journal Libération en 1987.

    ' Je crois qu'on n'a jamais parlé de l'usine comme vous le faites. Elle est complètement autre chose, elle est comme à l'origine d'un autre temps. On la reconnaît. C'est très impressionnant. Comme une donnée commune. Même à tous ceux qui n'ont jamais abordé ça. ' (Marguerite Duras)

    ' Des mots simples, des phrases courtes, pas de discours, et au contraire la discontinuité d'une langue qui s'interrompt parce qu'elle touche à l'extrémité. C'est peut-être la poésie, c'est peut-être plus que la poésie. ' (Maurice Blanchot)

  • Ces Propos sur Alain traitent de la crise du politique et de la méfiance envers le pouvoir, de l'interrogation face à la puissance des croyances religieuses, de la justification de la guerre et de la persistance irrationnelle de la haine.
    Ces problèmes sont les nôtres. Alain, relu par Francis Kaplan, nous aide à penser aujourd'hui. La force d'Alain est d'être capable de reconnaître la légitimité de ce qu'il n'aime pas - le pouvoir, la religion, la guerre.
    La lecture de Kaplan ramasse l'argumentation, montre la pensée à l'oeuvre, offre une vue d'ensemble, impartiale, décapante, passionnante. Où l'on découvre que 'la doctrine politique d'Alain est l'une des très grandes doctrines politiques de l'histoire de la philosophie, à côté de celle de Platon, d'Aristote, de Hobbes, de Rousseau, de Montesquieu ou de Hegel'.
    Ce livre est une heureuse rencontre, celle de deux esprits libres dont l'un nous sert de guide pour redécouvrir la pertinence, la cohérence et la profondeur de l'autre.

  • Le mardi 29 mai 1453, les armées ottomanes de Mehmet II prennent Constantinople, la capitale inaugurée par Constantin plus de mille ans auparavant, le 11 mai 330. L'originalité profonde de l'ouvrage de Michel Kaplan est de restituer l'histoire de l'Empire byzantin en fonction des contraintes et des nécessités (politiques, religieuses, physiques, géographiques, culturelles) qui dictèrent cette histoire singulière. Ce faisant, il évalue la présence de l'héritage byzantin dans l'Europe d'aujourd'hui. Notre civilisation doit à Byzance la transmission du legs de la Grèce antique : la totalité des ouvrages conservés depuis l'Iliade jusqu'aux Pères de l'Église nous a été transmise par les manuscrits copiés par les Byzantins. Sur le plan artistique, largement lié à la religion, l'héritage byzantin est presque limité à l'Europe orthodoxe, avec le plan en croix grecque et l'art de l'icône, suite à l'événement le plus important de l'histoire byzantine, le rétablissement du culte des images en 843. Enfin, l'État byzantin a constitué durant tous ces siècles un État de droit. La justice reposait sur le corpus de Justinien ; le pouvoir impérial reste jusqu'au bout autocratique par principe, mais le droit prime la force. L'histoire de l'Occident plonge ses racines dans Théodoric l'Ostrogoth, Clovis le Franc et son continuateur Charlemagne, Otton Ier et ses successeurs, autant de souverains qui prenaient leurs exemples à Constantinople.

  • Désordre

    Leslie Kaplan

    Le mois de mai, tout le monde s'y attendait, fut explosif.

  • Pour le pain

    Steven L. Kaplan

    • Fayard
    • 22 Janvier 2020

    Américain amoureux de la France et historien majeur du pain, Steven Kaplan lance un cri d'alarme et d'amour pour le pain. Jamais on n'a mangé aussi peu de pain en France, jamais il n'a eu, dans une indifférence assez générale, aussi peu de goût. On l'accable de tous les maux, on l'oublie... Or, pour reprendre les mots de Jean Anouilh, en France, la réalité a le goût du pain. Plus encore, cet aliment a structuré notre identité, notre culture, a déclenché des émeutes, a été au coeur de la vie politique, idéologique, culturelle, sociale de la France. Militer pour la cause du pain et sa culture, à l'heure de la mondialisation, est-ce une cause perdue  ? Steven Kaplan, loin d'être passéiste et idéaliste, a les pieds plantés dans le champ des céréales, le moulin et le fournil. Quand une culture ne s'adapte pas au monde, mais s'oublie, il est temps de résister, de rappeler ce qu'elle fut et de sonner le tocsin. Une savoureuse leçon vivante d'histoire, une enquête inquiétante et un appel à reprendre le chemin des boulangeries, la tête haute  !
     

  • Le psychanalyste

    Leslie Kaplan

    Simon est psychanalyste, il est vif, joueur, ouvert au hasard. Avec lui, dans son cabinet, nous suivons un certain nombre de ses analysants, ce qui se passe pendant les séances et dehors, parfois (et de toute façon, pendant une séance d'analyse le monde ne se prive pas de rentrer). En contrepoint une femme, Eva, qui, elle, essaie de penser le monde et la vie à travers la lecture et la relecture de Kafka. Car dans l'un et l'autre cas, c'est de cela qu'il s'agit : penser. Vivre et penser, ne pas vivre sans penser. Tous les personnages de ce livre sont des héros (peut-être même est-ce le premier roman qui contient autant de personnages et dont aucun ne soit secondaire?) parce qu'ils affrontent le conflit entre leur désir de vérité et leur passion pour l'ignorance : ils sont des héros par la pensée, des héros de la pensée. En même temps ils sont tout le monde, chacun de nous. Si on pense on est vivant, on change, on peut changer. Alors, évidemment, il arrive plein de choses, exit le ressassement, exit l'ennui de l'absence de questions : le récit est toujours en train de se faire, comme l'identité, jamais donnée car c'est dans chaque détail que tient le sens et le sens est lié à chaque détail. C'est pour ça que le dernier mot est au monde, cette accumulation innombrable de détails révélateurs.

  • Millefeuille

    Leslie Kaplan

    Quand je l'ai connu, Jean-Pierre Millefeuille habitait déjà depuis longtemps rue Antoine-Bourdelle, une petite rue à côté de la gare Montparnasse. Conversations, échanges. Séduction réciproque. Pas du tout le vieux crispé sur ses acquis de pensée, ses habitudes. Une fois j'allai chez lui avec Zoé, la fille d'une amie. Après Zoé me dit, Je ne sais pas si je l'aime, non vraiment je ne sais pas.
    Pourtant elle retourna le voir, et emmena même Léo, un amoureux. C'est là que tout a commencé.

  • La lecture de L'Étranger tient du rite d'initiation. Partout dans le monde, elle accompagne le passage à l'âge adulte et la découverte des grandes questions de la vie. L'histoire de Meursault, cet homme dont le nom même évoque un saut dans la mort, n'est simple qu'en apparence, elle demeure aussi impénétrable aujourd'hui qu'elle l'était en 1942, avec ses images à la fois ordinaires et inoubliables : la vue qui s'offre depuis un balcon par un dimanche d'indolence, les gémissements d'un chien battu, la lumière qui se reflète sur la lame d'un couteau, une vue sur la mer à travers les barreaux d'une prison. Et ces quatre coups de feu tirés en illégitime défense.
    Comment un jeune homme, qui n'a pas encore trente ans, a-t-il pu écrire dans un hôtel miteux de Montmartre un chef-d'oeuvre qui, des décennies après, continue à captiver des millions de lecteurs?
    Alice Kaplan raconte cette histoire d'une réussite inattendue d'un auteur désoeuvré, gravement malade, en temps d'occupation ennemie. "J'ai bien vu à la façon dont je l'écrivais qu'il était tout tracé en moi." Le lecteur repère les premiers signes annonciateurs du roman dans les carnets et la correspondance de Camus, traverse les années de son élaboration progressive, observe d'abord l'écrivain au travail, puis les mots sur la page, accompagne l'auteur mois après mois, comme par-dessus son épaule, pour entendre l'histoire du roman de son point de vue. En quête de L'Étranger n'est pas une interprétation de plus : c'est la vie du roman.

  • Mai 68 a été une immense prise de parole dans toute la société française, entre étudiants et ouvriers, entre jeunes et vieux, entre femmes et hommes. On a parlé de tout, de tout, de tout, de la politique comme de la sexualité, des revendications comme des désirs, et ce mouvement culturel qui contestait la société capitaliste marchande dans son ensemble et dans ses détails nous a légué des outils pour penser aujourd'hui, et d'abord, pour continuer d'explorer la parole : pourquoi parler, comment parler, un dialogue, c'est quoi.

  • Fever

    Leslie Kaplan

    Fever est un livre sur le crime, mais la question, le suspense, le côté thriller, n'est pas qui a tué - ça on le sait tout de suite - mais pourquoi. C'est un livre sur la folie, mais sur une folie qui ne se voit pas, qui ne se dit pas, sauf justement dans le crime.
    C'est un livre sur deux adolescents d'aujourd'hui, mais qui sont rattrapés par le passé, à savoir par ce qui est arrivé à leurs grands-parents. C'est un livre sur l'irruption violente de l'Histoire dans la vie de deux lycéens d'aujourd'hui.

  • Qui est folle, dans Louise, elle est folle? prg>les deux femmes en scène s'accusent, se renvoient la balle, elles utilisent une troisième, Louise, absente, comme une façon de désigner ce qu'en aucun cas elles ne veulent être mais elles s'acharnent l'une contre l'autre, comme si chacune représentait pour l'autre quelque chose qu'elle rejette pourtant il s'agit de comportements habituels, de phrases entendues partout, acheter n'importe quoi, voyager sans voir, manger sans penser, vouloir gagner, l'horreur quotidienne et au cinéma, les clichés, les clichés, les clichés...
    Toutes choses bien réelles et présentes, qui sont là, dans le monde sont-elles folles de faire ce qui se fait?
    Ou est-ce la réalité qui est folle?

  • Notre santé se jouerait-elle dans notre assiette ? Les récentes découvertes scientifiques autour du microbiote révolutionnent notre appréhension de l'alimentation. Les intolérances alimentaires, la prise excessive d'antibiotiques, les pesticides et les pertubateurs endocriniens sont désormais reconnus comme des facteurs incontestables d'appauvrissement de notre flore intestinale. Ils affaiblissent notre organisme et entraînent l'apparition de maladies chroniques, sources de mal-être au quotidien : maux de tête ou d'estomac, fatigue, troubles du sommeil, douleurs articulaires mais aussi maladies auto-immunes (comme le diabète de type 1), cardiovasculaires et neurodégénératives. Au fait des plus récentes recherches internationales sur notre microbiote, extraits d'entretiens avec des spécialistes mondiaux à l'appui, Marion Kaplan et Alma Rota nous emmènent à la découverte des super-pouvoirs de notre intestin. À travers des explications scientifiques claires et accessibles à tous, des outils de diagnostic simples et des recettes aussi savoureuses que gourmandes, les auteures nous livrent les clés d'une alimentation adaptée pour une santé optimale. Une véritable bible théorique et pratique, à la pointe de l'actualité scientifique et médicale, pour prendre soin de votre « deuxième cerveau » !

  • Be my ghost / Be my guest / Come to my America / Nobody knows but me.
    Leslie Kaplan est Américaine. Elle est née à Brooklyn mais elle vit en France depuis son enfance. Et même si « son Amérique » commence en Pologne dont sa famille est originaire, les USA ont été pour elle, dans un premier temps, comme un paradis pas vraiment perdu, un pays de cocagne et d'abondance, une référence à partir de quoi regarder gaiement, penser. C'est dans cette lumière, à travers elle, que passent ses premières années parisiennes, l'émerveillement de la découverte, le mélange des genres, des histoires, des accents, quelque chose de pas installé, de mobile, de ludique et de grave, quelque chose d'heureux.
    /> Viennent alors les années 60 et l'Amérique, une Amérique bien plus vaste que l'Amérique et qui la comprend, sera ce trésor, que l'on ne cesse de constituer et dans lequel on ne cesse d'aller puiser, des films, des livres, des chansons et des poèmes, des rencontres, quelle excitation ces découvertes, ce rythme, être là où on est, dedans, à l'intérieur du monde. Sortir discuter. Lire, lire, lire. On vit et on pense sur tous les plans en même temps, amour, sexe, politique, ville, découverte, idées, en même temps et sans hiérarchie, comme dans l'enfance. À chaque fois saisir tout ce qui passe, tout ce qui arrive, tout ce qui peut arriver. Et 68 : Surprise, étonnement, rencontre / les limites reculent / le présent se déploie / le monde est là, dans les détails / il y a de ces moments / rares, exemplaires / où ce qui s'invente dans la société / est aussi large / aussi vrai / que dans l'art.
    Et enfin, écrire. Une autre forme d'Amérique : la fiction, plus vaste encore pour comprendre, essayer autre chose, que l'art soit aussi large, à son tour, et aussi vrai que ce qui s'invente dans la société, qu'il permette de voir et de penser le monde, par exemple. Comme dans cette histoire qui termine le livre, où le rêve américain, comme une espérance ancienne, ne tolère pas le mensonge, le compromis, l'aliénation.

    Mon Amérique commence en Pologne est une autobiographie, certainement. Mais une autobiographie dans l'histoire de ces cinquante dernières années, leur richesse et leurs contradictions, le malheur aussi bien que la joie, le document comme la fiction. Une autobiographie qui ne cesse de s'écrire, de livre en livre.

  • "- Mais dites-nous pourquoi ces émeutes, dit Luca. - Pour moi, dit Myriam, la question n'est pas pourquoi des émeutes, mais plutôt pourquoi pas d'émeutes." Le président de l'Assemblée nationale se réjouit qu'il n'y ait pas d'envie dans le pays, le ministre de l'Intérieur persécute les Roms puis devient Premier ministre, la ministre de la Santé détruit l'hôpital et veut interdire l'inconscient, la ministre de la Culture n'a pas le temps de lire, le ministre de l'Économie regrette la mort du roi, le président de la République gouverne en bureaucrate... Mathias et ses amis pensent autrement.

  • Laisser-faire contre interventionnisme, c'est sur ce thème qui met aux prises aujourd'hui nos hommes politiques, nos intellectuels et nos économistes que se sont affrontés les plus grands esprits du  XVIIIe  siècle, Diderot, Galiani, Turgot, Necker,  parmi d'autres.
    Alors que la science économique vient de naître, les «  économistes  », comme s'appellent eux-mêmes les physiocrates, deviennent un groupe influent auprès de Louis  XV et vont transformer le monde, notamment grâce à l'idée nouvelle de liberté. Mais les premières tentatives de l'appliquer politiquement, par des réformes radicales dans  le domaine de l'approvisionnement, débouchent sur de très graves crises sociales, économiques, politiques et culturelles.
    De nombreux critiques pointent la dangerosité d'un désengagement drastique de l'État et mettent en relief le caractère ambigu d'une liberté sectaire incapable de porter une émancipation socialement juste. Du grand débat sur les blés que font naître ces affrontements  brutaux, tant sur les marchés et les chemins que dans les livres et les salons,  émergent  deux visions du monde qui continuent de nous diviser aujourd'hui.
    Steven Kaplan nous plonge dans les écrits et les correspondances des protagonistes pour répondre à cette question fondamentale  : comment concilier marché et régulation, liberté et égalité  ? Ce faisant, il offre une vision renouvelée du  XVIIIe  siècle français et une manière originale de pratiquer une histoire des idées.

  • Déplace le ciel

    Leslie Kaplan

    Pourquoi elles sont deux, dans Déplace le ciel? pourquoi la télévision?
    Et les animaux? pourquoi les animaux?
    Pourquoi elles parlent anglais?
    Et pourquoi elles rêvent tout le temps? oui, pourquoi les rêves?

    Déplace le ciel est une pièce sur l'amour,

  • Ce livre parle de mai 1968.

    Deux personnages occupent la scène : Stéphane et Miss Nobody Knows. L'un et l'autre sont désespérés. Mais tandis que l'un ment, raconte et se raconte des histoires, l'autre fait de son angoisse un moteur pour elle-même, peut-être, pour les autres sûrement. Pour la narratrice, par exemple, qui, on peut l'imaginer, écrit ce livre à cause d'elle.

    Il s'agit à la fois d'une évocation et d'une enquête.

    Évocation de la grande grève de 1968. » Quelque chose se passe. » L'espoir, l'attente, la reprise, la déception, ou la stupeur, plutôt. Miss Nobody Knows en est comme la figure vivante. Elle ne cesse de poser des questions, les questions. Elle disparaît comme elle est apparue, sans explication ni justification. Elle reviendra.

    L'enquête, elle, concerne le suicide de Stéphane, oncle de la narratrice, brillant publicitaire, enfant apparemment gâté des trente glorieuses, et en même temps, noeud de contradictions, mauvaise conscience, une angoisse à faire payer aux autres. Comment, pourquoi, est-il mort ? Qui était-il ?

  • Marie, ses amants, passés, présents. Elle y pense, elle les retrouve, elle fait de nouvelles rencontres, elle cherche, elle aimerait trouver, mais elle part, toujours, jusqu´à ce que... C´est la ville, étonnements et possibles. La douleur et les conflits existent, mais ils sont saisis à partir du rêve et du désir, on est dans un mouvement. Joie de la pensée et présence du corps, absence de hiérarchie, mélanges, l´amoralisme peut fonder une éthique. Jubilation du soleil et tristesse de la solitude. On trouve un bar, il y a un Américain, hasard et disponibilité au hasard, on s´enfuit, on revient, on ne revient pas, il n´y a pas de système explicatif, pas de psychologie, le symptôme fait partie de la vie. Parfois le désir bégaye, ou se traîne dans l´errance, mais la pensée peut être un événement, elle peut rendre les êtres et le monde plus légers, si elle est un risque, si on la prend au sérieux. La vie n´est pas pour les amateurs, et l´histoire d´une vie n´est pas une collection d´anecdotes. Jeux du désir et de la pensée. Parfois, c´est vrai, les jeux semblent faits. Mais quelque chose, quelqu´un arrive qui peut mettre la ville, la société, en crise, et le réel se rappelle à nous, le réel large et ouvert, suspendu. Un chaos peut être un chantier.

  • Les outils

    Leslie Kaplan

    On pense avec des livres, des films, des tableaux, des musiques, on pense ce qui vous arrive, ce qui se passe, l'Histoire et son histoire, le monde et la vie. Cet «avec» signe une forme particulière de pensée qui tient compte de la rencontre, d'une rencontre entre un sujet et une oeuvre, à un moment donné de la vie de ce sujet et de cette oeuvre. C'est en ce sens, «avec», qu'il est dans ce livre question d'outils, d'outils pour penser. Penser avec Dostoïevski, avec Faulkner, avec Kafka, avec Antelme, avec Blanchot, avec Cassavetes, Rivette, Bunuel, Godard... penser avec une oeuvre : avec un objet fini et infini, fabriqué par un homme ou des hommes, et qui, mis en circulation, va à la rencontre d'autres hommes, et pourra, ou non, effectivement en rencontrer certains.

  • "A l´ère du transport aérien de masse et des nouvelles technologies de communication, de nombreux analystes politiques et économiques estiment que le monde est désormais « plat », qu´il est en passe de devenir un espace commun où les nations auront tendance, progressivement, à s´effacer. Appuyé sur sa longue expérience et sur ses voyages, le plus souvent à pied, dans quasiment tous les pays, Robert Kaplan propose ici une lecture du monde plus pragmatique. Il reprend les principales études des grands géographes pour expliquer les moments charnières de l´Histoire dans chaque aire civilisationnelle et s´en sert pour dévoiler les rivalités structurelles, les aspirations profondes et continues des nations. Rejoignant la célèbre phrase de Napoléon, « La politique d´un état est dans sa géographie », il anticipe les grandes lignes d´un prochain cycle de conflits, qui se concentreront selon lui entre les grandes plaines d´Europe de l´Est et les carrefours vitaux de l´Asie du Sud-Est. Robert D. Kaplan a été correspondant de presse dans le monde entier, professeur à l´Académie Navale d´Annapolis et enfin membre du Conseil de Défense des Etats-Unis de 2009 à 2011. La CIA et le Pentagone le consultent régulièrement.

  • Traduit de l'anglais (États-Unis) par Marc Saint-UpéryD'après la série crée par Howard Gordon et Alex GansaBeyrouth 2006. L'agent de la CIA Carrie Mathison échappe de justesse à un piège tendu par son contact « Rossignol ». Elle pense que le QG de Beyrouth a été infiltré. Elle s'en ouvre aussitôt à son supérieur, mais cela provoque un conflit violent et Carrie est aussitôt renvoyée à Langley. Pourtant, si un complot se trame, elle doit à tout prix retourner à Beyrouth. La sécurité des Etats-Unis est en jeu. Elle demande de l'aide à Saul Berenson, son boss, son mentor, son confident, celui qui l'a recrutée quand elle était à Princeton. Mais le chef du contre-terrorisme, David Estes, un homme habile et très politique, rejette sa demande. Carrie est hors d'elle et n'a plus de temps, alors, elle risque le tout pour le tout et commet un acte d'insubordination qui la mettra sur la piste d'un certain Abou Nazir, le chef d'Al-Qaïda en Irak. C'est le début d'une traque impitoyable.Homeland la traque, roman totalement inédit, est tout aussi addictif que la série. Les amoureux de Carrie la suivront dans une nouvelle aventure et découvriront comment a débuté la piste « Abou Nazir ».Andrew Kaplan est un auteur de thrillers américain dont les livres sont traduits dans 20 langues. Il a également écrit Golden Eye , une des aventures de James Bond au cinéma. Il a été journaliste, correspondant de guerre, a servi dans l'armée américaine et dans l'armée israélienne. La CIA a tenté de le recruter à plusieurs reprises.

  • Le livre des ciels

    Leslie Kaplan

    Ce livre est l'histoire d'une rencontre dans un monde où même la douleur peut être confisquée, et où les sentiments - certainement la passion est là - flottent à l'état pur, sans objet.

empty