Sciences humaines & sociales

  • Elon Musk, l'homme qui invente notre futur Nouv.

    Qui est véritablement Elon Musk ? Autodidacte fantasque, nouvelle étoile de la Silicon Valley, inventeur fou (voiture électrique, train en tube, etc.) Cette biographie décrypte le mythe Musk.
    PayPal, Tesla, Starship, Model X, Neuralink, OpenAI, Hyperloop... Autant de marques à l'avant-garde de la technologie : une fusée réutilisable qui banalisera le voyage vers Mars, une voiture électrique de luxe et un train sous tube plus rapide que l'avion. Leur concepteur : un autodidacte surdoué, Sud-Africain naturalisé américain. Dès le milieu des années 1990, Elon Musk, né en 1971, pressent l'impact d'Internet sur notre quotidien. Son credo : transformer les découvertes scientifiques en projets réalisables et lucratifs.
    Innovateur génial, père de sept garçons dont le dernier se prénomme X Æ A-12, il aligne les défis et n'hésite pas à prendre des risques, quitte à sacrifier sa vie familiale et à s'aliéner une partie de son entourage professionnel. La performance est son seul cheval de bataille. Mi-play-boy, mi-cow-boy de l'espace, l'homme qui veut coloniser la planète rouge est devenu en quelques années l'incarnation de la Silicon Valley. Ambitieux, visionnaire, mégalo, l'homme le plus riche de la planète est aussi l'un des plus fantasques et des plus imprévisibles : le Howard Hughes du xxie siècle.
    Luc Mary suit les traces d'Elon Musk depuis son enfance à Pretoria jusqu'aux récents succès des lanceurs SpaceX. Grâce aux témoignages de proches, il dévoile la personnalité d'un entrepreneur hors du commun, aussi performant sur le plan technologique qu'il est exigeant envers lui-même et ses équipes.

  • Reine de France à l'âge de neuf mois, veuve du roi François II à dix-huit ans, Mary Stuart regagne son pays, l'Écosse, pour y être accusée du meurtre de son mari, d'adultère avec le comte Bothwell et d'idolâtrie par ses opposants protestants. Ayant franchi la frontière anglaise, la souveraine déchue est faite captive, puis jugée et accusée de trahison par celle qu'elle vénère et dont elle convoite la couronne : sa cousine Elizabeth Ier d'Angleterre.
    Victime ou coupable, Mary Stuart a toujours clamé son innocence. À défaut d'avoir réellement régné, elle fut l'enjeu d'un triple duel opposant les catholiques aux protestants, les Stuart aux Tudor et les Anglais aux Espagnols... Décapitée à quarante-quatre ans, elle devint martyre de la foi au lendemain de son exécution, le 8 février 1587. Sa fin héroïque la transformait en mythe.
    De la couronne de France abandonnée à la couronne d'Écosse confisquée, l'histoire de Mary Stuart est semée d'énigmes. A-t-elle voulu attenter aux jours d'Elizabeth Ier et favoriser un débarquement espagnol ? Son destin brasse près d'un demi-siècle de confrontations dynastiques, de soulèvements nationalistes et de conflits religieux, que dépeint également Luc Mary dans cette biographie.

  • Lénine ; le tyran rouge

    Luc Mary

    • Archipel
    • 6 Septembre 2017

    Figure messianique ou tyran impitoyable ? Vladimir Oulianov, dit Lénine (1870-1924) continue de susciter les passions, la controverse... mais aussi les vocations.Si nul ne conteste son génie politique, qui lui permit d'imposer en Russie la doctrine bolchevique et le gouvernement des soviets, peut-on encore passer sous silence sa violence et son fanatisme ? Au nom de l'idéal marxiste, le père de la révolution d'Octobre annihila toute forme de contestation, musela les libertés et créa, pour les plus récalcitrants, les sinistres goulags. Il spolia d'innombrables paysans, exterminant des pans entiers de la population, en vertu d'une haine viscérale de la bourgeoisie.Comment expliquer, dès lors, que le léninisme ait survécu près de trois quarts de siècle à son fondateur ? Ni les dénonciations des crimes de Staline, ni les échecs de Khrouchtchev n'ont entamé son statut de " héros de l'Union soviétique ". Promoteur de la " Terreur rouge ", Lénine aura pourtant plongé son pays dans la famine et la misère. Plus de dix millions de morts de 1917 à 1922 : un véritable " génocide de classe ".Le peuple russe, comme l'a écrit Soljenitsyne, était-il donc pour lui " l'obstacle principal à la victoire du communisme " ? C'est la thèse suivie dans cette biographie de " l'homme qui changea l'histoire du monde " - pour le meilleur et pour le pire.

  • Jeanne d'Arc

    Luc Mary

     
     
    La vie et le destin extraordinaires d'une jeune bergère qui "bouta les Anglais hors de France".Au début du XVe siècle, la guerre fait rage contre les Anglais, qui menacent de prendre la Couronne de France. Mais Jeanne la Pucelle, guidée par les voix de saint Michel, sainte Catherine et sainte Marguerite, prend les armes et libère Orléans en 1429.
    Quelques mois plus tard, elle assiste au sacre de Charles VII pour lequel elle a tant oeuvré. Malgré son rôle primordial dans la libération de la France, Jeanne sera capturée et brûlée vive par les Anglais à Rouen en 1431.Un récit clair et captivant pour comprendre pourquoi Jeanne d'Arc fascine toujours autant et reste une des plus grandes figures historiques françaises.

  • À l'heure où la Corée du Nord est désormais dotée d'armes nucléaires à longue portée, un essai consacré à la diplomatie de l'atome de ces 70 dernières années - dont la confrontation entre les deux superpuissances américaine et soviétique.
    Ces journées où le monde a été au bord de l'apocalypseLe 6 août 1945, une bombe de quatre tonnes vitrifie la ville d'Hiroshima. Trois jours plus tard, une nouvelle bombe pulvérise Nagasaki. Morts et irradiés se compteront par dizaines de milliers. Ce massacre précipite la reddition du Japon et montre à l'URSS la puissance destructive des États-Unis. Dissuader plutôt que détruire : telle sera désormais la règle.Guerre de Corée en 1951, expédition franco-britannique à Suez en 1956, tension extrême entre Américains et Soviétiques à Cuba en 1962, guerre du Kippour en 1973...Depuis 1945, à sept reprises, le monde a frôlé l'apocalypse. Ce livre raconte ces instants dramatiques où la planète fut au bord du brasier nucléaire. Et où le pire ne fut parfois évité qu'à l'ultime minute, jusqu'au récent bras de fer entre Trump et Kim Jong-un.

  • Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, la famille impériale des Romanov est abattue par les bolcheviks dans le sous-sol de leur résidence-prison d'Ekaterinbourg.
    Quelques mois - de février (renversement du régime tsariste) à novembre 1917 (prise du pouvoir par Lénine) - auront suffi à la chute de la Russie impériale. Comment le tsar Nicolas II est-il passé du statut d'intouchable à celui d' « ennemi le plus terrible du peuple russe », selon la formule de Lénine, pour rester dans les consciences, par la suite, comme un martyr ? Quelles furent les véritables raisons de l'arrestation des Romanov et qui a commandité le meurtre ? Comment ont-ils été assassinés ?
    Luc Mary revient sur cette énigme résolue avec la découverte de 9 corps en 1991 et, en 2007, des restes du tsarévitch Alexei et de la grande duchesse Maria, trouvés dans une forêt des environs d'Ekaterinbourg. Il expose l'enchaînement des faits qui ont conduit à la fin des Romanov - régime à l'agonie, grèves et famines, etc. -, jusqu'à l'exhumation des corps et le travail des généticiens qui a débouché sur l'identification formelle des membres de la famille royale.
    90 ans après la tuerie d'Ekaterinbourg, le tsar est entré dans la légende. Le tsar et sa famille ont été canonisés par l'Église orthodoxe de Russie en l'an 2000. Son portrait est plus souvent présent dans les foyers russes que celui de Lénine. Son exécution portait-elle en germe le futur régime stalinien ? Luc Mary analyse les fondements de cette fascination, donnant ainsi à son livre une visée politique.

  • Saint-Simon le citait comme « le plus savant homme dans l'art des sièges et de la fortification, et le plus habile à ménager la vie des hommes ». Il était ingénieur du roi en 1655, à l âge de 22 ans et sa réputation fut bientôt établie comme preneur de villes. Salué comme l'un des plus grands ingénieurs militaires d'Europe, Sébastien Le Prestre de Vauban (1633-1707) s'intéressa aussi aux impôts, à la navigation, la philosophie, l'urbanisme, la politique, tous ces domaines contribuant à sa nature de fin stratège.__ 53 années passées au service de Louis XIV lui permirent de bâtir 151 places fortes et villes fortifiées, de participer à plus de 50 sièges et de parcourir 180 000 km à travers la France.
    300 ans après sa mort, si son travail est encore palpable, gravé dans la pierre de ses citadelles, c'est sans doute aussi à cause de ses partis pris. Vauban entendait en effet marier le militaire à l'humanitaire. S'il servit fidèlement le roi jusqu'à devenir maréchal de France, il sut aussi s'élever contre son absolutisme : son opposition à la révocation de l'édit de Nantes, sa suggestion d'imposer équitablement tous les sujets du Royaume en sont des exemples emblématiques. Vauban fut-il un « royaliste révolutionnaire » ou un simple réformateur ? Ses remparts ont-ils résisté à l'évolution des techniques ? Le portrait tout en nuances de Luc Mary apporte un éclairage neuf sur ces questions.

  • Nos livres d'histoire relatent les succès épatants, les triomphes éclatants et les coups d'éclat magistraux. Mais pourtant, les événements ne se résument pas à des hauts faits ! Car à y regarder de plus près, les grands hommes qui font les grandes nations sont bien souvent les auteurs de décisions absurdes... Luc Mary a décidé de feuilleter les pages peu glorieuses de ces annales emplies de ratés ! Une chronique de l'absurde impitoyable qui traverse toutes les époques et n'épargne aucun pays. Un syndrome Waterloo ?
    Qu'ils soient généraux, tsars, empereurs, rois ou reines, présidents ou ministres..., les hommes de pouvoir sont capables du pire ! Choix irrationnels et autres bévues font finalement le lit des grands événements...
    Le fiasco des batailles de Crécy et d'Azincourt, les conquêtes chinoises avortées, le désastreux massacre de la Saint-Barthélemy, la campagne de Waterloo, le traité de Versailles, la conférence de Yalta, l'impensable guerre des Malouines... Des siècles d'erreurs stratégiques et de camouflets diplomatiques, soigneusement dissimulés sous des événements fameux.
    Luc Mary décrypte et analyse une centaine de décisions historiques absurdes qui ont, malgré tout, construit la grande Histoire.

  • Habile stratège mais piètre politique, Hannibal a su vaincre les légions, sans parvenir à écraser la République romaine. Aujourd'hui, son nom reste associé aux plus belles pages d'histoire militaire de l'Antiquité. La légende l'a hissé au rang d'Alexandre le Grand ou de Jules César. L'épique traversée des Alpes et la retentissante victoire de Cannes sont des chefs-d'oeuvre de stratégie restés pourtant sans lendemain, le fils d'Hamilcar Barca préférant les délices de Capoue au lieu de marcher sur Rome.
    Aujourd'hui, l'illustre conquérant apparaît comme l'un des fossoyeurs de l'Empire punique. En portant la guerre sur le territoire même de l'Italie, en élargissant le conflit à l'Espagne et à la Grèce, le Carthaginois a réveillé un géant : déjà l'Empire perce sous la République...
    En 202 av. J.-C., pour la première fois depuis seize ans, Hannibal rencontre un adversaire à sa taille : Scipion l'Africain. C'est la déroute de Zama. Le vainqueur de Cannes s'éclipse de la vie militaire, avant d'être contraint de prendre le chemin de l'exil. Honni par les Carthaginois, pourchassé par les Romains, le Barcide se réfugie en Asie, à la cour d'Antiochos III de Syrie. Mais la guerre le rattrape. Inexorablement, l'étau romain se resserre. En 183, traqué en Bithynie, il se suicide. Il a 64 ans...
    De l'espoir à la chute, Luc Mary raconte l'épopée d'Hannibal au jour le jour, à travers le regard de ses principaux compagnons d'armes.

  • Exercer le pouvoir est un jeu très dangereux. Louis XV, Laval, Clemenceau, Bonaparte, Louis-Philippe Ier, Napoléon III et Charles de Gaulle : tous ont échappé de justesse aux poignards, aux pistolets et autres « machines infernales » de leurs agresseurs.
    Les attentats qui ont émaillé l'histoire de France sont innombrables. Luc Mary choisit d'en raconter dix d'entre eux avec moult détails et, ce qui est passionnant, leurs conséquences. Fruits de complots longuement mûris ou actes isolés de déséquilibrés, les tentatives d'assassinat ont toujours soulevé une grande émotion quand elles n'ont pas modifié sensiblement le cours de l'histoire. Ainsi, l'attentat contre l'amiral de Coligny déclencha le massacre de la Saint-Barthélemy, celui de la rue Saint-Nicaise conforta le pouvoir de Bonaparte, celui du Petit-Clamart amena le général de Gaulle à proposer l'élection du président de la République au suffrage universel.
    Muni d'une documentation solide, Luc Mary s'interroge aussi sur les motivations de ceux qui ont échoué dans leurs tentatives : les Châtel, Damiens, Cadoudal, Fieschi ou Bastien-Thiry, écartelés, décapités ou fusillés. Et si les seuls bénéficiaires de ces « ratés de l'histoire » n'étaient pas les victimes elles-mêmes ?

  • Dans un récit clair et vivant, l´auteur nous montre comment la bataille la plus célèbre de l'Antiquité est devenue l'emblème de la résistance grecque à l'envahisseur et le symbole de l'esprit de sacrifice des Spartiates.

  • Cette biographie de Raspoutine propose de faire la lumière sur les dernières zones d'ombre qui entourent la vie du personnage le plus énigmatique de la Sainte Russie. Sa date de naissance elle-même reste incertaine. Grâce à la découverte de nouvelles archives et aux témoignages des rares descendants de Raspoutine, mais aussi de son assassin Félix Youssoupoff, les historiens sont en mesure de reconstituer la vie débridée de ce moine sibérien en apparence plus puissant que le tsar lui-même.À compter de l'année 1905, ce moine venu du fin fond de la Sibérie éclipse les ministres, courtise les dames de la cour de Nicolas II et tutoie les princes. Et pourtant, rien ne prédisposait cet illettré buveur et bagarreur à tenir la Russie tsariste entre ses mains. Rien, si ce n'est ses dons de prescience et de guérisseur, qui permirent le rétablissement inespéré du tsarévitch Alexis, pourtant condamné par les meilleurs médecins de l'Empire, et lui valurent la reconnaissance aveugle de la tsarine.En l'espace de dix ans, le prophète se transforme en messie. Il devient le personnage majeur de la cour de Saint-Pétersbourg. Quelle fut son influence réelle sur les Romanov et peut-on véritablement parler d'un homme hors normes pourvu de dons surnaturels ? Quant à son énigmatique assassinat en décembre 1916, fut-il commandité par les services secrets britanniques ?

  • "L'histoire est une suite de mensonges sur lesquels nous sommes d'accord"
    Napoléon Bonaparte
    Illustré par Herlé, ce livre rassemble les 100 plus beaux bobards de l'histoire
    Victoires éclatantes ou cruelles défaites, accessions fulgurantes au pouvoir ou révocations brutales, notre Histoire est une fabuleuse machine à inventer les plus incroyables mensonges.

    Empoisonnement de Gabrielle d'Estrées, affaire Dreyfus, mythe du Masque de fer, assassinat de Napoléon, affaire des diamants de Bokassa... Chaque événement historique – ou presque – peut prêter le flanc au mensonge.

    Luc Mary et Philippe Valode reviennent sur près d'une centaine de mensonges historiques qui ont eu – pour certains – la vie dure ! Des Gaulois à François Mitterrand, de la Renaissance à Napoléon, en passant par le siècle des Lumières et les deux guerres mondiales, les auteurs s'attachent à démêler les fils parfois invisibles de la mystification.

    Passionnant !

  • Les patients viennent consulter les psychothérapeutes parce qu'ils ne savent plus comment se sortir de leurs difficultés. Ils se sentent paralysés ou aveuglés par la souffrance qu'ils éprouvent.

    Le modèle développé dans cet ouvrage combine une vision systémique à une approche respectueuse des limitations des patients et s'oriente plutôt vers les solutions que vers les problèmes. S'inspirant des travaux de Steve de Shazer, de Milton Erickson et de Gregory Bateson, il permet des interventions pragmatiques et efficaces qui ouvrent des perspectives concrètes et pleines d'espoir.

    Les auteurs partent du principe que les patients ne demandent qu'à coopérer avec le thérapeute. Il incombe à ce dernier de découvrir le mode de coopération spécifique à chaque patient. La notion de résistance perd son sens. Le thérapeute devient un créateur de contextes évolutifs : contexte de choix, de solutions, de créativité.

  • La vérité sur la fin des grands dignitaires du régime nazi
    À l'occasion du soixante-dixième anniversaire de l'ouverture du procès de Nuremberg, le 20 novembre 1945, voici le parcours d'une trentaine de hauts dignitaires du régime nazi, de leur engagement au service du Führer jusqu'aux dernières heures qui ont précédé leur mort.

    C'est au cours des derniers instants qu'une question essentielle se pose : ces hommes ont-ils compris, au crépuscule de leur existence, le but ultime du projet dévastateur et inhumain de Hitler ?
    Certains n'ont pas vu la fin de la guerre, qu'ils aient été assassinés sur ordre du Führer lui-même - comme Röhm trahi au cours de la Nuit des longs couteaux ou encore Rommel, fidèle parmi les fidèles -, ou bien victimes de la Résistance comme Heydrich, dont le meurtre sera payé le prix fort par les Tchèques et les Polonais à l'été 1942. À la toute fin de la guerre, nombreux sont ceux qui trouveront la mort : volontairement, à l'image du Führer, comme c'est le cas de Göring, Himmler ou encore Goebbels - qui condamne avec lui ses cinq enfants au suicide -, ou suite à leur condamnation à la peine capitale au procès de Nuremberg : douze hommes, dont Rosenberg, Jodl ou Kaltenbrunner.
    D'autres ont survécu : qu'ils aient été emprisonnés, comme Hess et Speer dans la prison de Spandau, ou bien rattrapés par la justice des hommes de nombreuses années après - Eichmann et Barbie en sont les figures les plus emblématiques, bien sûr. Enfin, nombreux sont ceux qui ont échappé à toute forme de procès : le terrible docteur Mengele en est évidemment l'un des exemples les plus outranciers.
    Luc Mary et Philippe Valode tentent, à travers ces pages, de comprendre comment ces hommes ont été emportés dans cette entreprise de mort et ce qui a pu les déposséder si complètement de tout sens critique.

  • Notre histoire n'est pas toujours cohérente et ses événements majeurs sont parfois inattendus. Bien des batailles auraient dû connaître une issue différente, bien des faits n'auraient jamais dû voir le jour !... Ce livre regroupe 10 uchronies qui nous offrent un nouveau regard sur l'histoire de France et rebattent les cartes du passé avec une intensité déconcertante.
    Car selon toute logique, Vercingétorix aurait dû être le grand vainqueur d'Alésia, Louis XVI n'aurait jamais dû finir à l'échafaud, et Joffre ne devait pas remporter la bataille de la Marne !
    Et si..., et si..., et si tout s'était passé différemment ?
    En historiens précis et rigoureux, Luc Mary et Philippe Valode présentent une version des faits très documentée et plus que vraisemblable. Nous réalisons là notre grand fantasme : refaire et rejouer l'histoire de France...

  • Dans les dialogues imaginés par Platon, Socrate ne cesse d'invoquer le bien. Qu'est-ce qui se cache ainsi derrière le nom du bien chez Platon ? Est-ce la justice, la « vertu » ? Un dieu ? Le monde en sa belle « âme » ? Dieu lui-même ou alors, à l'opposé, l'émotion du plaisir ? À ce problème, Luc Marie Nodier répond avec une passion insolite, et aussi quelque insolence si on considère à quel point les lectures reçues de Platon esquivent cette question. Malgré - ou plutôt à cause de - son dessein critique, son enquête vise d'abord la reconstitution d'une théorie platonicienne de la douleur et du plaisir, rarement perçue avec clarté, dont il est montré qu'elle est à la fois plus cohérente et plus digne d'être interrogée qu'il n'a semblé jusqu'ici. Elle peut, en outre, servir de préparation et d'incitation au renouveau de la pensée athéologique. Si cet ouvrage étonnamment écrit paraît dans une collection vouée aux sciences sociales, c'est parce que ces dernières, qui se croient à mille lieues de la philosophie et de Platon, feraient bien de s'interroger à propos de cette méditation. Car que veulent-elles dire lorsque, analysant la société, elles mettent en avant des sujets supposés rationnels, qui chercheraient à maximiser leur satisfaction ? Ne présupposent-elles pas ainsi qu'on cherche toujours son bien ? Mais comment le trouver si nous ignorons tout de la nature du bien ?

  • Notre histoire n'est pas toujours cohérente et ses événements majeurs sont parfois inattendus. Bien des batailles auraient dû connaître une issue différente, bien des faits n'auraient jamais du voir le jour !. Ce livre regroupe 40 uchronies qui nous offrent un nouveau regard sur l'histoire de France et rebattent les cartes du passé avec une intensité déconcertante. Car selon toute logique, Vercingétorix aurait dû être le grand vainqueur d'Alésia ; Jeanne d'Arc n'aurait jamais dû finir brûlée vive ; Napoléon aurait du massacrer les Anglais à Waterloo ; les allemands ne devaient pas parvenir à entrer dans Paris en 1914 ; et Hitler devait encore moins envahir l'Europe ! Et si., et si., et si tout s'était passé différemment ? En historiens précis et rigoureux, Luc Mary et Philippe Valode présentent une version des faits très documentée et bien plus vraisemblable. Nous réalisons là notre grand fantasme : refaire et rejouer l'Histoire de France. Passionnant !

  • Les deux réformes importantes du statut du fonctionnaire de 2004 et de 2013 ont permis à la fonction publique européenne de connaître des évolutions majeures. L'objectif étant de développer de véritables politiques de ressources humaines dans un contexte de forte contrainte budgétaire, un défi de taille si l'on considère la grande diversité des institutions que cette fonction publique doit servir. Ce nouveau titre de la collection « Réflexe Europe » répondra aux attentes d'un public attentif aux évolutions de l'Union européenne et de son administration.

empty