Lucile Schmid

  • Jamais on n'aura autant parlé d'écologie en France, en 2015... et jamais le parti politique censé porter ce combat, Europe Écologie - Les verts, n'aura été aussi inaudible ! C'est le constat sans concessions que font trois cadres d'EE-LV. Mais leur Manifeste va beaucoup plus loin. Il analyse les raisons du désamour entre la France et l'écologie politique, et esquisse des pistes pour y remédier. Sans trop s'attarder sur les péripéties d'appareil et d'ambitions personnelles - mais sans les sous-estimer non plus -, les auteurs expliquent comment l'écologie politique, loin de se limiter aux problèmes du climat et de la pollution, peut devenir la solution au profond malaise démocratique actuel. Dans un style enlevé, ils en appellent à une écologie qui soit à la fois radicale et consensuelle, utopique et pragmatique, ambitieuse et modeste. Ils encouragent les écologistes à un peu plus d'imagination, d'ouverture... et de lâcher-prise. Une critique lucide et constructive des mouvements écologistes, pourn envisager une véritable économie politique ! EXTRAIT Dans ce monde sous tension, le projet et les idées politiques sur lesquels les écologistes ont bâti leur engagement n'ont jamais été aussi pertinents. Il devient vital de mettre fin à la surexploitation des ressources naturelles et humaines, à un modèle économique basé sur la consommation et la compétition permanentes, et à des représentations étriquées et matérialistes de la vie, du succès et du monde. L'avenir est aux intégrations politiques régionales, dont l'Union européenne est le modèle malgré tous ses défauts, à la coopération internationale, dont l'ONU reste le prototype, et à la solidarité globale entre pays riches - souvent d'anciens empires coloniaux - et pays pauvres - souvent d'anciennes colonies. Pourtant, après trois à quatre décennies d'existence, jamais les partis verts n'ont semblé aussi faibles, incapables d'imposer leurs priorités aux acteurs politiques d'un système fatigué. CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE [Un] ouvrage indispensable dans la bibliothèque de tout bon écologiste ! - Collectif Roosevelt À PROPOS DES AUTEURS Lucile Schmid, 53 ans, est énarque, membre du bureau exécutif d'EE-LV, co-fondatrice et vice-présidente de la Fondation pour l'écologie politique, ancienne conseillère régionale (PS) d'Île-de-France. Elle est membre du comité de rédaction de la revue Esprit. Edouard Gaudot, 41 ans, historien, a été un proche collaborateur de Bronislaw Geremek et de Daniel Cohn-Bendit. Il est conseiller politique du groupe Verts / Ale au Parlement européen. Benjamin Joyeux, 35 ans, juriste spécialisé en droit de l'environnement, a participé à des mouvements de sans-terres en Inde et aux collectifs Jeudi Noir et Sauvons les riches. Il est collaborateur du groupe EE-LV au Parlement européen.

  • La Fondation de l'écologie politique se donne pour objectif d'expliciter pourquoi et comment l'écologie est politique. En effet, les différences et les liens entre écologie scientifique, écologie citoyenne et écologie politique restent flous pour la grande majorité des citoyens. Faire apparaître ces liens, c'est illustrer le caractère politique de l'écologie : loin d'être une simple question sectorielle, celle-ci est une vision du monde où les règles de l'expertise, l'exercice démocratique et les relations entre l'homme et la nature sont profondément transformés.

    L'écologie est politique car elle implique une refondation complète du modèle économique et social actuel, à travers un processus de transition qui se déploie dans la société comme au sein des systèmes de production et de régulation économiques. De ce fait, elle est politique car elle appelle d'autres règles du jeu politique.

empty